Souvenirs de mer

4 juillet 2005

Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR et au FDR

L’Aviation Civile en deuil a parfois besoin d’un navire câblier, l’actualité nous l’a rappellé cette semaine en Egypte. Puisqu’un éventuel "cableman" ne s’est pas encore manifesté, il faut bien qu’un pingouin je le fasse !

(page corrigée le 7 Mai 2010)
- L’explosion en vol du 747 d’Air India au dessus de la Mer d’Irlande
le 23 juin 1985 restait inexpliquée, même si on se doutait fort bien de la triste "idée principale" :
- Il fallait récupérer les "boîtes noires".

Le NC Thévenin à Brest, fin des années 80

Le Navire Câblier Français Léon Thévenin (des "PTT"*) était
lorsque "c’est arrivé", il était aussi le seul navire "équipé pour" qui soit disponible rapidement en ne se trouvant pas loin de la zone du crah, puisque basé à Brest. Il portait à l’époque le SCARAB (ou ROV, en "jargon des câbles") :
- C’est un équipement robot sous-marin servant à ensouiller les câbles
sous-marins pour les protéger, ce qui se fait maintenant de plus en
plus. A l’époque, il n’existait que deux Scarab, le I et le II. Le Câblier Thévenin fut donc vite choisi et envoyé pour cette délicate mission.

Le SCARAB (est installé sur le pont avant, à poste de mer) près de son conteneur de télécommande

Ce robot sous-marin SCARAB ("ancêtre" du Scorpio d’aujourd’hui) avait ce qu’il fallait pour tenter de récupérer les boîtes noires de cet avion :
- Une capacité à plonger et travailler par environ 2000 m de fond, 1852 m en théorie et bien plus à l’expérience vécue.
- Deux bras manipulateurs, avec deux grosses pinces dont une capable de couper presque n’importe quoi. Pour faire bref, je simplifie ici à outrance.
- Et des projecteurs très puissants.

Tout cela représentait une grande polyvalence d’utilisation possible.

La plage avant du Thévenin (l’accessoire étrange visible ici et servant à désensouiller, n’existe pas à bord du Croze)

Cet engin était télécommandé par câble et piloté par deux spécialistes
extrêmement patients et habiles à partir d’un conteneurs installé sur
le pont avant du Thévenin, près de la grue. Ordinairement c’était déjà
ce qui doit se nommer "du travail d’artistes".
- Mais "il faut" les avoir vus au boulot, nos deux pilotes.

Le Thévenin ne fut prêt que le 30 Juin. Il fallut en effet changer le câble
de télécommande du Scarab, qui était trop court. Pour ses travaux habituels du moment au large de la Bretagne, il ne descendait pas si profond et ne disposait donc que d’un cordon ombilical de 1800 m.

Le Scarab était Franco-Canadien. Ceux-ci eurent tôt fait d’envoyer un
cordon trois fois plus long, car il fallait chercher dans une zone rectangulaire de 10 nm de long et 6 nm de large, sur un peu plus de
2000 m de fond.
- Ce n’était pas prévu pour être facile et ne le fut pas.

Vue du davier avant la plage avant, espace de travail "câbles"

Les recherches commencèrent sur zone le 3 juillet pour finir le 13.
Tout commença à partir des "tuyaux" donnés par le sous-marin
HMS Churchill et ses hydrophones ultrasensibles, qui rôda sur zone tout le temps qui fut nécessaire pour situer vaguement les deux "trésors". Heureusement ceux-ci émettaient encore leurs "bip"...
- C’est du costaud un VCR ! Le 5 juillet le Scarab trouva des sièges et une grosse bouteille de parfum. Puis le 8 juillet ils trouvèrent la queue de l’avion et je me souviens d’une bien triste photo, on y lisait le slogan :
- "Your Palace in the sky"...
- Il y a aussi eu quelques autres "trouvailles" encore plus tristes...

Le 9 la première "bête" fut trouvée puis remontée avec un soin inouï
sur les conseils téléphoniques des gens de Boeing. En effet, Après
s’être "éclaté" à 900 Km/h à plus de 10 000 m d’altitude, puis avoir
reposé n’importe comment à 2040 m de fond durant des jours, on peut
comprendre les nombreuses précautions nécessaires pour en tirer quelque chose.
- Note : D’autre part il n’était pas rare avant la fin des années 1990, qu’une partie des données des fameuses "boîtes noires" soient trouvées illisibles dans ces cas là. Aujourd’hui, leurs enregistrements sont numérisés sur un disque dur optique ou magnétique, ce qui s’est révélé plus fiable que les bandes magnétiques d’autrefois...

Voice Cockpit Recorder

D’autre part un VCR ou un DFR, peuvent comme tout le reste à bord d’un avion, être en panne avant même le vol ! Naturellement c’est rare, tellement c’est solide. Mais ceci peut toujours arriver et... Comme une panne de ces deux équipements de vol n’affecte pas la Sécurité du vol, "on" peut être tenté de... Voler avec l’un des deux trouvé en défaut durant les "check-lists" de départ. Mais s’il arrive quelque chose durant le vol, c’est un pari perdu qui "fait désordre"...

