Souvenirs de mer

18 mars 2007

TGV, Marine Marchande et Chemins de fer 1/2

Les marins prennent souvent le train et les chemins de fer font des emprunts au langage maritime.
- Ne dit-on pas "un train à quai" et "stoppé en pleine voie" ?

Merci d’avoir choisi Thalys !!

Première Partie : Corrigé le 19 Mars 2007.

Qui a oublié ce fabuleux slogan des années 1980 ?
- "Avec la SNCF, c’est possible !!"


Lorsqu’on sait tout ce qui s’est parfois passé ou ce qui peut parfois nous arriver à bord d’un train, pour ne parler que des trains français ou plus simplement Européens, ou même de ce que vous "risquez" seulement en achetant votre billet, vous comprendrez fort bien qu’il fut un peu plus tard jugé plus prudent d’adopter une autre formule...

Le "Train Simulator" existe, aussi sûr que pour l’aviation et les navires !

Quiconque est issu d’une famille de cheminots ne me démentira pas, les Chemins de Fer, comme la Marine et les Mineurs de fond, ce n’est pas seulement un métier, c’est aussi une culture...
- N’oublions pas par exemple, que la SNCF est née armateur. En effet l’Armement Naval SNCF à Dieppe comme à Calais, est directement issue des Chemins de Fer du Nord. L’héritage demeure aujourd’hui :
- http://www.seafrance.com/ - (Note en bas de page)
- Comme les cheminots, les marins aiment les belles machines mais ce ne sont pas les mêmes. Bien que...

Le CF Chartres en train d’éviter à Newhaven pour appareiller

D’autre part quiconque a été marin même peu de temps, a naturellement eu l’occasion de prendre souvent le train pour rejoindre le navire ou rentrer chez lui en débarquant.
- Embarquer à bord du Manhattan (1) : Mon voyage en train pour rejoindre ce navire fut en effet mémorable. Mais j’y reviendrai tôt ou tard, car ce fut tout à fait savoureux.

Naturellement il nous est tous parfois arrivé en naviguant, quelques bonnes anecdotes ferroviaires. Ce moyen de transport fait donc partie de l’aventure maritime, pour le meilleur ou le pire.

Le Mozart en pleine voie, près d’Arzeviller

Sur la vaste toile du "World Wide Web" les Chemins de Fer constituent un sujet magnifiquement et diversement traité, au moins aussi bien que le secteur maritime ou l’aéronautique.
- On y préserve aussi le patrimoine technique par exemple :
- http://www.sauvons-la.com/acc.php, elle est intéressante comme le 3 mâts Belem.

Le Mistral au départ, années 70

Depuis Août 2006 trois motifs m’ont fortement incité à aborder ce sujet inhabituel ici, comme s’il était entièrement maritime. Mais la récente célébration en fanfare des 25 ans du TGV m’a lancé...

Rame TGV Atlantique, ici celle du fameux record de vitesse à 513 km/h

- I/ Le Passé : Avec la SNCF, c’était possible... (http://lipietz.net/)

Alain Lipietz et sa famille ont porté plainte contre la SNCF à propos des opérations de déportations. Tout le monde le sait, durant l’occupation allemande "on" utilisa malheureusement les services de la toute jeune SNCF, créée en 1937 lors d’une nationalisation en pleine coopération avec les Grandes Compagnies privées de l’époque.
- Les Cies en avaient assez de perdre de l’argent avec leurs réseaux pourtant magnifiques, mais auxquels il manquait une Cohérence Nationale. C’est pourquoi les Chemins de Fer se conçoivent naturellement comme une entreprise Nationale.

Plus jeune, comme le 3 mâts Belem la 231G 558 travaille encore...

Cette plainte m’incite à rappeler que la famille Lipietz (dont je comprends parfaitement la douleur) ferait bien de penser que la SNCF d’aujourd’hui a peu de points communs avec celle de 1942, martyrisée par les bombardements alliés et surveillée en permanence par 3000 cheminots Allemands "détachés" en mission chez elle.

