Souvenirs de mer

11 février 2007

La criminalisation rampante des Gens de Mer

Nous assistons depuis quelques années à "l’expression" d’une tendance lourde à la criminalisation rampante des Marins du Commerce à commencer par les Capitaines de navires, dont la position devient très inconfortable...
- Deux d’entre eux témoignent ci-après :

La Conduite des navires est une activité difficile, il peut arriver quelque chose n’importe quand. Comme dans l’Aviation, les éléments techniques ou humains qui "conduisent" à l’incident ou l’accident ne sont jamais simples. Cela n’empêche pas les médias, les administrations et la justice de "simplifier".
- J’ai souvent été choqué par les commentaires de la presse concernant l’équipage ou le capitaine de navires "victimes d’un fait divers maritime"...

Enfin "dehors" ! Il faut ouvrir l’oeil, ici et sur l’aileron. Qui n’a pas reconnu le Havre ? Question d’habitude...

Les informations contenues par ce texte ont été plusieurs fois envoyées sur les deux Listes de diffusion collective de courriels :
- http://www.marine-marchande.com
- http://www.marine-marchande.net
- Elles m’ont été confiées par deux commandants "au Commerce". Voici le témoignage du Cdt Raphaël Baumler suivi par celui du Cdt Kamel Hamzaoui :

Aileron de passerelle du supertanker Algarve. "Au loin" : le mât radar et la boule blanche protégeant l’antenne du Satcom (émission directive du Satcom, 25 Watts)

Deux Points de vue intéressants qui gagnent à être plus connus.

Coucher du Soleil, sur l’aileron de passerelle (celui-ci est vaste, c’est le Nabucco, photo volée encore)

- Msg du Cdt Raphaël Baumler
- Vendredi 2 Février 2007 à 23h16

- La criminalisation des navigants

- Chers Amis et collègues,

Je vous conseille vivement de lire (en anglais) l’article du professeur Proshanto K. Mukherjee de l’Université Maritime Mondiale de Malmo :

- CRIMINALISATION AND UNFAIR TREATMENT : THE SEAFARER’S PERSPECTIVE
- Utilisez votre moteur de recherche préféré, vous le trouverez vite...

L’auteur prouve textes législatifs à l’appui, que nous assistons à une criminalisation organisée de la profession. Il expose aussi les incohérences que cela soulève, surtout dans la vertueuse Europe des droits humains. Pour être court :

- Les marins sont considérés par tous, compagnies de navigation comprises, comme étant la seule faille d’une "superbe industrie". Nous sommes le fusible et la cible de toutes les dérives de cette industrie. Nos qualités n’existent plus pour personne. Les 12 à 15 années nécessaires pour former un Capitaine de Navire, plus qu’un chirurgien, sont considérées comme du néant et nos voix sont ignorées et méprisées.

Aucun de nous ne participe plus à l’expertise du milieu maritime. Hommes politiques, journalistes, militaires, ingénieurs, juristes, et administratifs nous expliquent à longueur d’année ce qu’est le maritime et comment DOIT fonctionner la sécurité des navires, sans avoir eux-même navigué...

Il serait pourtant intéressant qu’un jour nous participions aux débats sur notre milieu. Lorsque nous auront disparus il sera trop tard. S’il existe des individus qui comprennent la réalité et surtout la complexité de la sécurité des navires, c’est bien les navigants :
- Ils vivent sur mer depuis des années et c’est avant tout leur vie qu’ils protègent, en évoluant dans un environnement hostile à la vie humaine, l’Océan. Lorsqu’un marin perd ou casse son navire en pleine mer, il est bien embarrassé...

Peut-être est-ce à nous de prendre le pouvoir, nous les quelques centaines qu’il reste encore "sur l’eau" ?

Cdt R.Baumler

PS :
- Pour celles et ceux qui seraient tentés de crier à la paranoia, je conseille de passer une visite annuelle de sécurité avec nous à bord, avec "sur notre dos" les Affaires Maritimes, ou bien un "Port State Control" avec les US Coast-Gard...

Atterrissage à Malte, un radar moderne garde les fonctions anciennes, cercles fixes concentriques (nous sommes le centre du monde maritime)

- Msg du Cdt Kamel Hamzaoui
- Samedi 3 Février 2007 à 13h21

Bonjour à toutes et à tous, Bonjour Cdt Baumler,

- Vous avez raison...

Avant de venir discuter avec nous (et en griller une s’il est fumeur) "le Tonton" jette un coup d’oeil sur la carte...

Il fut un temps où le Capitaine était "Seul Maître à bord après Dieu". l’adage a régi la hiérarchie à bord des navires depuis les temps les plus anciens. Le Capitaine avait son auréole, la fonction était prestigieuse et le resta longtemps.

- De nos jours avec la "mondialisation-à-tout-va", les "pavillons bis", la réduction systématique des effectifs, les escales de plus en plus courtes, les dérogations accordées par les sociétés de classification à certains pavillons, les pouvoirs accrus des "shipplanners", les super porte-conteneurs, des superintendants en arrêt technique, des subrécargues sur les navires affrétés, on n’évoque plus le Capitaine qu’en cas de catastrophes maritimes, pour en faire un bouc-émissaire
absolument idéal
.

N’écope-t-il pas d’une amende sitôt une pollution annoncée, avant même qu’une enquête ne soit diligentée ?

Le poste à pourvoir étant devenu rare et cher de nos jours, on recrute sous tous les cieux sans rigueur préalable malgré les lois internationales qui gérent théoriquement la fonction.

