Souvenirs de mer

6 janvier 2007

Cadeaux aux Marins Chinois à Dunkerque le 1er Janvier

Un beau Cadeau de Fêtes de fin d’année en 1992 pour les marins Chinois de passage, bien avant le Nouvel An Chinois.

(corrigé le 11 Oct. 2008)
- Texte écrit le 1er Janvier 2002 pour la Liste Marine Marchande.

Pour celles et ceux qui n’y étaient pas, voici un autre épisode maritime insolite concernant cette période de fêtes en fin d’année.
- Ayant arrêté la navigation en janvier 1991, je commençais peu à peu à m’éloigner de tout ce qui est maritime car je venais de quitter la navigation et Dieppe, de vendre mon appartement à Dieppe et même de quitter ma compagne. Seule ma voiture n’avait pas (encore) été vendue.

Beffroi de Dunkerque

Ma nouvelle compagne n’avait aucune origine maritime et bien sûr, pas d’attirance particulière sur le sujet. Elle n’avait d’autre part, jamais vu un bateau autrement qu’en photo, au cinéma ou bien à la télévision. Seule ma fréquentation pouvait donc l’inciter à s’y intéresser et cela
arriva, bien sûr.
- Nous avons passé en tête à tête à Dunkerque la période du 31 décembre au 1er janvier 1993. L’idée de lui faire voir de près ce qu’est un navire, s’est peu à peu imposée durant notre séjour dans cette ville. Il fallait selon moi lui en faire visiter un, qui serait choisi par hasard fatalement. Sa curiosité pour le sujet s’éveillait, mais elle n’aurait naturellement pas osé le faire seule.
- Quelle femme seule oserait ainsi monter à bord d’un cargo choisi par hasard ?
- Dans l’improvisation, il fut donc question de visiter un navire au hasard, à bord duquel je risquais fort de ne connaître personne. Finalement, nous avons visité deux navires :

L’ancien port de Dunkerque et la Duchesse

Le Trois-mâts Duchesse Anne fut choisi le premier, tout simplement parce que je connaissais fort bien quelqu’un qui s’occupait de ses réparations encore fort loin d’être terminées en 1992. La "Grande Duchesse" subissait alors la fin d’un très long "traitement" dans une cale sèche, nécessité par son grand âge et par les suites terribles des innombrables dégradations subies par la négligence de son ancien propriétaire, la Marine Nationale, encore un sujet de haute polémique intéressant...
- Découvrir la "Grande Duchesse" était intéressant pour Isabelle. Mais elle représente surtout un passé révolu. Il fallait donc aussi lui montrer un navire "d’aujourd’hui". Nous avons acheté deux bonnes bouteilles, puis "au culot" j’ai décidé de demander à rencontrer le collègue officier radio, à bord du premier bateau venu. Tant pis si c’était un inconnu.

La Grande Duchesse Elizabeth, devenue Anne

Nous nous sommes présentés en fin d’après-midi à la coupée de deux navires français à Dunkerque Est. Mais nous fûmes deux fois fort froidement reçus, d’autant que l’Officier Radio était à terre dans les deux cas, qu’il fallait ou renoncer ou choisir un navire exotique...
- Sautant à nouveau en voiture, nous sommes partis au Port Ouest "dans le désert", comme j’appelais cette "zone" lorsque j’avais la malchance d’y faire escale. C’est si loin de tout, que prendre un pot au centre ville représentait déjà au moins 350 FRF de taxi en A/R.... Pour commencer. Mais il n’y avait pas ce jour là de navire français et encore moins de navire belge !
- Nous étions déçus, mais en passant près d’un énorme minéralier chinois de la compagnie nationale Cosco, j’ai eu une idée diabolique :
- Pour moi aussi, cette visite à bord serait "du nouveau". D’autre part pour lui montrer un gros bateau, il était très bien ce navire. J’avais gardé un bon souvenir de Canton, mon seul passage en Chine. Même s’il est chinois, c’est toujours un navire. Rencontrer des navigants chinois m’intéressait aussi. Je supposais très juste, en pensant que tout le monde serait probablement à bord...