Cette remonté de l’enregistreur dura donc des heures.
- Le 10, la seconde boîte fut trouvée mais le mauvais temps très houleux perturba tout le monde. Remontée à environ 1000 m, il fut nécessaire de reposer la boîte sur le fond pour attendre que cela se calme :
- En effet la houle et les mouvements du navire qui "vont avec", font vibrer le câble, ce qui rend le Scarab trop difficile contrôler.

Les deux pilotes avaient peur de laisser tomber le précieux colis...
- C’était là risquer de la perdre réellement ou tout simplement de la
casser. Au total, cette pénible situation dura plus d’une vingtaine d’heures.

Après une escale à Cork pour remettre les deux boîtes aux enquêteurs
Indiens et leurs collègues de Boeing, le retour à Brest fut triomphal : TV et presse écrite, les officiels etc...
- Ce n’est pas dans les habitudes "marine marchande"...

Pour l’anecdote, je dois préciser que je n’y étais pas. Mais ! Quelques années plus tard à bord du Thévenin, ceux qui "y étaient" nous en parlaient encore tant et si bien, que j’en sais assez pour pouvoir faire croire que j’y étais....
- J’ai aussi bien connu cette équipe, en particulier les quelques pilotes du Scarab qui étaient Ecossais ou néo-zélandais, entre autres qualités
exotiques.

En situation de travail normal pour ensouiller "nos" câbles à fibres
optiques, le fait de creuser la tranchée avec cet engin est toujours
difficile selon la nature du fond, censée être bien connue à l’avance.
- Mais c’est surtout très monotone. En effet en quelques heures, on a les yeux rouges, la "grosse tête" et j’en passe... Car la lumière des projecteurs est à peine suffisante pout "travailler". Au fond des mers, l’Obscurité règne et si par maladresse on soulève trop de sable....
- Le Scarab d’autre part est aussi une "grosse brute", dont la puissante pince était fort capable d’écraser sa charge. La robotique des années 1980 n’était pas celle d’aujourd’hui...

A cette occasion, les deux malheureux ne dormirent presque pas entre
le 3 et le 11 juillet. Imaginez donc un peu dans quel état ils sont
revenus à Brest.
- L’un d’eux a pété les plomb à l’arrivée, il a fallu que le Samu de
Brest le saisisse de force dans sa cabine pour l’hospitaliser, c’est
dire. On en parle encore sur place. Plusieurs mois lui furent nécessaire pour récupérer.

Il aurait fallu qu’ils soient plus de deux, mais on n’avait jamais fait
cela. D’autre part, lors de cet appareillage urgent en tous, dans la
précipitation, personne ne pensa à ce "petit souci".
- J’espère qu’on y a pensé cette fois en Mer Rouge. Ces gens-là sont
bien payés pour autant que je le sache, mais attention à la santé !

Voici un détail amusant, au retour le représentant Indien à bord s’est en effet vu trahi par sa belle épouse :
- Tout le monde croyait qu’il ne pratiquait pas du tout le français.

Diable ! Ce traître était de Pondichéry ! "On" l’a su trop tard à cause de son épouse qui lui parla soudain français en montant à bord à l’arrivée, toute fière de montrer sa maîtrise inattendue pour qui ne connaît pas l’Inde... ;-))
- Heureusement, personne n’a dit de grosses sottises en sa présence !

Faire du business avec les Indiens, c’est sûr qu’il faut s’accrocher,
au moins autant qu’avec la Chine ! J’ai loupé ça et c’est bien triste, même si à l’occasion de cette croisière d’enfer, les deux OR n’ont pas
eu de temps pour s’ennuyer eux aussi.
- Une pareille expédition en mer ne saurait rester isolée du monde !

Plage avant (ici, encore le Thévenin, mais "c’est le même")

Notes : les "PTT", ou l’ancêtre de France Telecom
* Il n’y avait pas à cette divine époque cette daube ruineuse et pingre à la fois que cet organisme est devenu.
- La DTRE était d’autre part un excellentissime armateur, dont les navires se baladaient avec (c’est aujourd’hui incongru) l’emblème de la Poste sur la cheminée !
- DTRE : Direction des Télécommunications des Réseaux Extérieurs
le sous-ensemble de la grande DGT, dont dépendait aussi St Lys.
- DGT : Direction Générale des Télécommunications, bien sûr très liée à la Poste jusqu’en 1990, c’est le vrai ancêtre de France Telecom.

Flight Data Recorder. Comme le VCR il est très difficile à ouvrir, c’est du solide !
(mon ami Pilote le dit souvent avec son humour noir, quand la TV montre ces deux boîtes qui ne sont jamais noires, "ça sent la grillade ou la chute libre"...)

