Souvenirs de mer

14 septembre 2006

L’Aéro-Mauvais Genre et le 11 Septembre 2001

Lundi le 11 Septembre 2006, j’ai évoqué ici l’émotion forte qui fut la mienne et la nôtre lorsque c’est arrivé.
- Le côté hautement spectaculaire et terrible de l’attentat multiple du 11 septembre 2001 cache mal ses aspects techniques, qui sont pourtant extrêmement intéressants". Pour comprendre, laissons toujours l’émotion de côté pour bien observer les faits avérés. Dire "les attentats du 11 Septembre" n’a pas de sens ! C’en était UN seul avec plusieurs "vecteurs" et plusieurs cibles !
- Mes escales à New-York et le 11 Septembre 2001 & Aéro-Hystérie Collective
- La Chapelle St-Paul, site magique de "Big Apple"

Après le 11 Septembre 2001, la Malédiction de la Cie Malaisienne

(page mise à jour le 29 Juillet 2014 à 19h10)
- Ce texte était à son origine étroitement associé à celui consacré au 11 Septembre 2001 comme aux pays d’origine du problème posé, c’est à dire à l’Afghanistan et au Pakistan, pour ne pas dire Dangeroustan. A propos de ce dernier article, nous espérons que cette supposition ne sera jamais un souvenir de mer...
- Soyons Réalistes, exigeons l’Impossible ! La Lune et Mars, comme il y a 45 ans, une époque de progrès avec laquelle la nôtre a réellement du mal à supporter la comparaison...
- 45ème anniversaire de la Mission Apollo 11 (diaporama)

Note personnelle : Le Monde Occidental n’a-t-il pas encore assez de problèmes ?
- Brûler le Coran en public le 11 Septembre ? (le 8 Septembre 2010)
- Une mise en danger des Combattants (le 7 Septembre 2010)

Ce qui suit s’imposait et ce fut chose faite par le Département d’Etat des USA et par le Vatican, c’est à dire :
- Un solide rappel aux Valeurs Américaines piétinées par ces crétins.
- Un Rappel aux Valeurs Chrétiennes, les vraies.

Lois fondamentales de l’Aviation, jeune cousine de la Marine :
- Article 1 : Le décollage est toujours facultatif. L’atterrissage est obligatoire.
- Article 2 : Tentez donc de toujours garder le nombre d’atterrissages que vous faites, égal au nombre de décollages.
- Article 3 : Tout abus sera puni.

Air Chance ? Ou photo de mauvaise foi plus probablement...

Une citation s’impose car quelques jours après, lorsque fut connue l’identité des acteurs de l’Attentat, je fus "scié" une fois de plus. Nous avons pu entendre sur CNN, ce commentaire du directeur d’une école de pilotage américaine, à propos de l’un de ses élèves :
- "Ce petit gars était très bien ! He was a very good guy ! Nous ne comprenons pas... Comment est-ce possible ? Nous attendons la confirmation définitive qu’il s’agit bien de lui..." Hélas, c’était bien lui. Qui va comprendre cela facilement ?

Les marins ne sont pas seuls à connaître des mésaventures...

Un autre pilote-instructeur ajouta qu’il pensa vraiment bizarre sur le moment, de constater durant les stages chez un autre des élèves pilotes "concernés", un certain manque d’intérêt pour toutes les procédures d’atterrissage...
- Effectivement, il n’en n’avait pas réellement besoin. Il ne se sentait pas concerné par les Lois fondamentales de l’Aviation...

Comment peut-on péter les plombs à ce point ? Comment peut-on décider de réaliser une pareille "opération" avec un avion de Ligne ? C’est tellement indicible que je me demande encore quel mot choisir pour nommer la chose....
- Contrairement à cette opinion étrange de certains journalistes qui le disent parfois, le Monde n’a pas changé ce jour-là ! D’autre part le résultat principal de cette "action" fut aussi et surtout... De pourrir durablement la vie de tous les Musulmans du monde. L’a-t-on oublié ? Eux, certainement pas. D’un stricte point de vue Islamique, c’est une action discutable...

