Souvenirs de mer

15 mars 2007

Complément à l’air du temps élitiste

Qui les pirates dans la BD "Astérix" représentent-ils si bien ?

(corrigé le 17 Décembre 2008)

Il m’a aussi été posé cette semaine par e-mail la question suivante :
- "Comment voyez-vous les "brillantes élites" que sont nos "leaders" depuis 30 ans en matière politique, économique et sociale en Europe, à commencer par la France ?"
- C. pour la "chronique-éco" du journal m’a-t-on dit...

On ne sait pas toujours ce qui nous attend réellement derrière un virage...

Le détroit de Messine

Le dessin est parfois plus clair qu’un long texte, voici ! Suis-je assez clair ?

Cupidité et rapacité

Ce qui se dit à propos des chômeurs dans certains milieux où personne ne risque de le devenir, est inadmissible. Cela mérite une réponse adaptée, vous l’aurez remarqué.
- Les chômeurs de toutes origines ne sont pas toutes et tous issu(e)s d’une troupe d’abrutis incultes, paresseux et incapables. Ce site est là pour le prouver, il se veut un exemple parmi d’autres.

Absence totale d’éthique vraie et prises de risques totalement inconsidéré(e)s

Ceci n’empêchera pas nos brillantes élites de répéter sans cesse après avoir installé le Chômage Central et Durable dans toutes les régions, que le danger c’est Dominique, José, Olivier, Arlette ou Jean-Marie !
- A qui profite cette situation entretenue depuis 30 ans ?

Ce qui se passe chez Alcatel Lucent et Airbus est scandaleux, alors qu’on dit aux jeunes :
- Soyez toujours plus qualifiés !! Et de simultanément transférer le savoir-faire et les jobs, même les plus sophistiqués "loin au-delà des mers", vers des pays on s’en servira fatalement contre les intérêts des populations ici en Europe.
- Flextronics et l’Usine Alcatel de Laval, j’en étais sûr...

Un mélange étrange de corruption, de crapulerie et de naïveté

Les marins observent les faits pour tracer leur route. Refusons donc l’ultra-libéralisme intégral imposé, le dogme de la compétitivité absurde et de la concurrence, qui nous font naviguer tous les sabords et panneaux ouverts dans le gros temps !
- Le libre-échange nécessaire en économie doit se pratiquer en terrain strictement limité.

Lorsque une expérience tourne mal, on recommence Toujours la même démarche. Mais Seuls "ceux du terrain" boivent la tasse...

Laisser faire n’importe quoi n’importe comment, cela mène naturellement nulle part... Qui ne l’a jamais remarqué ?

Le pot au noir par Pierre Escaillas "Carnets de la Licorne"

Pour chaque problème économique et social, national ou local, lorsqu’on remonte à la source profonde des ennuis, on trouve toujours la même cause :
- Un excès du libéralisme qui se manifeste par un incroyable laisser aller dans tous les domaines.
- L’habitude de laisser les grandes entreprises surtout les plus importantes transnationales, de faire n’importe quoi sans jamais de sanction pour les dirigeants et actionnaires, doit d’urgence être remise en cause.
- En effet, ça pourrait bien un jour triste tourner fort mal.

Achile Starace, Benito Mussolini et son amie Clara Petacci (meeting à Milan en Février 1945)

Est-ce vraiment une jolie photo ? On ne gagnerait pas à recommencer une sainte colère.
- A propos d’une élection devenue pestilentielle autant que présidentielle, le Candidat "de forte audience" qui aurait le courage de mettre les pieds dans le plat, casserait à coup sûr la baraque dans la sagesse et le calme, car le "ras-la-casquette" est maintenant partout, sauf chez les profiteurs...
- Ce serait mieux que de devoir tout casser !

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

Veut-on économiquement faire naufrage ? Et... Qui ça "on" ? Pourquoi nos entreprises donnent-elles de plus en plus souvent à la concurrence étrangère la plus déloyale, le marteau pour se faire taper dessus ou le fouet pour se faire fouetter ? A propos du Sacro-Saint Marché dont on nous rabat les oreilles, nos brillantes élites ont oublié ce qui suit :
- Le Marché n’est pas une fin en soi, c’est un outils de l’Economie !
- Cet outils est un peu comme un marteau. Si on n’a avec soi que des gros marteaux pour travailler et qu’il faut un tournevis cruciforme pour réaliser une opération indispensable, "on est mal"...
- Ils sont nombreux depuis la fin Septembre 2008, les gros cornichons qui se sont frappés sur les doigts avec un marteau, ou qui s’en sont laissé tomber un très gros sur le pieds !

Bien navicalement - Thierry Bressol OR 1
- Le grand naufrage
- La partie de Yoyo financier international

- Conseil des Prudhommes
- Chroniques Guyanaises 2
- INFO-GUYANE
- La Mondialisation vécue au large 2nde partie
- La Mondialisation vécue au large 1ère partie
- Le paquebot France et le trou de la "Sécu"

- Bon aniversaire ! Déjà 50 ans et toutes ses dents !
- L’Europe Moderne
- Culture des transports et caténaires
- Airbus (qui sait prendre le bateau)
- Les marins-pêcheurs menacés
- AZF Toulouse, nitrate d’ammonium et M/S Grandcamp (Octobre 2008)
- Taxi !!
- Pouvoir d’Achat comparé avec le Temps

Symbole de l’accueil du site

- Contenu de Marine Inconnue
- Contenu de "Souvenirs de mer"

Merci à Uderzo et Gosciny pour leur subite collaboration à mon bord.

PS : On l’aura sans doute aussi compris, je suis scandalisé par l’exploitation régulière des horreurs de la seconde guerre mondiale pour (l’air de rien) essayer de manipuler les gens.
- Entretenir la peur du nazisme et du communisme disparus (sauf le nom parfois encore revendiqué) n’est pas seulement manipuler, c’est aussi se moquer des victimes et des héros de la guerre.

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/