Souvenirs de mer

25 mars 2007

Bamboche à Fort de France (1/2) avec "la Jeanne"

Les échanges culturels avec "la Royale" n’étaient pas fréquents, mais généralement ça se passait fort bien. D’autre part les sorties de marins "à terre" pourraient être le sujet central d’un très vaste site Internet.

Un souvenir de la Jeanne d’Arc m’est revenu il y a peu...
- Le coeur de "la Jeanne" s’est arrêté, l’Esprit demeure ! (le 4 Juin 2010)

En face Fort de France (centre ville)

Un de mes correspondants réguliers, le Captain Lindor, est bien curieux. Ce sauvage voudrait savoir ce qu’étaient les nuits secrètes du Raymond Croze à La Seyne... (Officier de Garde)
- "La Seyne sur Croze by night" mérite un petit article détonnant et sulfureux à venir c’est sûr. Affaire à suivre...

Navire Câblier Raymond Croze en 1989. Pas de symbole "France Telecom" ? Peinture des cheminées en cours !

Avant d’aborder cette question délicate, restons sur une affaire plus classique. La Jeanne d’Arc est le plus connu des navires militaires Français. Sa célébrité dépasse d’ailleurs de très loin son pays, car elle recevait de longue date à son bord, de nombreux élèves officiers stagiaires étrangers. D’autre part elle a participé à de nombreuses missions humanitaires d’importance, l’aide aux réfugiés du grand Tsunami de la fin 2004 par exemple.

Jeanne d’Arc en mer

C’est dire que depuis longtemps, avoir navigué à son bord à quelque titre que se soit est naturellement devenu un titre de prestige. Ce titre n’est malheureusement pas de "ma collection". Mais j’ai tout de même quelques souvenirs de "la Jeanne", en regrettant de n’être monté à son bord qu’en visiteur. Je l’ai d’autre part aussi aperçue de loin en mer par deux fois. Notre rencontre à quai à Fort de France lors d’une escale du Pointe Sans Souci m’amuse cependant encore. Après avoir "bouffé de la tôle" un peu trop longtemps, les jeunes gens sont parfois "un peu trop remuants", pour ne pas dire turbulents...

L’original n’est plus de ce monde, mais le Sans Souci existe toujours

La "Jeanne" se trouvait alors au même quai que nous à moins de 20 mètres devant la proue du "Sans Souci". En effet j’ai oublié pourquoi, il n’y avait plus de place dans la partie militaire du port. Elle fut donc mise à quai avec nous, un porte-conteneurs bananier.
- Je fus d’abord surpris par la Jeanne d’Arc à cause de sa taille, je la pensais beaucoup plus grande que le Pointe Sans Souci, ce qui n’est pas vraiment le cas. Notre navire est naturellement beaucoup plus large que la fine coque de la Jeanne. Telle est la première différence entre les deux formes de navigation, Militaire et Marchande :
- Un "bateau gris" est le plus souvent plus petit qu’un blanc ou un noir, mais il a beaucoup plus de "serviteurs" à son bord.

Situer Observer Réfléchir Agir...

Le souvenir marquant que j’ai de ce navire fut un retour de bamboche en ville tard dans la nuit. J’étais "de sortie" avec quelques bons collègues qui connaissaient Fort de France mieux que moi. Nous avons par hasard rencontré quelques fêtards permissionnaires de "la Jeanne" en ville.
- Ce petit groupe étant principalement constitué "d’appelés" du service militaire obligatoire, solidement encadrés pour le meilleur et le moins bon, par quelques vrais "pro". Les trouvant à la table d’à côté dans un café restaurant du front de mer, nous avons naturellement eu quelques "échanges culturels".

La petite bande ainsi constituée est revenue à son quai très très tard dans la nuit. Nous étions quatre voitures dans lesquelles s’entassaient 6 ou 7 pingouins et pingouines plus ou moins "allumés" dans chaque.
- Il était fortement question de s’inviter mutuellement à bord pour "prendre un dernier verre". Il fallait d’ailleurs par prudence que ce soit réellement le dernier car ça commençait à chauffer "sous les bachis", comme entre les oreilles de ceux qui n’avaient pas de bachis.
- Nous fûmes cependant relativement prudents car je me souviens que "le convoi" roula très lentement, même en ayant quitté le centre ville.

Le PC bananier polyvalent Hornstar, ex Pointe Sans Souci (un "Super Pointe")

La voiture de tête portait une joyeuse équipe de "la Jeanne", elle s’est soudain arrêtée alors que nous arrivions sur notre quai. La seconde voiture, que je conduisais, manqua de fort peu lui rentrer dans le chou. L’un des passagers est descendu pour pisser sur un conteneurs et fut suivi par un autre. Heureusement il n’y avait aucune autre activité sur ce quai.
- Nous avons attendu, puis au lieu de remonter normalement dans leur voiture, ces deux zouaves sont montés s’assoire sur le toit ! Le convoi à alors repris sa course laborieuse vers les deux navires. Alors que nous étions à la mi-longueur de la coque du Sans Souci, les deux farceurs se sont mis debout sur le toit et commencèrent à sauter à pieds joints dessus en battant des mains et chantant un truc dans le genre :
- "J’emmerdeu la maarineu, ET la Maréchaussée !..." Ceci en continuant à rouler le long du quai sans vraiment ralentir.

Je me suis alors dit qu’il allait probablement se passer quelque chose...

Le Pointe Sans Souci existe toujours, même s’il fut démoli à Alang....