Pas de danger, il ne bougera plus celui-ci...

D’autre part encore, un de mes amis ancien Pilote de Ligne chez Air France et Dieppois aussi, aborda curieusement cette question comme s’il avait lui-même voulu organiser cela. Nous en avons déduit ce qui suit :
- Nous avons assisté le 11 septembre 2001 au déroulement implacable d’une opération extrêmement méticuleuse jusqu’au moindre détail.
En effet pour préparer leur coup ces quatre "équipes" ont dû choisir avec le plus grand soin leur type d’avion, leur école de pilotage et le genre de cours à suivre, leurs lignes (de préférence à l’intérieur des USA), leurs compagnies aériennes, les heures de départ, les armes, bagages et "équipements", peut-être même leur tenue vestimentaire, etc.
- En effet pour être certain de réussir, il "fallait" (si j’ose dire) que chaque groupe commence à agir aussi simultanément que possible durant un intervalle de temps pas trop long, 30 minutes au maximum, pour ne surtout pas permettre aux autorités d’avoir le temps qu’il faut pour "décoincer" et réagir...
- Ceci impliqua fort probablement un certain nombre de "répétitions", durant lesquelles ils firent tous leurs voyages "pour rien", (ou "à blanc") en se comportant en passagers parfaitement calmes, disciplinés et aimables, pour ne pas dire "transparents".

Celui-ci l’a échappé belle ! Le tout premier 747 acheté par "AF" ne connaît pas... La démolition.

Tout "devait" être mis en oeuvre pour être certain qu’aucun retard imprévu n’empêche un avion de "commencer" comme les autres sa mission. Ils étaient 19 constituant quatre "équipages" et aucun d’eux ne devait être en retard le jour "J".
- Probablement même les lignes de bus ou de métro comme l’itinéraire en taxi durent être choisis avec un soin méticuleux, en essayant toutes les possibilités.
- Je ne serais pas surpris si l’enquête étant un jour dévoilée, on apprenait que "l’opération" fut retardée plusieurs fois à cause d’un petit grain de sable imprévu... Tout cela n’avait rien de simple.

D’un stricte point de vue aéronautique d’autre part, il leur fut certainement nécessaire par exemple de lire chaque matin les "NOTAM", (ou AVURNAV aériens) c’est-à-dire les avis aux navigateurs aériens) et bien sûr la Météo "pro et aéro" qui va avec !
- Inutile de "commencer" l’opération s’il devient évident que les horaires ne seront pas respectés !
- Notam <= voyez vous-mêmes !

Triste vue que ce Boeing 747 ancien, l’aboutissement d’une belle carrière de 25 à 30 ans de vol...

On peut donc se douter que les "opérateurs" de ce désastre eurent tout le temps suffisant pour réfléchir, à moins qu’il ne fussent tout simplement trop occupés à tout vérifier.
- Qui peut comprendre cet état d’esprit ?

N’importe quoi pouvait retarder l’un des avions au dernier moment et il semble bien que cela soit arrivé au 4ème, celui qui fut "planté" quelque part dans un bois de Pensylvanie, le "vol 93".
- Il est est maintenant bien connu qu’il a loupé sa cible à cause de la révolte des passagers et des membres de l’équipage qui n’avaient pas encore été assassinés. A cause du retard du déclenchement de "l’action" à son bord, tout le monde savait à quoi s’en tenir sur les intentions réelles du "nouveau pilote".
- Le système de radiotéléphone Inmarsat de l’avion a certainement modifié le cours des événements et je reste encore étonné que les pirates les aient laissés téléphoner librement... On ne peut tout prévoir.