Ces cheminots Allemands étaient en général bienveillants avec leurs collègues Français, ceci m’a été dit par ceux qui "y étaient". Mais nos chemins de fer n’étaient pas vraiment maîtres chez eux, loin de là ! Ils avaient affaire à un gros "client obligatoire" et encombrant...

La Direction de la SNCF était en permanence sous haute pression, obligée de mettre une grande partie de ses vastes moyens à la disposition de l’occupant qui heureusement la payait, ce qu’il n’a pas fait partout en Europe...

D’autres pays occupés ont dû subir un "Gauleiter". Pour comprendre, il faut demander aux Polonais par exemple d’évoquer le souvenir impérissable que leur laissa le Gauleiter Franck...
- Le 60ème anniversaire de son procès à Nüremberg nous est rappelé cette année.

- Donc Alain Lipietz devrait ne pas oublier ceci :

A la Direction des chemins de fer comme chez celle des Câbles Sous-marins par exemple au sein des "PTT", ou même l’amiral Auphan en charge de la Marine Marchande, un grand nombre de hauts fonctionnaires ont déployé des trésors d’imagination et une ruse diabolique en matière de négociation avec l’occupant, qui voulait en permanence obtenir toujours plus...

Charles De Gaulle disait qu’il ne faut jamais négocier en position de faiblesse. Le régime de Vichy nous le démontra :
- Il finissait toujours par être obligé de céder, volontairement complice ou non.

Ce type de voiture restaurant a traversé toute l’Europe et le Temps, depuis les années 40

Cette situation n’empêcha pas l’amiral Auphan, les PTT et la SNCF de souvent réussir à résister à la pression. Il est maintenant connu que sournoisement et efficacement, une énorme quantité d’hommes et d’équipement(s) fut soustraite à la convoitise "Teutonique" malgré des conditions de négociation qu’on peut deviner "difficiles", même en ayant eu la chance de ne pas les avoir connues...
- Nous savons aussi que les Gendarmes, les Enseignants, les PTT et la SNCF abritèrent de grands réseaux de Résistance.

Qui se souvient par exemple du "club" constitué de profs d’allemand et de techniciens du central téléphonique Massena à Paris ?
- Ils écoutaient TOUT et n’importe quoi en permanence, à commencer par ce que disaient les Allemands ! Ils surent donc donner de très intéressants "tuyaux" à qui nous savons...

La Pacifique 231 G 558 est basée et roule principalement en Normandie

La SNCF de l’époque ne laisse donc pas seulement le triste souvenir des fameux "trains de la honte" qui changeaient toujours de locomotive et de conducteur à Metz, pour aller ensuite dans une direction inconnue vers l’Est où le Sud de l’Allemagne.

C’est sûr, tout le monde se doutait fort bien qu’ils n’allaient pas vers des centres de vacances, même sans connaître aucun "détail" de ce qui arrivait aux déportés à la destination.

A mon sens, porter plainte en 2006 contre la SNCF d’aujourd’hui au titre de ces trains, même s’ils étaient facturés et payés, (et pourquoi pas ?) cela me semble être un abus scandaleux, peut-être aussi une tentative scabreuse d’exploiter aujourd’hui la "Shoah"...

Pourquoi la SNCF de 2006 devrait-elle payer en 2006 toutes les horreurs de l’occupation ?
- Pourquoi pas France Telecom alors ? Je suppose que pour organiser les déportations, "on" utilisait aussi le téléphone...
- Pourquoi est-ce arrivé à Vichy ?

Tout cela n’a pas beaucoup de sens. S’il est réellement écologiste Alain Lipietz devrait s’intéresser plus attentivement à la SNCF d’aujourd’hui, qui se montre parfois grande pêcheresse en matière d’environnement...
- La SNCF de 1942 "n’est plus" et... L’armée des nazis, elle est partie !
- Pour conclure, avec la SNCF ce n’est plus possible, qui va s’en plaindre ?