Vraquier géant Chinois en Seine vers Rouen
(les Marins Chinois ne profitent pas beaucoup de Rouen)

- Les Marins Chinois n’ont pas l’argent, ou plus exactement ils n’en ont pas assez pour payer les sommes extravagantes exigées pour aller à Terre en taxi. Le matelot de la coupée nous regarda avec étonnement, il ne comprenait pas bien ce que nous voulions malgré son anglais relativement correct.
- Mais tout souriant, il téléphona deux ou trois fois en nous faisant attendre dans le bureau pont près de l’ascenseur. Alors un petit bonhomme sympathique est venu, en se présentant comme "Mister Spark".
- C’était gagné ! Spark est en effet le surnom parfois donné à l’officier radio par les anglophones, comme "Herr Funk" chez les Teutons ou "Marconiste" chez les Belges. Il posa les deux bonnes questions (qui et pourquoi ?) puis il nous invita chez lui.
- Isabelle fut très impressionnée par la Duchesse Anne, en particulier par sa taille. Pour cette Parisienne et Bretonne du centre, 88 mètres, c’est très grand...
- Mais ce navire Chinois "d’aujourd’hui" était lui, beaucoup plus grand !

Nous avons visité un grand vraquier de ce genre mais plus ancien

Elle n’avait jamais approché d’un bateau, pas même d’un car-ferry. Elle fut donc stupéfaite assommée par l’énormité de ce minéralier de 300 m de long, car j’en avais choisi un gros...
- J’ai offert ma bouteille de whisky, qui fut ouverte dans le petit salon de l’officier radio. La glace fond en général rapidement, entre Officiers Radios. Mon excellent confrère invita deux petits hommes (car seuls les Chinois du Nord sont grands) à trinquer avec nous. Le premier arrivé se révéla être le chef mécanicien. Il nous a servi de guide jusqu’à la salle de contrôle de la Machine, en passant par la passerelle, le local radio, la buanderie, la cuisine et le carré.
- La décoration des aménagements était très sobre "à la chinoise", mais mais pas seulement. Il était évident que ce navire n’était plus Européen depuis fort peu de temps car il venait d’être acheté par COSCO quelques mois plus tôt. En effet ce minéralier était d’origine Belge, c’était un ancien du groupe "BOCIMAR". Un portrait du Roi Baudouin (oublié ?) était toujours affiché... Pas très loin d’une étonnante représentation symbolique des "Armes de la République Populaire de Chine"...

Hôtel de ville à Dunkerque

Le plus intéressant de tout cela fut ce qui arriva ensuite. J’ai proposé à ce trio de les emmener en ville. Fréquentant pourtant Dunkerque de longue date, ces marins n’y avaient encore jamais mis les pieds. Le Cdt seul connaissait un peu les locaux de l’agence et vaguement
l’aspect du centre ville. Son regard s’illumina.
- Ils ne se firent donc pas prier, et emmenèrent deux collègues choisis en fonction de critères assez mystérieux pour nous.
- Ce soir-là, j’ai invité ce petit monde dans un bon restaurant du centre ville près de la Tour Jean Bart. Mes invités n’étaient pas très discrets à cause de leur méconnaissance des habitudes à table dans un restaurant d’Europe. Mais tout se passa fort bien et nous en avons bien ri, même si cela me coûta finalement assez cher. Mais je m’en moquais.