Point d’impact au Pentagone, peu après l’attaque

Les otages ainsi condamnés, essayèrent naturellement de "s’en sortir" par tous les moyens, mais hélas ils réussirent surtout à faire échouer la terrible mission du jeune pilote pirate.
- L’histoire du Vol 93 est poignante. Mais aux Etats Unis, on finit toujours tôt ou tard par tout savoir, même les faits les plus secrets et les plus inavouables. Pour ceux-ci bien sûr, il faut être patient, on peut s’en douter. Les éléments sensibles "sortent" cependant un par un...

N’est-ce pas que c’est du solide ? Ce n’est pas une fenêtre Microsoft...

Sa cible était-elle la Maison Blanche ou le Capitole ? Après les Tours jumelles du WTC et le Pentagone, il "manquait" cela. D’après ce que j’ai pu déduire en fouillant tout ce qui est visible et lisible, le jeune pirate du quatrième avion était à la fois en retard sur son triste programme et moins bien préparé techniquement que les autres.
- Il ne fut pas capable de faire "efficacement" tout ce qu’il voulait avec l’avion et lança par erreur à la VHF, des annonces destinées à calmer les passagers en "se battant" avec le pilotage automatique... Peut-être était-il préparé par erreur à un autre type d’équipements de bord ?

Cet échec dramatique me laisse penser que l’opération manquait heureusement de maîtrise. Je ne serais pas du tout surpris d’apprendre un jour qu’un cinquième avion ait été sauvé de justesse par un heureux "hasard bloquant" au dernier moment.
- Les jeunes pirates de la cinquième équipe ont dû courir vite et loin, après avoir débarqué sans exécuter leur mission. Tout l’Oncle Sam et Al Quaida au cul, voilà une situation bien enviable...

Clic !

L’intéressante histoire du Pentagone

En fouillant la Grande Toile, j’ai aussi découvert le Pentagone. Il s’y trouve beaucoup de choses étonnantes à son sujet. Le Pentagone n’est pas seulement une institution. C’est une extraordinaire construction plus connue en tant que symbole que par son architecture, qui pourtant à elle seule est passionnante à observer.

Un Boeing 757-200 est moins lourd qu’un "jumbo", mais pèse tout de même près de 100 tonnes en charge. En s’écrasant à une vitesse minimum de 400 km/h, il a détruit surtout la façade du Pentagone, saccagé le second étage autour du point d’impact et créé une faille dans les cinq anneaux et les cinq étages de la structure.
- La force de l’impact a été suffisante pour pénétrer les murs extérieurs épais de 60 cm et a laissé une entaille dans le bâtiment d’environ 30 m de large ou plus...

D’autre part, un avion de ligne est construit en alliages assez légers et fait d’éléments assez fins pour qu’il puisse voler.
- Un Pilote de Ligne vous dira donc probablement, qu’il ne faut donc pas le comparer à un boulet géant, mais plutôt à un vélo de course par exemple :
- Cette structure fragile est venue heurter des dizaines de milliers de tonnes de béton inerte, solidement arrimées au sol. De plus, l’avion a très vraisemblablement heurté le sol avant de toucher le Pentagone, ce qui a déjà dû le démantibuler. Cela arriva sans l’empêcher de faire s’écrouler 10.000 tonnes de matériaux.
- Les spéculations intellectuelles et architecturales à propos de la Tour Maine-Montparnasse, qui serait plus apte par sa conception totalement différente du WTC à encaisser un coup pareil, sauraient nous amuser si rien d’aussi horrible n’était arrivé.
- Même si c’est effectivement la rassurante réalité, on ne veut surtout pas concrètement le savoir.

J’ai donc la conviction profonde que les organisateurs avaient l’intention de réaliser le pire possible, avec des moyens finalement moins puissants que ce qui était supposé au moins par moi à l’origine.
- La rumeur a couru le lendemain qu’une voiture équipée de missiles portables attendait "Air Force One", non loin des pistes de son aéroport en Floride où se trouvait le Président. Cela aurait effectivement, été le bouquet final.
- Je suppose que l’intéressé n’a pas eu l’imprudence de voyager à son bord, même si je pense aussi qu’il est équipé de "tout ce qu’il faut"... Mais on ne le saura pas avant longtemps...
- Nous savons que les avions de la Cie Israelienne El Al sont équipés pour déjouer les tentatives de "tirs aux pigeons". J’ose donc supposer que le fameux Air Force One"...