Le feu à bord est aussi redoutable qu’en mer, même si c’est moins fréquent. Celle-ci sera sauvée, dû sa rareté

Après ces désastres la SNCF fut heureusement aidée par l’Oncle Sam à "se refaire une santé". Il lui devait bien cela après l’avoir si bien bombardée !
- La France commanda donc 1340 locomotives 141R pour la SNCF à l’industrie américaine (Baldwin, Alco, Lima etc...) dans le cadre du plan Marshall. Ceci dit elle n’en reçut que 1323...

Une des dernières "vapeurs" de la SNCF, exposée à Mulhouse

En effet 17 locomotives furent perdues car le transporteur de colis lourds "Belpalmela" désigné par erreur comme étant un liberty-ship devait les livrer. Mais il fit naufrage le 13 avril 1947 dans l’Atlantique Nord.
- La SNCF dut donc se consoler avec d’autres locomotives, "prélevées" en Allemagne bien sûr ! Les chemins de fer et les cargos sont naturellement complémentaires mais pas toujours.

Le Belpamela n’était pas un "Liberty", mais un transport de colis lourds

Les plus jeunes d’entre nous peuvent aujourd’hui voir quelques unes de ces étonnantes machines, dont certaines savent rouler comme neuves. Ces modèles US étaient puissantes, polyvalentes, simples à conduire et à entretenir.
- C’est peu connu : elles étaient chauffées au fuel !

J’ai eu le privilège de voir travailler les dernières 141R en exploitation car la fin de la vapeur arriva en 1973.

C’était il n’y a pas si longtemps. Voir fontionner ces belles machines dans une gare ou en pleine voie vous imprimait dans la tête un souvenir aussi vivant que celui du "Grand Charles" à la télévision. Elles font partie de mes plus anciennes images.
- A moins de 4 ans, un enfant croyait qu’elles étaient vivantes...

La 141 R du musée de Mulhouse, ici de sortie en 1996

- II/ Le Présent : Merci d’avoir choisi Thalys !!

Après cette petite "étude" sur ce qui n’est plus possible avec la SNCF, voici ce qui l’est devenu aujourd’hui. Il n’y a pas de raison pour s’en priver....
- La publicité est de plus en plus envahissante, jusqu’à se montrer nuisible. Elle entretient trop souvent la déculturation et le conformisme. De surcroît certains autres annonceurs utilisent le mensonge sans limite ni sanction. D’autre part il arrive même que certains annonceurs se moquent ouvertement des usagers, ou tout au moins nous en donnent l’impression.

TGV Thalys d’abord, Fortis aussi ! Ici en mission "pub" aux Pays Bas

Le TGV dès ses origines a tout tenté pour se donner une allure la plus possible "aéronautique". Ce nez ne vous rappelle rien ?

Si le TGV n’a en général pas de belles hôtesses de l’air à son bord, la belle brochure luxueuse en papier glacé est toujours disponible. Celle des Thalys (ce type de TGV se voulant encore plus beau) est naturellement encore plus soignée.
- L’habitué du Thalys Paris Mons Namur Liège que je suis, a cependant ressenti comme une provocation la couverture du numéro de Juillet Août 2006 qui proclamait fièrement :
- "Merci d’avoir choisi Thalys !" Je me suis mis en colère.

TGV Thalys, saisi ici "en pleine voie"

Célébrer les 10 ans (déjà) de Thalys peut certes se comprendre. Mais ce slogan me semble au moins un peu "déplacé", pour ne pas dire "inapproprié" comme disait le Président Clinton en évoquant l’une de ses relations de travail à la Maison Blanche.

Ceci se nomme "accouplement", mais il ne s’agit pas de "relations inappropriées"...

Note : La SNCF n’a toujours pas retrouvé de bébé TGV dans ses frigos...

