Souvenirs de mer

6 avril 2007

PIANO MARIN

L’évocation récente à mon bord du piano du Pte Sans Souci m’a incité à développer un peu le sujet.
- Le Chasse-Marée de Mai 2010 évoque l’Amiral Jean-Cras, moi aussi. Piano à bord !

(corrigé le 24 Mai 2010 à 23h00)

Le pont "passagers" disposait d’un agréable petit salon équipé d’un piano, chose rare à bord d’un navire de charge. Le Pointe Sans Souci avait en effet hérité de ce piano du cargo classique Mississipi après la vente de ce dernier.

Le Pointe Sans Souci existe toujours, même s’il fut démoli à Alang....

Il est maintenant à bord du Second Marion Dufresne, voyez-vous même :

Le piano du Pointe Sans Souci ici retrouvé

Cet instrument passait de navire en navire depuis un certain temps, suscitant à chaque étape l’inquiétude des anciens de "la Transat" qui craignaient qu’il ne disparaisse un jour dans le "Triangle des Bermudes". C’est-à-dire qu’il n’était pas du tout impossible que des "cadres supérieurs" de la CGM réussissent à s’en emparer à l’occasion d’un transfert...
- C’est donc avec soulagement qu’en 2002 après "un appel au peuple" de la Liste de Diffusion Marine Marchande et une longue enquête, que nous avons su que ce piano navigue encore !

Il faut reconnaître que le destin surprenant de la CGM alors "Cie Gravement Malade", incitait à craindre le pire pour le piano lors de chaque débarquement. Sa trace fut retrouvée alors qu’il débarquait du CGM Normandie très gravement blessé par son violent échouage au détroit de Malacca peu avant d’arriver à Singapour. Le CGM Normandie venait en effet d’être vendu. Malgré la violence de l’accident le piano n’avait subi aucun dommage, ce qui était hélas au moins aussi possible qu’avoir des blessés graves à bord. (l’air du temps nr 76/)
- Notes diverses sur le CGM Normandie

Le piano poursuit donc aujourd’hui sa brillante carrière maritime à bord du Marion Dufresne II pour le grand plaisir d’un équipage et des passagers plus nombreux qu’à bord du CGM Normandie, du Pointe sans Souci ou du Mississipi. Cet "équipement" est peu fréquent à bord des navires.
- C’est même si rare que l’un d’entre nous venant d’embarquer qui se présentait à tous de longue date comme un excellent pianiste, se retrouva "coincé" lorsqu’il fut invité le soir-même à nous jouer un morceau avec le piano du salon. Surprise ! Il n’avoua pas immédiatement pourquoi il "refusait" de jouer, mais nous avons su bien boire à sa santé, c’est-à-dire à son compte... Comment peut-on se mettre dans une situation pareille ?
- "Ya vraiment des moules à gaufres..."

Le CLC Haddock va s’inscrire sur le rôle d’équipage à mon bord

La "légende compagnie" disait qu’une dame d’un certain âge et passagère à bord du Mississipi, aurait offert ce piano aux navigants de la Compagnie contre la promesse d’un libre accès de tous à bord et de son transfert perpétuel à bord d’un bateau de "la Transat" et de ses héritières. Ce serait la conséquence du fait qu’un officier se serait très bien occupé d’elle durant la traversée, sans que d’autres détails soient connus sur cet épisode maritime certainement épique.

Le PC bananier polyvalent Hornstar, ex Pointe Sans Souci (un "Super Pointe")

Je ne suis pas absolument certain que le piano venait du Mississipi, mais c’est hautement probable. A bord du Sans Souci les "grands anciens" ont parlé de ce navire. Une série complète de cargos de la Transat ont porté des noms d’Etats ou de villes de l’Oncle Sam. C’était une bonne idée commerciale mais cela pouvait aussi brouiller les cartes. Notre Snd Mécanicien Hamel (un Dieppois aussi) m’a laissé un excellent souvenir. Sa particularité première était d’être l’un des "animateurs" très engagés de la CGT des officiers à la CGM.
- Il affirmait à propos du piano avec le soutien de tous, que chaque vente du navire portant le piano nécessitait une attention particulière car il fut constaté quelques tentatives parfois sophistiquées de... détournement de piano.

Amiral Jean Cras, Pianiste et Compositeur

Lors des nombreux échanges de courriels consacré au piano sur la liste de diffusion "marine marchande", mon commentaire "ces truands" fut un jour mal ressenti. Il était peut-être excessif, mais certaines pratiques de la CGM de l’époque n’étaient pas "au-dessus de tout soupçon". (Marima* etc.)
- Si on n’a pas su qui essayait de voler le piano, on a su qu’il fallait l’avoir à l’oeil !
- D’autre part pour être juste, je suis certain que certains cadres de la CGM à terre veillaient scrupuleusement sur le piano au moins autant que la CGT des officiers, ceci étant avec succès.