"Air Force One", le Boeing 747 de "POTUS"

La confusion générale sûrement souhaitée à l’origine, fut pleinement obtenue par les "metteurs en scène", au-delà de toutes les prévisions. J’ai cru savoir entre bien d’autres choses que l’ordre d’abattre tout aéronef au comportement ambigu ne fut donné que 40 minutes après la triste fin du 4ème avion, le fameux vol UA 93. D’autre part il semble bien personne en "haut lieu" ne s’attendait à une attaque sur le sol même des USA. Je fus particulièrement frappé par l’aveu suivant, dont nous avons eu la connaissance quelques semaines plus tard :
- L’US Air Force ne pouvait pas faire décoller ses chasseurs en Urgence en moins d’une heure ou plus, contrairement à ce qui est toujours possible en peu de temps de longue date en Europe. J’en fus tellement surpris que je n’en suis pas encore absolument certain !
- Pour l’exemple, à la base d’Istre et à Salon de Provence des chasseurs peuvent décoller en moins de 20 minutes à tout moment, comme la base Belge de Florenne près de Namur, peut lâcher ses F16 dans un délai de 8 à 15 minutes après la réception d’un ordre.

Que l’armée la plus puissante et la plus équipée de tous les temps n’ait pas jugé cela utile ou nécessaire, c’est tout à fait étonnant !
- Nous avons su et constaté depuis 2001 des choses, qui laissent croire au moins à une certaine légèreté d’esprit et un manque de professionnalisme chez de nombreux hauts responsables.

Ceux-ci étaient fort bien placés pour être informés de beaucoup de choses, peut-être même furent-ils avisés avec une relative précision, de la haute probabilité d’une opération de ce genre :
- Charles Pasqua en son temps, leur avait personnellement expliqué le grave projet loupé du GIA Algérien. Le détournement en décembre 1994 d’un vol d’Air France, qui s’acheva "difficilement" mais en évitant le pire à Marseille... Cette même "farce" était en effet prévue pour Paris.

"... la tour oscilla durant quelques minutes, nos chaises à roulettes commencèrent à se balader sur la moquette..."

Peut-être le scénario prévu et très détaillé fut-il même posé jusque sur le bureau de Georges W. Bush. Dans ce cas, je ne blâme pas ! Si étant à sa place, on avait posé cela sur mon bureau, j’aurais demandé :
- "C’est le thème du prochain roman de Tom Clancy ou de Clive Cussler ?"

Trop souvent en "haut lieu", et ça n’arrive pas qu’aux Etats-Unis, on entretient des relations troubles avec de tristes personnages sans état d’âme rien que pour "faire des affaires", tandis que la population des USA est maintenue presque sans défense, dans l’ignorance de surcroît, tout en disposant de l’armée la plus équipée de la planète !
- Tout le monde sait et ce fut largement avoué, que des cornichons ont aidé pendant des années les Islamistes en Afghanistan, rien que pour emm... les Soviétiques. C’est une brillante réussite.

On a mis l’Irak dans une situation inextricable, alors qu’il est devenu incontestable et avoué que Saddam Hussein n’était pas dans le coup. Il fut même l’un des premiers chefs d’Etat (le premier de tout le Moyen Orient) à condamner l’Attentat, sans doute en se doutant qu’il risquait lui aussi, d’en faire les frais...
- On ne semble pas s’occuper vraiment du Soudan où depuis son indépendance, se développent des "phénomènes" extrêmement dangereux.
- Si un pays devrait à mon sens être occupé, c’est bien l’Arabie Saoudite. On ne saurait faire confiance en une grande partie de ses habitants, et sa classe dirigeante a fait ses preuves... On peut d’ailleurs se demander ce qui se passe réellement en Afghanistan aujourd’hui.