En général l’accouplement de TGV n’est pas dangereux malgré un spectaculaire "accident d’accouplement" de TGV survenu au début des années 90, près de la gare de Paris-Monparnasse. Par miracle il n’y eut pas même un seul blessé car les voyageurs n’étaient pas encore à bord. Ils l’attendirent en vain sur un quai qu’il n’est pas parvenu à rejoindre.
- Un plantage informatique (ou une fausse manoeuvre ?) empêcha la normale relation "maître-esclave" entre ces deux rames accouplées qui devaient partir ensemble en Bretagne. Seul le personnel a vu ce qui s’est passé, mais les gens du quartier ont entendu "quelque chose".
- La SNCF essaye toujours de "garder pour elle" ses mésaventure, surtout si personne n’a rien vu !

Thalys est une structure de droit privé conçue en commun par la SNCF et ses cousines SNCB (Belge), DB (Teutonique) et NS (Batave) pour exploiter le TGV Alsthom de norme française sur toutes les grandes lignes qu’elles ont à desservir en commun.

Choisir Thalys ? Le cornichon qui valida ce slogan n’a sans doute pas pensé qu’il n’y a plus guère d’autre choix que le Thalys entre Paris et la Belgique par exemple !
- Il n’existe plus entre les deux pays que deux trains classiques, le "Lille, Tournai, Mons, Charleroi, Namur, Liège et Herstal", ou celui entre Lille et Ostende....

Le TGV ne se conçoit pas sans la Radio, et l’Internet Wi-Fi sera bientôt disponible à bord, à partir d’un Satcom...

Pour le reste d’où que vous partiez en France le TGV est devenu obligatoire, sauf à décider de prendre l’avion, votre voiture si vous en avez une, ou bien vos chaussures et votre vélo...
- Il n’existe plus de train "Corail" reliant Paris ou Rouen par exemples, aux grandes villes belges. Le dernier "Corail" Namur-Paris a disparu depuis au moins deux ans. J’ai oublié quand, c’est dire...

- Avoir supprimé les autres trains et dire "Merci d’avoir choisi Thalys !" C’est se moquer du peuple.

Les Thalys vont loin en France, même dans les Alpes

- III/ L’avenir : Prenez le train, c’est plus malin !
- La SNCF se déshabille et se cache ensuite toute nue derrière ses TGV. Etrange :

Naturellement on me dira que si des lignes sont fermées et des trains supprimés, c’est tout simplement faute d’avoir un nombre suffisant de clients. Certes ! Mais ne le fait-on pas au moins un peu exprès ? Par conformisme et "solution" de facilité intellectuelle peut-être...

Tout le monde sait comment sont aujourd’hui l’accueil, la convivialité dans les gares et les trains, ou ce qu’est devenue la tarification autrefois limpide car calculée au kilomètre. C’est aujourd’hui de plus en plus opaque et dissuasif souvent, à commencer par celle du TGV ! Qui sait maintenant à l’avance ce qu’il va devoir payer ?

Train classique "Corail", ici sous ses nouvelles couleurs

Sur les lignes dites "classiques" elle est devenu "assez élevée" pour créer le bien connu cercle vicieux dans lequel les comptables font tourner les chemins de fer depuis 25 ans au moins :
- Augmenter les prix pour "rattraper" le déficit, ce qui dissuade encore et toujours plus ceux qui peuvent faire autrement. Et ainsi de suite...
- En 2006 et cela ne date pas d’hier, plus personne disposant d’une voiture ne va penser spontanément à rendre le train pour faire une long trajet ! C’est brillant comme les élites de France.

La célébration spectaculaire des 25 ans du TGV sait donc nous faire oublier ce que cache ce bel arbre que fut le transport insolite d’une motrice TGV au Trocadéro, c’est à dire la forêt !

