Souvenirs de mer

31 décembre 2005

Le Berger Allemand et les scouts marins

A l’occasion du cinquantenaire de l’émission de radio de France Inter le Masque et la Plume, j’ai tenu à évoquer ici quelques confidences très délicates reçues de deux remarquables passagers Allemands du bananier polyvalent Pointe Sans Souci en 1983, anciens sous-mariniers.

(le 22 Nov. 2005 et amplifié le 3 Septembre 2010)
- Le pape évoque sa vocation et sa jeunesse sous le nazisme
- L’information suivante provient de quelques longues conversations avec deux passagers du Pointe Sans Souci, navire Polyvalent Bananier, en 1983. Ces deux marins Allemands retraités étaient avant tout des anciens des fameux U-Boote qui semèrent en leur temps la peur sur les Océans. Ils m’ont fait ce soir-là, quelques confidences "trash" à propos du nazisme, en forme de mise au point.

L’original n’est plus de ce monde, mais le Sans Souci existe toujours

C’est le moment d’y revenir pour quelqu’un comme moi qui durant quelques jours travailla même pour le Pape...
- Le 22 Novembre 1945 il y a maintenant 60 ans presque jour pour jour, le procès de Nüremberg et la "distribution des prix" qui s’imposait commencèrent dans une ambiance mémorable. On aime beaucoup aujourd’hui commémorer, mais c’est souvent pour réutiliser ces événements catastrophiques maintenant anciens, d’une façon parfois peu claire...
- J’ai été dernièrement au moins choqué par quelques commentaires pour le moins tordus, entendus lorsque le Cardinal Joseph Ratzinger est devenu pape au printemps dernier.
- Bien qu’étant athée, je revendique mon éducation Catholique à ma façon. Effectivement, il est très "conservateur & tradition" Joseph Ratzinger. Cela dit, l’Europe a eu du mal à se libérer de l’emprise longtemps très forte de l’Eglise et je ne crois pas qu’il soit plus malin d’imposer aujourd’hui à l’Eglise comme terrible revanche, une "Ligne du Parti" moderne.
- Eux c’est eux... Nous, c’est nous. Il faut faire avec...

Joseph Ratzinger, nouveau Pape sous le nom de Benoît XVI

Il a en effet été reproché au jeune Joseph Ratzinger d’avoir étant très jeune, fait partie des Jeunesses Hitleriennes.
- C’est tout de même un peu fort de café !

C’est oublier (sortez vos livres d’Histoire) que pour tous les Allemands de ce temps en leur pays, les activités des "jeunesses hitleriennes" étaient obligatoires ! D’autre part les parents qui tentèrent de soustraire leurs enfants à cette obligation légale risquaient gros, très gros. Ceux-là, on ne les a en général pas retrouvés...

L’amiral Dönitz en toutes les couleurs

- "Ah !! Que les nazis ils étaient très méchants et que nous, on est aujourd’hui en démocratie". On nous le répète si souvent qu’une question s’impose :
- Est-ce bien sûr ? D’autre part, les nazis ont perdu la partie ai-je cru savoir. L’amiral Dönitz en a su quelque chose, lui qui n’était pourtant pas un vrai nazi, ce qui reste original pour ce qui lui est arrivé :
- Etre nommé Chancelier par qui nous savons, pour gérer la fin du désastre.

Le PC bananier polyvalent Hornstar, ex Pointe Sans Souci (un "Super Pointe")

Un soir de 1983 à bord du Pointe Sans Souci, au salon où se trouvait le fameux piano retrouvé en 2003, j’ai eu une longue conversation avec mes deux témoins anciens des U-Boote au cours de laquelle, je leur ai avoué qu’un des officiers mécaniciens du bord me disait :
- "Bressol ! Tu prends régulièrement le pot avec ces deux gars qui, s’ils avaient rencontré ton bateau à l’époque de leur jeunesse turbulente, l’auraient joyeusement torpillé..."

Le piano du Pointe Sans Souci ici retrouvé

- "Mais je les aurais moi aussi joyeusement (comme tu dis) et longuement grenadés sans aucun état d’âme ! C’est terminé tout ça..."