La "communication" destinées aux Voyageurs n’est pas toujours très franche...

Pour finir cet article, il me reste deux faits étranges à rappeler :
- 1/ Le supposé complot avorté en Août 2006 en Angleterre a coûté extrêmement cher, des millions d’USD, il a pourri la vie de 80 000 personnes de toutes nationalités durant quatre jours, et causé la perte de 20000 bagages dont plus de 2000 ne sont toujours pas retrouvés à ce jour en Septembre...
- C’est un peu fou tout ça.... Les très spectaculaires précautions de plus en plus souvent exigées dans les aéroports pour embarquer coûtent toujours plus et emm... tout le monde.
- Sans faire un seul mort et même en loupant leur coup, "ils" l’ont d’une certaine façon réussi quand-même... C’est très fort, il faut le reconnaître.
- Je pense parfois qu’on "fait marcher" trop facilement l’Occident !
- Ces précautions dites "de sécurité" sont devenues ridicules et arrivent toujours en retard... Il faut agir en amont et peut-être, ne pas se mettre stupidement à dos des personnages dangereux sans avoir les moyens de les tenir en laisse... Non ?
- Aéro-Hystérie Collective

- 2/ En Anglais, le 11 Septembre s’écrit 09/11 et... Il se trouve qu’à New-York 911 est le numéro de téléphone d’Urgence équivalent à notre 18 des pompiers en France, ou à notre 112 en Téléphonie Mobile.
- Ca ce fut très fort aussi... C’est certain, il a fallu appeler les pompiers...

NOTES :
- Madame Mary Maers, directrice de la communication de l’EP Agency,
a déclaré regretter qu’on ait sur le moment, beaucoup minimisé les risques à respirer l’air "poussièreux" du centre de Manhattan, à commencer pour les secouristes qui ne s’en rendirent pas compte du danger, faute de temps pour réfléchir...
- Plus de 300 Pompiers de New-York qui "y étaient" sont aujourd’hui en très grave arrêt maladie, à cause de ce qu’ils ont dû respirer. Les victimes secouristes à prévoir seront on le sait aussi maintenant, extrêmement nombreuses, au moins 40 000 personnes tomberont plus ou moins gravement malades...
- Souhaitons donc qu’on s’occupe un peu mieux de ces gens...

Dans les poumons d’un secouriste décédé ont été retrouvé :
- Du verre, du mercure, de l’amiante, du bois, de l’acier et du marbre en poudre, des hydrocarbures "divers", etc...
- On trouva même, des fragments d’os humains. Cela peut aussi se respirer et je l’ignorais... Des pompiers eurent juste le temps pour constater "de visu", en arrivant dans le grand hall d’accès de la tour Sud, ce qui s’était passé dans la cage d’un des grands ascenseurs dont la double porte d’accès venait d’exploser :
- Un réacteur d’avion qui tournait encore par son inertie fut en effet jeté dedans lors du choc. Ca aussi c’est sûr, chez Otis on n’avais pas vraiment prévu ça !