- Il n’est plus rare de nos jours que le Capitaine soit aux ordres de dirigeants "à terre", parfois d’anciens navigants de moindre grade et brevet, en rupture avec leur milieu d’origine pour incompétence professionnelle, ayant trouvé refuge derrière un bureau pour "croquer" un "pacha", un "tonton" en activité trop rigoureux dans la marche de son navire...

Le Capitaine, garant du succés de son expédition maritime, sous-entendu avec son Equipage, ne devrait-t-il pas être un Partenaire à part entière au sein de son Armement ?
- Celui-ci y gagnerait en lui accordant toute son attention sans autre interférence.

Amicalement Cdt K. Hamzaoui

- Fin de Citation


- Voici l’adresse du témoignage concret de quelqu’un sur qui "ça risquait de retomber" au cas où... Mais il s’en tira fort bien.
- http://www.merite-maritime29.org/aleroux-commandant.htm (l’aventure Birmane de la CGM)
- Note : Ce texte est assez long, je conseille donc de l’imprimer. Cela se lit comme un roman de mer.

Détroit de Gibraltar

Si je dois oser un commentaire personnel sur ces deux témoignages, ce sera rien de moins que pour les confirmer.

- D’autre part j’ai souvent eu l’impression lorsque je naviguais qu’on "nous prenait de haut", et pas seulement durant les escales, du commandant jusqu’aux novices. Cette sensation m’était pénible, c’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’ont fait arrêter la navigation. La situation des Officiers Radios était un cas tout à fait représentatif du manque total de considération dont sont victimes les marins du commerce en général.

- J’ai eu plusieurs fois dans l’exercice de mes fonctions, l’occasion de constater qu’on n’écoutait "à terre" de moins en moins notre Commandant. Alors l’Officier Radio, tu parles...

Station radio aux normes "GMDSS" du CMA CGM Nabucco

Pourtant, nous avions prévenu tout le monde des "futurs" ennuis du GMDSS (Système Mondial de Détresse et de Sécurité Radio en Mer) qui fut mis en place il y a quelques années pour remplacer et supprimer l’usage du code Morse désigné comme archaïque, mais surtout pour supprimer des milliers de job à bord et offrir un marché juteux aux industriels.
- Notes : Information sur la situation du GMDSS aujourd’hui

A propos de GMDSS, voici un autre témoignage intéressant pris sur le vif, daté du jeudi 4 octobre 2001 à 20h12 :

- "...J’ai arrêté de naviguer il y a un an, mais les derniers navires que j’ai commandé étaient "équipés GMDSS". Il n’y avait plus d’officier radio, une station sophistiquée était utilisée plus ou moins bien par les lieutenants, tous certifiés compétents. En deux mots comme en cent, c’était le merdier le plus total... Je ne suis sûr que d’une chose, c’est que la sécurité a fait un bon en arrière avec ce système." Hervé Cozanet, Cdt de tankers en retraite.
- D’autre part la description par le cdt Cozanet de l’invasion actuelle de la paperasserie à bord ne manque pas de sel !

Le fait est que les ennuis du GMDSS commencent à être connus et que le sujet va devoir être repensé peu à peu. Les Officiers Radios avaient très tôt prévenu tout le monde. Mais on n’écoute plus depuis longtemps les gens qui défendent leur métier. Il paraît que c’est "corporatiste"...

Pilote à bord, Timonier à la barre, plus question de "farniente" sur l’aileron de passerelle, redevenu lieu de travail

A notre époque de "l’Europe moderne et vertueuse sur les droits de l’homme", un commandant de pétrolier qui prévient plusieurs fois "ses boss" des graves problèmes techniques non résolus de son navire qui risquent de "le faire passer dans le journal", et dont l’équipage se montre capable de mettre une chaloupe classique à la mer dans des conditions très difficiles :
- Il risque fort de faire comme le Commandant Krun Mathur de l’Erika : Aller en prison !

D’autre part se retrouvant capitaine de remorqueur dans son pays lontain quelques années plus tard, on lui reprocha de n’avoir pas les moyens financiers de revenir en France pour passer devant le tribunal ! Il me semble que tout ça est un peu fort de café...

Le Cdt Karun Mathur, ici avec son avocat. Il a été déclaré en fuite, faute d’avoir l’argent pour revenir et sans doute, de confiance en la justice...

Bien navicalement - Thierry BRESSOL / Officier Radio-électronicien de 1ère classe
- Qui regrette infiniment d’avoir si peu photographié en voyageant et d’avoir dû "prélever" ça et là, l’illustration souvent réalisée par d’autres, de tout ce qu’il a vu ou aperçu.

- La manoeuvre des navires & Canotage, engins de sauvetage etc...
- Gros temps en mer
- Liste des articles

Je soupçonne que c’est un "Maersk" qui a fait le coup...

Merci à Françoise Massard et Pierre Escaillas pour les illustrations.
- http://lalicorne.canalblog.com/ & http://debarcaderes.over-blog.com/

- Le Davos, navire Suisse
- Esmeralda est-elle coupable ?
- L’aileron de passerelle
- F.O.C.! Pavillon(s) de complaisance
- Occultisme à bord
- La criminalisation rampante des Gens de Mer et de leurs capitaines

Cartographie marine et mythologique par Pierre Escaillas

Yen a marre...

Le CLC Haddock va s’inscrire sur le rôle d’équipage à mon bord

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/