Voici le commentaire obtenu des "intéressés" et anciens des U-Boote lorsque je leur ai fait ceet confidence :
- "C’était bien la moindre des choses..." (avec sourires entendus)
- En mer on ne perd pas souvent le sens de l’humour, ce qui n’empêche pas une certaine gravité. A cette occasion en effet, j’ai reçu de ces deux anciens marins Allemands la rare confidence suivante :

Le Pointe Sans Souci existe toujours, même s’il fut démoli à Alang....

CONFIDENCES TRASH
- Tard ce soir-là en ayant un peu trop bu, l’un d’eux nous a raconté l’histoire tout à fait "trash" mais insolite des étranges cadeaux qui furent faits "un beau jour" aux sous-mariniers Allemands dans leurs bases Françaises.
- Ces présents du parti nazi aux combattants invincibles et valeureux, dixit la presse de l’époque, des loups gris, furent tous refusés et restitués, ce qui créa un certain malaise dans la Marine.

Un autre ancien marin Allemand nous l’a en effet confirmé, ce jour-là ils furent nombreux à réaliser, comprendre ou constater, surtout sans trop montrer leurs états d’âme., qu’il se passait probablement des "choses" tout à fait inquiétantes en Allemagne....

Karl Dönitz, capitaine de vaisseau en retraite

C’était si tabou "qu’on n’y pensait pas", tellement c’était inimaginable au moins pour des marins et pas seulement pour eux ! Le malaise fut tel que cette erreur ne fut pas refaite ensuite par les nazis, surtout avec les marins.
- Pour les nazis et pas seulement eux les sous-mariniers étaient des héros et à ce titre, ils méritaient une récompense et un certain nombre d’avantages. C’est donc pour cela que leur fut offert à Brest et Lorient quelques cadeaux insolites qui soulevèrent l’étonnement et la stupeur, puis une indignation non dissimulés ensuite...
- Ce qui "passa fort mal" en effet, c’est que l’un d’eux s’est retrouvé convaincu que les deux livres rares et anciens qui lui furent offerts pour les fêtes de fin de l’année 1942, avaient une origine pour le moins "discutable" ou insolite... :
- En effet ce marin retrouva par hasard dans son beau livre ancien, des photos de famille(s) portant des noms et des dates confirmant avec précision que ces "cadeaux étranges", appartenaient "avant" à des familles juives "disparues".
- Pire encore, le hasard farceur avait voulu en plus qu’ils soient des anciens voisins à lui...
- Mais enfin, où étaient donc passés ces "gens-là" ? Et pourquoi reçoit-on leurs biens les plus intimes intimes de cette façon ?...
- C’était une question très délicate...

Les allemands l’ont souvent dit "après" :
- "On ne savait pas". Dans le détail c’était d’ailleurs tout à fait vrai.

Mais ! Mes anciens marins étaient des gens précis et sérieux qui assumèrent ce soir là, ce qu’ils savaient pourtant être arrivé... Ils avouèrent qu’en effet, d’inquiétantes rumeurs circulaient dans toute l’Allemagne sur ce qui se passait dans "au moins certains camps de concentration".
- Il est même arrivé que certains "opérateurs" se vantent de leurs "brillantes activités", lors de soirées de déprimes et de beuveries...
- Bien sûr, jamais personne n’osa chercher à vérifier ces rumeurs, car pour "savoir", il fallait être aux premières loges, c’est à dire être victime ou coupables...
- D’autre part, mon grand-père qui fut cheminot à l’époque me précisa à sa façon en 1986 quelques années avant de nous quitter, que la manière dont ces gens étaient embarqués en train, ne laissait pas vraiment croire que c’était pour aller en camp de vacances :
- Tous ces trains "spéciaux" changeaient de locomotive et de conducteurs à Metz systématiquement. C’était "pour aller plus loin à l’Est", disaient les confrères cheminots Allemands qui vérifications faites, n’en savaient pas plus que les Français en général.
- Avec la SNCF et la DRB, c’était possible.