NOTES pour information les Lois de l’Aéronautique :
- 1. Chaque décollage est optionnel. Chaque atterrissage est obligatoire. Tentez donc de toujours garder le nombre d’atterrissages que vous faites, égal au nombre de décollages. Tout abus sera puni...
- 2. Si vous poussez le manche à balai vers l’avant, les maisons deviennent plus grosses. Si vous tirez sur le manche à balai, elles deviennent plus petites. Il existe cependant une exception, si vous continuez de toujours tirer le manche à balai vers l’arrière, les maisons recommencent à devenir grosses...
- 3. Voler n’est pas dangereux. S’écraser est dangereux.
- 4. Il est toujours préférable d’être en bas et souhaiter être en haut, que d’être en haut et souhaiter être en bas.
- 5. Le SEUL moment où vous avez trop de carburant, c’est lorsque l’avion est en feu.
- 6. L’hélice devant l’avion est un gros ventilateur conçu pour garder le pilote au frais. Lorsqu’il s’arrête, vous commencerez à avoir chaud...
- Il est donc important de le faire fonctionner en permanence durant le vol.
- 7. En cas de doute, maintenez votre altitude ou montez. Aucun avion n’est jamais entré en collision avec le ciel.
- Plusieurs sont cependant déjà entrés en collision avec le sol.
- 8. On définit un bon atterrissage par le fait que vous pouvez sortir de l’avion à pied, par vos propre moyen et sans blessures.
- On peut définir un excellent atterrissage par le fait que l’avion peut être réutilisé par la suite.
- 9. Apprenez à piloter avec les erreurs des autres. Vous ne vivrez pas assez longtemps pour toutes les faire vous-même.
- 10. Si vous avez atterri et que vous devez mettre plein gaz pour avancer jusqu’au terminal, c’est que vous avez oublié de sortir le train d’atterrissage.
- 11. Les chances de survivre à un atterrissage sont inversement proportionnelles à l’angle d’atterrissage. Plus l’angle d’atterrissage est élevé, moins grandes sont les chances d’y survivre, et vice versa.
- 12. Restez à l’extérieur des nuages. Les reflets argentés qu’on voit dans les nuages peuvent être d’autres avions. Les montagnes sont aussi réputées pour se cacher parfois dans les nuages.
- 13. Dans la bataille opposant les avions de métal filant à plusieurs centaines de kilomètres à l’heure et le sol qui est immobile, aucun cas n’a été rapporté où le sol a perdu.

Il faut être capable de rire de tout, même si c’est parfois d’un goût douteux... Cela dit, qui est le plus douteux ? Le dessinateur farceur ou le grand organisateur ?

- 14. Règle générale :
- Afin d’avoir un vol stable, il faut pointer l’avant de l’avion dans la direction où on veut aller. Une nouvelle sorte de pilote est née le 11 septembre 2001.
- 15. Il y a des vieux pilotes. Il y a aussi des pilotes audacieux. Cependant, il n’existe pas de vieux pilotes audacieux.
- Source : E-Mail circulant au sein de la communauté internationale des pilotes.

D’autre part, l’un de mes pilotes-instructeurs nous disait ceci :
- "En Aéronautique comme dans bien d’autres domaines de l’activité humaine, même et surtout en Aviation légère, lorsqu’on passe dans le journal, surtout dans celui de 20h00 à la TV, il n’y a pas de milieu :
- C’est tout excellent, ou tout mauvais. En général, vous ne passerez pas dans le journal comme André Turcat en Mars 1969..."

- NOTE : Je suis encore hésitant entre la colère ou la dérision, car il se trouve encore du monde pour croire en des conneries dans le genre :
- Ce n’est pas un avion de ligne qui est tombé sur le Pentagone... Etc."
- Pour n’évoquer que ce triste racontar, sachez interroger par exemple quiconque habite les environs de Eaubonne, Montmorency et Enghein ! Presque tous les jours leur ciel est traversé par des avions de ligne volant à plus ou moins basse altitude, parfois même, audacieusement basse. Ils passent par là, parce que c’est l’une des trajectoires d’approche règlementaires pour atterrir à Roissy Charles De Gaulle, tout simplement. Personne ne les remarque vraiment car c’est habituel. C’est localement surtout une nuisance sonore, pour ceux qui n’aiment pas les avions ou ont besoin de se reposer.
- Inversement certaines zones en grande banlieue sont très strictement interdites de survol par "tout aéronef" dit le code de l’air. C’est le cas par exemple de toute la banlieue de la bonne ville de Washington, sur une large zone autour du fameux Pentagone bien sûr. Très rares sont les contrevenants, comme au-dessus de l’Ile Longue à Brest ! Ils entendent ensuite "parler du pays" et cela peut aussi se passer fort mal d’ailleurs.
- Il doit donc être inutile de vous le dire, l’avion de ligne qui est allé se planter sur le Pentagone ce jour-là, tout le monde l’a vu et entendu, que ce n’était pas un missile... Tout de même, les milliers d’habitants de la région, ceux qui y travaillaient comme les centaines d’automobilistes, cela nous ferait beaucoup de menteurs complices du grand complot... Le vrai mystère du 11 Septembre en fait, c’est l’incroyable incompétence et le laisser aller des dirigeants de l’Administration Bush, tout bêtement.