Une nouvelle race de train Corail, le "Téoz". Il était temps d’innover ailleurs que pour le TGV

Cette politique dite du "tout TGV" menée depuis 1980 mérite-t-elle vraiment l’autosatisfaction générale affichée par les notables du Rail ? Pour toute longue distance le TGV est devenu obligatoire, il suffit de consulter le brochures ou le site Internet et farceur de la SNCF :
- Aujourd’hui la quasi-totalité des trains classiques ont disparu des grandes lignes, il ne reste que l’Est de la France et les pages historiques de la vaste toile mises en lignes par les passionné du Rail.
- Le voyageur ferroviaire n’a plus le choix.
- http://www.trains-en-voyage.com/116-tee-paris-bruxelles-amsterdam.html

Tant pis si l’intéressé se fout royalement et n’a pas le besoin d’aller aussi vite, mais "seulement" à 160 ou 200 Km/h. Il devra rouler à 300 km/h et surtout... En payer le prix ! Car c’est surtout cela qui compte aujourd’hui.

Ouverture du TGV Nord. Pardon ! Départ du dernier TEE Paris Bruxelles

Dans les années soixante le trajet Paris-Nice durait encore une dizaine d’heures. Mais pour ceux qui ont eu la chance de voyager à bord du Mistral le temps passait plus vite. À bord de ce train de prestige, confort, services et détente faisaient déjà parties du voyage. Voyager loin en train avant le TGV était un art, pas une corvée.
- J’ai plusieurs fois pris ces trains pour embarquer. Brittany Ferries disait à ses passagers :
- "Vos vacances commencent à bord." (Alexis Gourvenec a labouré la Terre, puis la Mer...)
- Avec le Mistral ou l’Etoile du Nord, l’embarquement commençait toujours agréablement et dans la sérénité.

Citation :
- "En ce temps-là le Mistral sillonnait la vallée du Rhône à 120 Km/h de moyenne. En cuisine un chef en toque mijotait pour ses hôtes des plats raffinés que des serveurs en habit déposaient sur les tables nappées de blanc du wagon-restaurant. Déjà pressés, les hommes d’affaires déjeunaient à la hâte, puis rédigeaient des courriers urgents que la secrétaire du train leur tapait à la machine. Leurs épouses avaient alors tout le loisir de flâner dans la boutique du train... Et même de se refaire
une beauté au salon de coiffure.
"
- On en rajoute un peu ! Mais je certifie que l’ambiance était excellente, loin de celle trop souvent crispée du TGV.

Pub TEE "Etoile du Nord" Paris Bruxelles

Compte tenu de "mes antécédants" je ne saurais être soupçonné de "technophobie" obtue ! Je ne me permettrais certainement pas de dénigrer ici comme ailleurs, la technologie TGV patiemment mise en oeuvre en Fance depuis le mileu des années 70. Elle est l’aboutissement de ce qui s’est fait de plus réussi dans le monde après le lointain cousin Japonais SHINKANSEN qui vient d’avoir 42 ans déjà...

Le Shinkansen en gare à Hiroshima. Depuis 1964 sans accident

Comme avec toutes les technologies nouvelles le problème est ce que l’on fait avec. En soi elles ne sont ni bonnes ni mauvaises. On s’en sert plus ou moins bien et comme en mer il y a des accidents et des mauvaises habitudes.

Un stupide malentendu au téléphone peut avoir de conséquences terribles...

Avant même 1840, le corps médical se demanda sérieusement (car la question était grave) s’il était réellement possible de respirer et donc de survivre en roulant à plus de 60 km/h. Les "développeurs" du chemin de fer furent donc incités à la plus grande vigilance.
- Ceci peut faire rire aujourd’hui mais en faisant abstraction des connaissances et de l’expérience d’aujourd’hui, si l’on pense seulement avec ce qui se savait à l’époque, on arrête immédiatement de se moquer.