Mystère passionnant : VCR et FDR
(Voice Kopit Recorder et Flight Data Recorder)
Personne ne sait dans l’aviation, pourquoi on appelle cela les
"boîtes noires" et encore moins pourquoi les journalistes
continuent à le faire tout en sachant fort bien qu’elles sont
généralement peintes en jaune ou en orange, quand ce n’est pas
en blanc ou en gris clair !
(chose vue dans un atelier d’Air France il y a quelques années)
Cela nous rappellera sans doute notre "dégazage" à perpétuité...

Le câblier Léon Thévenin en arrêt technique

Bien navicalement Thierry Bressol OR1
- A propos de Câbles sous-marins et de Navires Câbliers

A bord des navires câbliers, on mangeait presque aussi bien qu’à la Cie de Navigation Denis Frères.
(La fin d’année à bord chez France Telecom, avant la "mécanique Orange" !)

- Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR
- Visite d’une future épouse à bord du navire câblier de garde
- Officier de Garde & Arrêt Technique
- Le NC Raymond Croze comme le Sindh au Canal de Suez ? (Mars 2009)

- Le NC Marcel Bayard en travaux câbliers par Claude Marguerie
- Le NC Raymond Croze en mission 1
- Le NC Raymond Croze en mission 2
- Le NC Raymond Croze en mission 3
- Le NC Raymond Croze en mission 4
- Le NC Raymond Croze en mission 5
- Le NC Raymond Croze en mission 6
- Le NC Raymond Croze en mission 7
- Tube de l’Eté : La Lambada et le Communisme
- Le Navire Câblier Raymond Croze est parti en mission (le 22 Déc. 2008 par Mer et Marine)

- Le navire câblier Vercors et Michel Bougeard
- Quelques questions de câbles sous-marins
- Le nom du navire câblier Raymond Croze

- La guerre des Câbles sous-marins A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS J. Carter et Agoravox pour illustrer mes explications.
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...

- Câbles sous-marins et détroits
- Navires Câbliers et "bateaux noirs"
- Le trésor des câbles sous-marins
- Les pêcheurs et "la croisière s’amuse"...

Merci au Cdt Cozanet qui a su prendre quelques bonnes photos à ma place :
- Thévenin

Le 27 janvier 2008 : Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR et au FDR

Cet article ressemble très, mais très étrangement à celui publié dans la revue N°25 de l’AACSM par le Sd Capitaine de l’époque (Francis LAGRIPPE)qui lui était réellement présent sur le Léon THEVENIN et acteur principal de cette opération, puisque de quart sur la passerelle pour la récupération des fameuses " Boites Noires " !

Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR et au FDR 27 janvier 2008, par Thierry Bressol

Ca c’est sûr... Car si l’AACSM j’y étais, cette expédition "originale" je n’y étais pas ! J’étais à l’autre bout du monde à bord du Pierre LD durant cette période.
- Mais on me l’a raconté 15 fois au moins, à commencer par le Cdt Lagrippe lui-même. Il savait en parler comme personne d’autre peut-être. Fort bien placé pour en parler en effet, il nous l’a si bien raconté que j’aurais presque pu dire que j étais.
- D’autre part cet article est le numéro 1 du site. Pour ce qui n’était qu’un essai rapide "pour voir" sur le moment, j’ai rédigé ça avec une copie-papier du bulletin sous le nez, dont il manquait des morceaux d’ailleurs. Si ce n’est pas à proprement parler du copier/coller, (ceci eut été plus simple) comme tout le mond n’a pas accès au bulletin, ce voyage m’a semblé utile à faire connaître, ce fut donc l’occasion. Je pensais avoir été assez clair en disant que j’ai manqué quelques expéditions intéressantes.
- Bonne semaine !


Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR et au FDR 31 août 2008

mystère de "la boite noire" L’origine de ce terme n’est pas à chercher dans la couleur extérieure de la boite mais dans la relation évidente avec le "cabinet noir" institutionalisé par Louis XIII et Officiellement supprimé en 1791. C’était un bureau "ou l’on examinait les correspondances privées les plus compromettantes découvertes gràce à l’indiscrétion des agents des postes royales" Inutile de dire que les "cabinets noirs" existent toujours sous couvert de défense nationale ou sécurité publique.


Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR et au FDR 31 août 2008, par Thierry BRESSOL OR1

Ah ! Oui, j’aurais dû y penser tout seul.
A lire cela, je pense qu’il n’y a pas d’autre explication possible d’ailleurs.
L’analogie est intéressante et évidente.
- Merci encore pour cette utile précision, qui avait toute ça place ici, surtout que c’est l’article numéro 1 !
(3 ans déjà)
- Et... Bon dimanche
Met vriendelijke groeten / Bien amicalement & navicalement
Thierry Bressol OR1


Souvenirs de mer

A propos de l'auteur