Souvenirs de mer

11 juillet 2005

RADIO-ARCHEOLOGIE

La station de Saint Lys Radio est aujourd’hui fermée.
- Je me trouvais au printemps 2000 expédié par ma SSII en mission à Toulouse à l’URM, chez France Télécom Mobiles (Itineris hélas devenu Orange...). Ce n’est pas loin de Saint Lys, c’est près de Toulouse aussi.

Qu’est donc devenu Saint Lys Radio ? Que fait-on aujourd’hui sur place ?
- (corrigé le 8 Juin 2010, sera complété par des photos à la fin du mois)

Ce qui suit intéresse beaucoup de monde dans le milieu maritime, ne serait-ce que par simple curiosité.
- Le navigateur que je fus ne pouvait qu’y passer une fois de plus, en se demandant ce qu’il allait y trouver. Naturellement l’ex-marin que je suis devenu ne pouvait pas faire moins que revenir en pèlerinage sur place.
- Ici, Saint Lys Radio. Service radio-téléphonique, avec les navires en mer. Cetteu transsmission est effectuée au niveau noormâl de parole, pour permettreu le réglââge des récepteurs de bôôrd....
(et.... "Hardi les gars, vire au guindeau...")
- Cette annonce était dite avec un accent inimitable, que l’on n’entendra plus autrement qu’en MP3, sur Internet... La mémoire collective.

Les navires câbliers de la DTSM étaient naturellement parmi les plus fidèles usagers de St-Lys, c’est le cas de le dire. D’autre part à l’époque, la DTRE "coiffait" la DTSM et la Direction des Services Radioélectriques, dont dépendait le service radio-maritime.
- Nous étions "cousins" en quelques sortes. En fait, durant nos travaux en mer, St-Lys était l’un de nos interlocuteurs importants. Bien que demeurant seulement un intermédiaire avec nos "relations de travail" à terre, ce fut longtemps le premier d’entre eux, jusqu’à l’introduction d’Inmarsat comme service radio-électrique favori.

Un ami resté naviguant m’a un jour demandé ce que devenait le site St-Lys Radio. Je l’ignorais, comme tout le monde !
- Mais en me trouvant pour ainsi dire sur place et pas très loin du site, je n’ai pas su résister à la curiosité de m’y rendre, tout simplement. Saint Lys est situé à environ 15 km de mon lieu de travail, Il fallait en profiter, car je savais ne pas être en mission pour longtemps dans les environs de Toulouse.
- Découvrir ce que le site est devenu depuis la fermeture de notre centre PTT des Ondes Courtes au début de 1998, fut une sacrée surprise !


D’abord, le Centre de Réception :

Le terrain, la maison du gardien et le grand bâtiment ont été vendus à un organisme local qui loue tout le site à quelques petites entreprises spécialisées très diversement en services et en développement informatique, et même à deux Sociétés de Surveillance à distance.

Il s’y trouve d’autre part un centre aéré de loisir pour les enfants, et un élevage de chiens de garde qui va fort bien avec l’une de ces entreprises...

Le tout s’appelle maintenant le "PARC de GENIBRAT". Genibrat est d’ailleurs le vrai nom du lieu-dit, que cet endroit a su retrouver après des dizaines d’années d’ondes courtes et de marine marchande sous le nom de Saint-Lys.

St-Lys n’est en fait que le chef lieu du canton de la commune voisine de Fontenilles. Nous aurions donc dû dire "Genibrat Radio", ou même "Fontenilles Radio". Ce fut ma première surprise. Qui y pensait ?

Les lieux n’ont pas vraiment changés en apparence. Cependant il y reste seulement 4 mâts d’antennes, nus et pathétiques, et le château d’eau porte qui encore son antenne "gamelle" de faisceaux hertziens dirigée vers Le Vernet... De bien pathétiques vestiges.

Le lourd portail roulant blanc est toujours là, seul élément avec la maison du gardien à avoir conservé sa fonction, sans changer en aucune manière !!