Reconstituée d’après les plans et papiers de l’époque, une première Montgolfière

Les frères Montgolfiers et Pilâtre de Rozier se sont eux aussi logiquement interrogés, en constatant que leurs ballons pouvaient comme c’était souhaité porter très lourd. Le principe de précaution leur dicta donc d’envoyer "au ciel" quelques lapins, chats, chiens et de la volaille. Ces animaux furent récupérés ensuite en parfaite santé.
- L’opinion préalable de Pilâtre de Rozier fut donc confortée, le seul danger était la fiabilité soupçonnée douteuse des premières montgolfières. Il constata de visu qu’il avait eu raison de vérifier avant d’aller de l’avant et n’a que mieux réussi à étonner le Monde. Mais comme aux frères Wright plus tard, il leur arriva quelques mauvaises chutes...

Etienne et Joseph de Montgolfiers, aussi connus et courageux que le Procureur à Nice aujourdhui...

Un événement fut fêté dignement en 1997 partout au Monde, le bicentenaire du parachute. Le 22 octobre 1797 à 5 heures du
soir André-Jacques Garnerin s’éleva du parc de Monceaux à Paris avec une Montgolfière puis sauta "dans le vide" équipé d’un "truc" qui inquiète encore ceux qui sautent aujourd’hui...
- Garnerin était pour Paris "l’Aérostatier des Fêtes Publiques". A l’époque l’usage militaire était fort incertain, mais ces vols amusèrent énormément de monde, avant de servir la Révolution par l’observation aérienne avec un succès oublié depuis...

La Montgolfière n’est pas "dépassée", au contraire. En Normandie en 2006...

Comme les Aérostatiers des années 1780, les "pro" du chemin de fer doutèrent longtemps qu’il fût possible de rouler sur des rails en sécurité à plus de 150 km/h et par la suite à plus de 200 km/h. Mais la SNCF le prouva de façon spectaculaire plusieurs fois de suite en précisant cependant :
- "sous réserve d’une installation parfaite des voies".
- Ensuite elle le réalisa et c’est devenu la routine dès les années 60.

BB9200 apte 200 km/h en tenue "Capitole". La 9232 a aujourdhui des millions de km

Les ingénieurs, techniciens et ouvriers qui ont participé à cela de près ou de loin, même de façon parfois modeste, durant des dizaines d’années, peuvent être légitimement fiers de tout ce qui a été fait. Les 28 et 29 mars 1955 sur une ligne classique spécialement choisie et surveillée, une longue suite d’essais de grandes vitesses fut conclue par deux
démonstrations publiques très spectaculaires jusqu’à 331.5 km/h.

La CC 7107 du record de vitesse sur rails en mars 1955 (331 Km/h) ici en exploitation normale

Ce double record de vitesse sur rails resta inégalé jusqu’aux années 90. Rouler sur rail à plus de 250 km/h fut longtemps considéré comme impossible. Mais c’était surtout "casse-figure" par manque d’expérience. Ces "roulants" se sont fait quelques peur :
- En effet "on" cacha longtemps d’inquiétantes photos qui restèrent "interdites" au Public, car elles montraient la voie trouvée toute gondolée après le dernier passage d’un de ces trains. La voie fut donc remise en état, à une vitesse record également...

Train du record de vitesse, surpris ici à 331 Km/h en 1955. Ca décoiffe...

Les journalistes non spécialisés ne furent pas invités à observer la voie après cet essai. Ils ne pensèrent même pas à le demander, tandis que les autres restèrent très pudiques. Ouf !
- J’ai parfois vu cela en naviguant. Lors d’une escale à Puerto Limon de Costa Rica avec le PC-bananier Pointe Sans Souci, j’ai vu que la "géométrie de la voie" vers San José était un peu spéciale... Il reste vrai que les trains de bananes ne nécessitent pas une géométrie aussi parfaite que le TGV.
- "Vous pensez, à la vitesse que..."

Ceci fut réalisé avec deux locomotives de série, certes "un petit peu bricolées" pour l’occasion, qui retrouvèrent leur service normal par la suite. Accessoirement les deux vieilles dames échappèrent à la casse, lorsque le moment de la retraite fut venu.