Centre ville, la statue de Jean Bart

Après avoir pris un pot plus tard le soir dans un café, lorsque nous nous sommes séparés devant l’échelle de coupée, j’ai réalisé leur avoir fait ce soir-là un très beau cadeau de fin d’année. Un des meilleurs cadeaux de ma vie probablement. Même si ce n’était que
Dunkerque. Il est vrai que se "faire voiturer" durant les escales devient de plus en plus rare. Il ne reste souvent plus rien d’autre que "Stella Maris" pour s’occuper des navigateurs. D’autre part nous le savons fort bien puisqu’on nous le dit, l’ISPS se charge d’humaniser la situation.

Bien navicalement - Thierry BRESSOL - OR 1

Symbole de l’accueil du site

- Plan du Site & Plan de "Marine Inconnue

Merci au site WWW de la ville de Dunkerque et au site CMB Bocimar :
- BOCIMAR

Coup d’oeil sur le Carnaval à Dunkerque, au quartier la Citadelle.

- NOTES à propos de la Cie Evergreen
- (samedi 16 février 2002 à 17h43)
- A propos de navires écoles, Evergreen n’est pas seulement un redoutable et efficace concurrent. C’est aussi un exemple pour nous, les Européens. Même que c’en est un, pas seulement pour cette méthode de formation originale. Ce n’est pas unique d’ailleurs, comme nous le rappelle notre collègue en citant la défunte Sitram. J’ai un jour su visiter un de leur PC au Havre, c’est impressionnant. Ils sont très forts ces sacrés chinois.
- Le Cdt Wang, père fondateur de la Cie, a fort bien su mener sa barque et cela continue. Je me souviens bien d’un reportage vu à la TV Belge (RTBF1) consacré à cette entreprise et de la bonhommie de ce Mr Wang.

C’est avec une belle candeur qu’il nous expliqua que sa Cie, pourtant privée, bénéficia depuis le début de ses activités du soutien actif et constant de l’Etat Taiwanais. Tiens donc ! Il avait des copains au gouvernement c’est sûr, et pas des "planches pourries. Ce qu’il disait devant la caméra pouvait se résumer ainsi.
- En Chine "populaire" d’autre part, la puissance de la grande Cie COSCO est également bien connue pour cela. Présente de lo,gue date, autrefois avec modestie, sur toutes les mers et sous N pavillons, elle serait aujourd’hui la plus grande flotte de commerce du monde...

Comment croît-on qu’il a fait, Jacques Saadé ?
(croit-on sérieusement qu’il n’avait pas un soutien ou un "piston" bien situé ?)

Une politique d’extrême dynamisme maritime est menée en Chine de longue date.
- Je ne citerai ici que la création entre 1986 et 1989 de 11 écoles "Hydro", c.à.d. pour la formation d’officiers de la marine marchande d’une capacité de 400 à 800 élèves chaque !
- Chez nous au bout de deux ans, seuls 10 à 20% des "zefs" des écoles "Hydro" naviguaient encore, tandis que les autres se sont évaporés...
- En Chine "Populaire" et à Taiwan la seconde Chine, dans les milieux politiques, on n’a pas oublié le vieux proverbe anglais :
- "Maître des Mers, Maître du Monde !"
- On connaît plus d’un "décideurs" en France et ailleurs en Europe qui devraient écouter et méditer cela. Il se trouve toujours des gens pour penser que nous sommes des corporatistes égoïstes et à l’esprit étroit.
- Qui a l’esprit étroit ?

- "Archaïque ? Vous avez dit archaïque ? Disait Albert Gariod au début des années 1980 au CCAF, à l’intérieur duquel il se disait que payer les congés des marins Français et conserver les conquêtes sociales, c’était de l’archaïsme...
- C’est étrange, en 2006 les plus grands employeurs maritimes du "pays.fr" sont aussi ceux où un certain nombre des ’’archaïsmes" demeurent, même si c’est plus ou moins bien... Les autres ont disparu, même et surtout les "délocalisés".
- CCAF = Comité Central des Armateurs de France, depuis devenu :
- "Armateurs de France" un organisme beaucoup plus sérieux aujourd’hui !

Symbole de l’accueil du site

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/