Bien Navicalmement - Thierry BRESSOL - OR 1
- Mais surtout ou peut-être... Prenons le bateau, c’est plus sûr... ;-))

Merci aux sites :
- Le Pentagone touché (?)
- Aéro Humour
- On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, ni n’importe quand. Il existe l’aéro-humour comme l’humour maritime...
- Humour Marin
- La famille 747 (photos de cette grande famille)
- Boeing 737 et technique (pour les curieux)
- Choisissez et achetez votre Boeing 737

A lire, car c’est un vrai "pro" qui raconta même son propre crash :
- Catastrophes aériennes. Les passagers ont le droit de savoir.
- Jean-Pierre Otelli sévit régulièrement chez Altipresse.
- Le Mauvais Genre aéronautique 1 & Le Mauvais genre aéronautique 2
Après le 11 Septembre 2001, la Malédiction de la Cie Malaisienne

Symbole de l’accueil du site

Parce que les marins prennent souvent l’avion, que j’ai passé mon brevet de petit pilote privé et parce que nous sommes sensibles à ce qui se passe dans l’Aviation Civile qui fut sauvagement malmenée par cet évènement.
- Plan du site & Plan de "Marine Inconnue"

Le 12 octobre 2007, Nono Le Rouje : Mauvais genre aéronautique III

Si je puis me permettre, les avions qui "montent" la PO (Permanence Opérationnelle) mettent un peu moins que 20 min pour décoller. Enfin, de nuit, oui, mais de jour, c’est 8 min.

Et ils ne sont pas basés à Salon de Provence, et je ne crois pas qu’ils soient à Istres (possible seulement). Ils sont plutôt basés à Mont de Marsan, Lorient, Creil, Cambrai, Dijon, parfois Tours ou Cognac, ou d’autres bases de l’est.

Mauvais genre aéronautique III 15 octobre 2007, par Thierry BRESSOL

Et bien, ça c’est un commentaire très intéressant ! Il faut être dans le milieu "pro" de l’armée de l’air pour savoir exactement ce qui est possible ou non actuellement. Mon dernier contact direct dans ce milieu, n’était pas "n’importe qui" : le général en retraite Duranton, personnage très très haut en couleur... Il a posé quelques graines d’astuce dans mon cerveau de petit pilote privé. Hélas il n’était plus tout jeune. L’idée principal demeure, qu’il est parfaitement justifié que l’armée de l’Air Française et sa cousine Belge aient des gars bien équipés, prêts à bondir vite et bien à tout moment. Ah ! Si cela pouvait devenir un jour un luxe idiot. On en est loin. Merci pour cette information !


Le 8 novembre 2007 : Mauvais genre aéronautique III

A propos de la photo de l’atterrissage d’un 747 d’Air France, au début de votre article : ce n’est pas un montage, c’est la photo d’un aterrissage réel sur l’aéroport de Saint-Martin (Antilles néerlandaises). La piste est très courte et les avions doivent survoler la plage très bas, et passer au plus près au dessus de la barrière qui longe la piste afin de se poser au plus court. Ce qui permet de superbes photos et donne des sensations fortes aux baigneurs...

Mauvais genre aéronautique III 8 novembre 2007, par Thierry BRESSOL

Autant pour moi, j’en fus averti il y a presque un an et j’ai oublié de le préciser ici. C’est chose faite ! Merci bien.
- C’est effectivement un endroit parfait pour quiconque aime observer les avions de ligne de très près et "à l’action".
- Les PL doivent donc se "faire initier" avant de venir à St Martin...
- Bien amicalement TRh B.


Air Chance

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/