Conservée, record oblige, la BB 9004 se fait belle

Il arrivera probablement la même chose à cette rame TGV qui pulvérisa par trois fois le précédent record jusqu’à ne plus rien oser après avoir atteint cette fois les 515,3 km/h.Ce TGV circule aujourd’hui dans l’anomymat le plus total. Seuls quelques voyageurs observateurs et connaisseurs savent remarquer la plaque commémorative de l’événement que portent les deux motrices.
- Ce Record à 515,3 km/h reste en 2006 non battu, mais il passera certainement dans l’histoire, lors de quelques prochains essais sur la nouvelle ligne du TGV Est durant Avril 2007. Ce type de record se comprend comme réalisé par un train sur des rails "conventionnels". D’autre part la SNCF pour prouver qu’il n’y a pas de "tricherie", met un point d’honneur à ne pas se faire construire une "formule 1" du rail, mais à utiliser un matériel de série. Là aussi est le véritable tour de force.

Wagonnets de mine, et symbole du renouvellement politique nécessaire

On est à présent fort loin des origines lointaines du Rail qui remontent probablement au 12ème siècle. Dans les mines on poussait déjà les charges lourdes dans des wagonnets roulant sur des rails en bois qui furent peu à peu conçus en métal dès le 17ème siècle, peut-être plus tôt, car c’était plus robuste. Le principe demeure !
- Sur Rail tout "glisse" plus facilement. C’est constaté et exploité de longue date.

D’autre part les locomotives électriques de la SNCF datant des années 60 ont parfois des millions de kilomètres. Si on dit souvent "chiffres astronomiques", nous pouvons aussi penser "chiffres ferroviaires".

Voiture "Téoz". Depuis Louis Gallois, le TGV n’est heureusement plus la seule grande innovation

Une réflexion saine et critique sans chercher à tous prix à casser du bois, nous impose de savoir dépasser notre admiration pour la belle technique.
- Le gigantisme des super-porte-conteneurs est-il vraiment si nécessaire ?
- De même est-il réellement Nécessaire de "faire Paris-Strasbourg" en moins de deux heures ? Aller toujours plus vite et pratiquer le "toujours plus" technologique est à la mode, mais cette attitude nous montre aujurd’hui ses limites et parfois ses dangers économiques et sociaux.
- J’avoue sans aucun scrupule, concevoir de sérieux doutes sur la question. J’y reviendrai plus en détail. Donc, affaire à suivre....

Bien Navicalmement - Thierry BRESSOL - OR 1
- Chemins de Fer et Marine Marchande 2/2
- "A toute vapeur" et jusqu’en Autriche !
- Culture des transports le scandale SNCF. ("m.à.j." le 10 Décembre)


Merci aux sites :
- http://www.thalys.com (pub)
- http://daniel.ebroussard2.chez-alice.fr/page-perso/page01.htm
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Record_de_vitesse_sur_rail
- http://www.supphoto.net/galerie/photos/tgv/
- http://www.entreprise-sncf.com/communiq/communiq513.html
- http://www.trains-fr.org/ (site "généraliste" du Rail)
- http://perso.orange.fr/marechal/Trains/141r.htm
- http://www.sauvons-la.com/acc.php
- http://www.trains-en-voyage.com/7-ec-65-64-paris-est-munchen-hbf-ex-mozart.html

Le symbole de la Cie Internationale des Wagons Lits est l’un des plus beaux, il demeure visible en forme simplifiée car la CIWL survit...

Notes : Liste des articles "Armement Naval SNCF"

- Le Car-ferry CHARTRES
- Le Chartres déchaîné
- Le Chartres blessé par le mauvais temps

- Visite annuelle de sécurité des navires
- Les pirates de la Ligne Dieppe Newhaven
- Le retour du Villandry à Dieppe

- Le Car-Ferry Chartres, Mitterrand et la rumeurs
- Alerte à bord du Chartres, Greffier à bord !!

- Mourir d’amour à Dieppe
- Alexis Gourvenec a labouré la Terre, puis la Mer...

Symbole de l’accueil du site

- Plan général du Site & Plan de "Marine Inconnue"

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/