L’amiral Dönitz en public

Le grand-amiral n’en savait pas plus sur ce sujet que les autres, car il ne s’occupait que de Marine. Mais il cautionna ceci longtemps, jusqu’à devenir le Chancelier, c’est à dire jusqu’à découvrir trop tard la vérité.
- Situé sur le tard presque tout en haut de la hiérarchie nazie sans "en être" totalement, il n’aimait pas cette bande tout en s’acoquinant avec "qui nous savons" et il l’encourageait à continuer le combat devant témoins. Qui va comprendre...?
- Pour revenir à ce qui est reproché à Joseph Ratzinger, il faut aussi rester calme. Au-delà du fait que c’était obligatoire et inévitable pour l’enfant qu’il fut, les HJ ne sont pas et de fort loin, ce qui fut fait de pire à l’époque !
- Mes deux anciens des U-Boote furent au début de leur carrière maritime militaire, en tant qu’ex-chômeurs de la marine marchande, obligés de participer aux "actions" des jeunesses hitleriennes :
- Ils créèrent ainsi des organisations locales de "scout-marins" dont le but premier resté inavoué aux vrais nazis, était d’abord d’inciter les jeunes à naviguer et les intéresser aux choses de la mer.
- "Pour garder l’attention et discipliner ces "petits jeunes", il ne faut pas trop leur faire subir ces "cours trop théoriques et pas assez marins"...

Voilà ce qu’expliqua un capitaine au long cours aux nazis qui lui reprochaient de ne pas faire assez "d’éducation politique".
- "Les enfants préfèrent faire du sport ! Et la voile est un excellente école de la vie en commun..." Ajouta-t-il.
- En tout cas lui, il préférait leur faire faire de la voile que leur bourrer le crane avec des théories nazies fumeuses et pas toujours très sympathiques, ce qui ne s’avouait pas bien sûr ! Il ne fut pas le seul en ce cas... Ils ont donc "freiné" comme c’était possible, chacun à leur façon.

Bien navicalement - Thierry BRESSOL OR1
- D’autre part, Joseph Ratzinger est probablement moins conservateur qu’il en a l’air, ne serait-ce qu’en fréquentant en très bonnes relations, deux personnes comme Nicolas Sarkozy et son épouse, tous les deux fort peu représentatifs des catholiques conservateurs !

"TUYAUX GRIS", SOUS-MARINS et/ou GUERRES Mondiales :

Portrait d’un U-Boot type IX-B (Mike Rock)

- Le Prince Noir des hommes-torpilles
- L’espion du sous-marin Argo
- Le sabordage de la Flotte de Méditerranée à Toulon le 27 Novembre 1942 (Nouveau)

- L’épouvantable escale du Carlier à Dakar 1/3
- L’épouvantable escale du Carlier à Dakar 2/3
- Le Carlier après son épouvantable escale 3/3

- Pourquoi est-ce arrivé à Vichy ?

- Les méthodes du Grand-Amiral
- U-BOOT, la cible
- U-BOOT ou l’Anti-Marine Marchande
- Capitulation en mer le 4 mai 1945
- Les U-Boote avant et après le 4 mai 1945

- Le Gyro s’envoie en l’air à bord d’un U-Boot
- Le mal de mer, l’ennemi
- Les U-Boote et le « Metox »
- U-Boote, « La vache qui rit » et les tags
- Les bases sous-marines
- Le U-Boot et la marée blanche
- Guy de Rothschild en mer

- Luckner et le Seeadler, dernier corsaire à voiles
- Sous 10 pavillons, un grand farceur maritime
- Avis TV "Arte" : les croiseurs Emden & Dresden
- Les cargos sous-marins du Kaiser par Pierre Escaillas

- Le berger Allemand et les scouts marins
- "Loire" : Ne les oublions pas
- "Royale" et Marine Marchande
- Le Ponant Libéré (Nouveau)

- Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !!
- Echelon ou Greenpeace ?
- La guerre des Câbles sous-marins A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS J. Carter et Agoravox pour illustrer mes explications.
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...

- La "mitraillette" des Ondes Courtes
- Les voyeurs

- Le sauvetage de l’U-47
- L’U-47 à la chasse aux canards

- Visite de courtoisie à bord d’un sous-marin Portugais
- Chasse au sous-marin sur la Loire
- Patrick O’BRIAN - "Master and Commander"

- Le monde des "bateaux noirs" (les sous-marins par Gilles Corlobé)
- Secret Défense : C’est pas moi ! Mais c’est très intéressant, pour ne pas dire parfois excellentissime...
- Site dédié aux Marins de 1939 a 1945
- Témoignages insolites venus de "l’ombre"
- Mer et Marine ou... Océans et Marines. En plus ils sont brefs !

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/