Le (nouveau) gardien fut aussi surpris que moi, mais pour l’exacte raison inverse :
- Il ne savait absolument pas que le site était autrefois un "haut lieu maritime" ! Ce brave homme ignorait à ma grande surprise ce qui se passait en cet endroit avant lui. Mais ce n’atait pas son problème.

Pour finir, le chemin d’accès s’appelle encore "Route de la Station Radio" !
- Ce sera la plaque commémorative... D’autre part quelques anciens de la station travaillaient à l’URM chez Itinéris-Orange avec moi, quelque part, sans que j’aie su les identifier...
LA conclusion de ma visite fut qu’il ne sera pas dit qu’on ne fait plus rien à l’emplacement de St-Lys radio...!


La semaine suivante, après ce qu’est devenu le centre de réception de St-Lys, où bossaient les opérateurs(trices) que nous avons bien connus(ues), je me suis naturellement intéressé au site des émetteurs :

- Le centre d’émission du Vernet se trouve (était) à environ 20 km de Fontenilles.

Je savais par ailleurs qu’une rumeur interne de FTM Itineris devenu Orange, disait que FTM souhaitait s’emparer du site du Vernet, ce qui accéléra certainement "ce que nous savons". Il s’y trouvait déjà le ‘’CPRT’’, qui devait devenir ensuite ‘’URM’’. En fait, l’URM fut installé plus près de Toulouse, à Portet sur Garonne où j’étais en mission.

En voici des nouvelles fraîches (31/5/2000) :
- Ce site-là est nettement "moins frais" que le Parc de Genibrat...

Une large surface de champs sur plus de 4 km de diamètre, était à "la grande époque" couverte de nombreux mâts de 20 m soutenant les antennes filaires d’émission d’ondes courtes à un, deux ou trois brins. En plus grand, cela pouvait se comparer à ce qui s’installe à bord des navires, entre les mâts et les cheminées...

De nombreux courts poteaux en béton supportaient les isolateurs en porcelaine, tenant les cuivres venant des émetteurs puissants de 10 à 15 KW, vers les antennes. Il ne reste à présent que ces petits poteaux, partout dans les champs sur des hectares !!

Le site était constitué de trois parties, deux immeubles techniques typiques de l’architecture PTT des années 40/50/60, et un ensemble administratif tout aussi typique.
- Le premier et le second immeuble technique, s’étendaient tout en longueur sur plus de 60 mètres à 2 km l’un de l’autre.

Très voisins de conception, en briques de teinte rouge-clair typique des environs, avec toit de tuiles du même style, et de larges baies vitrées, ils sont devenus fort tristes.

Le premier bâtiment des émetteurs est abandonné totalement. De nombreux carreaux sont cassés et seuls les grillages sont "ok", avec son chemin d’accès :
- La maison du gardien vendue, est cependant entretenue et occupée.

Le second bâtiment est lui encore entretenu :
- Un haut pylône et ses antennes de faisceaux Hertziens le dominent encore. Il est même éclairé ! Ce bâtiment est probablement régulièrement visité par les gens du réseau fixe de France Telecom, et peut-être par les sous-traitants de la maintenance d’Itineris Orange...
- Mais il est presque vide et ne semble pas recevoir souvent du monde, ceci se voit par les baies vitrées, et se déduit avec mes souvenirs. Là se trouvait donc le CPRT (devenu "URM") jursqu’à la fin de "Radiocom 2000", disparu comme FFL.
- Je n’ai pas eu accès à l’intérieur, faute de temps pour en faire la démarche. Pas très loin de là, un site GSM tri-secteur fait comme un pieds de nez à ce haut lieu des ondes courtes :
- On y radiotéléphone encore, mais d’une autre façon et sur des portées plus modestes...