Ces deux couillons continuaient à sauter à pieds joints de plus en plus haut sur le toit en hurlant de plus en plus fort (aussi) des hourras à l’instant de "doubler le cul de la Jeanne". Soudain, l’un des deux sauteurs est passé au travers du toit de cette maudite voiture et l’autre à côté connut le même sort immédiatement, moins d’une seconde plus tard...
- "J’en étais sûr..." Ai-je pensé en les voyant s’enfoncer dans le toit de la voiture. En fait, je craignais plus une belle chute ou n’importe quoi d’autre dans le genre, y compris tomber à la baille, car nous n’étions pas loin du bord du quai.

Je n’oublierai pas l’état de la voiture et la tête de celle qui conduisait. C’était une voiture de location et la fille était une touriste Anglaise... Elle en était malade la pauvre. Mais l’affaire urgente fut de décoincer les deux victimes du toit de cette voiture.

Nous avons vraiment eu du mal à les "désincarcérer" car il a fallu s’y mettre à 4 pour les dégager !

Je me souviens avoir posé la question qui tue :
- "Et si on sollicitait une intervention héliportée ? Ya c’qu’il faut à ton bord camarade !"

Maud Fontenoy est attendue à la Réunion cette semaine. D’autres n’auraient pas su terminer seul(e)s

- "J’sais pas s’ils vont vouloir..." répondit le plus haut gradé de la troupe. Finalement nous avons su les sortir de là sans plus les blesser. Mais ensuite, il fallut soigner ces deux cornichons navals à bord du Pointe Sans Souci car ils n’osaient pas remonter à leur bord dans cet état... C’est sûr, ça fait désordre ! Pire encore, cette arrivée triomphale était peu discrète car surprise par l’accident, la conductrice avait appuyé à fond sur le klaxon. Je suis sûr que cela a su attirer l’attention à bord de la Jeanne.

La Jeanne d’Arc avec les grands voiliers à Rouen, ville de la femme au foyer

D’autre part, il fut nécessaire de les "couver" à notre bord, mais jusqu’au matin seulement. En effet nous devions appareiller le lendemain à 8 heures. Heureusement qu’on ne les a pas oubliés ! Il aurait alors fallu "les livrer" à Pointe à Pitre. Ils se seraient certainement fait tirer les oreilles ! Déjà le retard dans la nuit, ça commençait à faire trop.
- Ils étaient des appelés dont un bien gradé je crois. C’est le rhum qu’ils disaient... (pas assez l’habitude sans doute).

Jean-François Deniau à bord de "la Jeanne"

C’est ainsi que je n’ai donc pas visité "la Jeanne" ce soir-là. Mais c’est aussi une occasion d’évoquer Fort de France et une passagère du Sans Souci très haute en couleur dans le prochain article....

La Jeanne est naturellement photogénique (ici à Nouméa)

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR 1
- A suivre, avec Fort de France 2/2 avec la Baronne...

Note : Une sorte d’étrange superstition laisse entendre que si la Jeanne d’Arc se trouve dans les parages, les marins en difficulté n’ont plus rien à craindre, sans même qu’une de ses interventions héliportées soit nécessaire. Ce serait la manifestation de "l’Esprit de Jeanne" d’un autre temps... Maud Fontenoy s’en est finalement sortie seule, alors que la Jeanne s’approchait. Elle était pourtant très démoralisée après son violent démâtage. C’est peut-être purement psychologique, mais c’est vrai !

Jeanne d’Arc au repos à Brest

Merci aux sites :
- Le coeur de "la Jeanne" s’est arrêté, l’Esprit demeure ! (le 4 Juin 2010)
- Les adieux de la Normandie à "la Jeanne" (le 25 Mai 2010)
- La "Jeanne" en excès de vitesse
- Le Grand retour de "la Jeanne" à Brest (le 29 Mai 2010)
- Le dernier retour de "la Jeanne" (le 29 Mai 2010)
- La "Jeanne" par Jean-Dominique Merchet
- Visite de courtoisie à bord d’un sous-marin Portugais
- Chasse au sous-marin Pakistanais sur la Loire
- Mise en Seine par André Lenay, de St-Nazaire.
- "La Jeanne" Galerie de photos
- Le Colbert et "la Jeanne"

Le sort réservé au Colbert, viré de Bordeaux, symbolise fort bien l’éloignement de son pays des idées du Grand Ministre

Plan du site & Marine Inconnue

Symbole de l’accueil du site

HUMOUR de bord
- Bamboche à Lomé et stupide méprise
- A Fort de France 1/2 avec "la Jeanne" (vous y êtes)
- A Fort de France 2/2 avec la baronne

- Le Baptême du passage de La Ligne 1/2
- Le certificat de Baptême du Cdt 2/2

- Coup de téléphone à bord du Saint Luc
- Officier Anti-Radioactif
- Week-end "des Wallonies"
- Gare aux gorilles ! Farce à Abidjan
- Stock de whisky à bord
- L’Homme Moderne et le Navtex
- L’art du canular à bord
- Autre petit canular
- Tube de l’Eté, la Lambada et le Communisme
- Alerte !! Greffier à bord !!
- Chat ! & A cheval !!! Et visitez le Zeebrugge !

- La Jonque Belge "Au-delà du délire"
- Jules Verne et Georges Sand redécouverts à bord
- Goélands Belges
- Les voyeurs
- Recherche Médecin à bord
- Le Crabe Tambour du Sibelius
- Les Vahinées Finlandaises du Sibelius
- Le Grand coup de téléphone du Sibelius à Rouen

- Problème de radar au Brésil
- Autoréparation
- Doxford, les moteurs Diesel "Dahu"
- Vidéo, TV et arrêt technique à Dunkerque
- La flotte des sous-marins de Paris
- Le sauvetage de Bismarck en vacances

- Le Sea Intrepid (1/2)
- Le Sea Intrepid (2/2) au mouillage en baie de Vigo et la plage naturiste
- Ce fut une passionnante partie de canotage...

Cartographie marine et mythologique par Pierre Escaillas

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/