Le site administratif est lui fermé et semble totalement inutilisé. France Telecom doit se demander quoi en faire maintenant et de très beaux terrains cherchent certainement preneurs !!!
- Pour finir, j’ai appris un magnifique gag de France Telecom, qui est fort loin du sérieux des anciens PTT :

Le centre des Récepteurs à St-Lys et les Emetteurs au Vernet étaient liés par des liens numériques "MIC 2Mb" filaires sous-terrains, doublés par un système de Faisceaux Hertziens, le fameux château d’eau. Sur lui, subsiste une antenne "gamelle" de Faisceau Herzien.

On s’est il y a peu aperçu à l’URM de France Telecom Mobiles, que les Mic filaires étaient toujours en fonction et en maintenance, sans jamais passer de communications, (une anomalie) et pour cause :
- Il n’y a plus rien (évidemment !) aux deux extrémités !

Qu’est-ce que sont ces lignes, qui ne passent aucune "com" ?
se demandait un homme de l’art en charge des "liens" d’Itineris devenu Orange ?)
- Excellent n’est-ce pas ?!? Ce fut probablement la précipitation qui accompagna la fermeture qui...

Et c’est la comptabilité de l’URM (Unité Radio Mobile de France Télécom Mobiles) qui payait aux services des "LL" (liaisons louées spécialisées) de France Télécom...


Autre chose ! La petite station radio maritime d’Ondes Courtes de Monaco Radio est devenue grande, en achetant d’occasion TOUT le matériel radio de St-Lys et du Vernet, y compris le Système de TOR (Telex On Radio) il y a quelques années.
(Lu dans la presse maritime Française et Belge, lorsque c’est arrivé).
- Qu’en penser ? Je suis convaincu que les Ondes Courtes ont un bel Avenir.

Bien navicalement - Thierry Bressol OR1
- Merci aux sites consacrés à Saint Lys Radio et à toutes les autres cités dans
- Saint Lys Radio en fin d’année
- Site d’un Radio-Amateur et ami : F1NQP

Histoire de RADIO & de Télécommunications Maritimes :
- Evolution de la Radio et de toute l’Electronique de bord
- La Radio et la navigation maritime
- Information sur le GMDSS aujourd’hui
- Station radio de navire utilisée à quai
- L’Homme Moderne et le Navtex

- Saint Lys Radio en fin d’année
- RADIO-ARCHEOLOGIE
- 500 Khz Le centenaire
- Le Secret des Radiocommunications
- Zef Radio à l’Ecole Hydro de Nantes et le Code Morse
- Chats opérateurs
- Le système de TOR suèdois "Maritex"

- La "mitraillette" des Ondes Courtes
- Pourquoi à Vichy ?

- Renseignement sous-marin ou la Guerre des Câbles
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...
- A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS Jimmy Carter et Agoravox pour illustrer mes explications...

- Rumeur des Ondes
- Le Danger des Radiations Electromagnétiques
- Marconi
- Bellini et Tosi à Dieppe en 1906
- Histoire commune du Radar de Navigation et de la TV
- Panne de radar au Brésil
- Radar en panne à bord de l’Esso Normandie 4
- Problème Radio au large

- Titanic et Radio Très intéressant ! (14 Avril)

Précision utile :
- En Belgique, contrairement à la France, il n’a pas été oublié qu’en cas de panne généralisée des réseaux de satellite, aussi improbable que cela soit aujourd’hui, une grande Station Radio d’Ondes Courtes demeure naturellement le dernier recours contre l’isolement, pour les navires en mer, les avions de ligne équipés et les forces armées Nationales stationnées "outre-mer".
- Par Michel Bougard R/O :
- Reportage à Oostendradio 1/2
- Reportage à Oostendradio 2/2

D’autre part, la visite d’Ostende Radio est aussi disponible en anglais sur le site de nos cousins Anglais :
- Coastal Radio UK
- St-Lys Radio/FFL Info
- RADIO-ARCHEOLOGIE après St-Lys Radio en fin d’année
- Jolies vues de Scheveningen Radio/PCH

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/