Msg de Bernard Tanet [Bernard.Tanet wanadoo.fr] Tue 8/14/01 4:30 PM (époque de l’enquête)
- Le piano du "MISSISSIPPI" :
- "Je confirme, en 1962/1963 il n’y avait pas (encore ?) de piano sur le Mississipi. Puisque nous en sommes aux exercices de mémoire (très sympa), à cette époque le pacha était DARONDEAU, le Snd Cap DUVAL, un des lieutenant KEROUANTON et le Radio DELEFOSSE, dont le frère ou le cousin était aussi Snd Cap à la Transat.
- Bien A+... En attendant la suite ! B.Tanet
"

Si on voit une règle Cras sur la table à cartes, c’est sûr ! Il y a au moins un Français d’origine à bord...

Ce piano fut donc embarqué après 1963 tout simplement. De mon bord "ça remonte un peu moins loin" c’est sûr, je suis bien trop jeune pour avoir connu les noms cités. Je pensais seulement qu’il restait possible en 2001 de retrouver le piano du Pointe Sans Souci, (ou du Mississipi) et les membres de la Liste ont "mené l’enquête". Il ne faut pas exclure une erreur sur le nom de l’Etat des USA que portait le navire. Ce piano est semble-t-il passé à bord d’au moins un autre navire avant le Pointe Sans Souci.

Je me suis amusé à imaginer l’inévitable inquiétude du coupable, dans l’hypothèse où le piano aurait vraiment été "shunté" par quelqu’un à la CGM. Il n’était pas statistiquement impossible que le coupable fût "à bord" de la Liste... La fameuse liste de diffusion "brassait" en 2002 les messages vers environ 400 personnes presque toutes du milieu maritime, dont quelques journalistes et écrivains.
- Si le piano avait réellement été "soustrait", à moins que le coupable ne l’ait enlevé lui-même de nuit et sans témoins par ses propres moyens, il était inévitable que cet enlèvement de piano dans un but trop personnel laisse des "traces papiers". Il est souvent arrivé à tort ou à raison qu’Internet devienne dangereux, avec les listes de diffusion par exemple.

Cet échange permanent de messages consacrés au piano sur la toile entre des centaines de pingouins, risquait donc d’inquiéter le coupable... Dur-dur. J’ai soupçonné à tort puisque le piano continue à naviguer, le gars qui "m’a sonné les cloches" par courriel au début de l’enquête. Mais peut-être cet individu a-t-il tenté sans succès de...

La aussi il y a un piano, celui du Nabucco, mais c’est pas la même musique

Trois commentaires s’imposent aujourd’hui :
- De fait, il n’est rien d’autre arrivé au piano que l’accident du CGM Normandie !
- Rien n’est impossible avec le Hasard car j’ai rencontré à Buenos Aires en 1981 dans une gare, quelqu’un qui ne voulait surtout pas qu’on le voit avec sa maîtresse. Nous les connaissions tous et toutes, c’était un ancien prof de l’Hydro de Nantes... Quand ils m’ont reconnu j’ai cru qu’ils allaient tous les deux décoller du sol, et s’envoyer en l’air grâce à moi cette fois.
- Bravo à la CMA-CGM ! La Cie a su tenir les anciennes promesses sur le long terme ! D’autre part le second Marion Dufresne est l’un navires les plus sûrs pour la bonne continuation de la carrière de ce piano navigateur au commerce.

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR 1
- A Fort de France 1/2 avec "la Jeanne", puis
- A Fort de France 2/2 avec la Baronne !

Ecoutez l’Amiral Compositeur Jean Cras par exemple avec Youtube :
- Jean Cras 1
- Jean Cras 2
- Jean Cras 3

Différents types de "règles à cartes"

Merci aux sites :
- Jean Cras l’Amiral Musicien & Jean Cras par Wikipedia
- La Règle Cras 1 & La Règle Cras 2
- Le Chasse-Marée de Mai 2010 évoque l’Amiral Jean-Cras
- Site d’une admiratrice de l’Amiral

Notes à propos de piano marin : L’amiral Jean Cras ne fut pas "seulement" le créateur de la très fameuse règle Cras, l’instrument de navigation aérienne et maritime le plus typiquement français qui soit. Moins célèbre que Ravel dans le milieu musical, l’amiral Jean Cras était également compositeur et pianiste !

Le CF Jean Cras en 1924 à bord du Provence

J’ai vu il y a des années dans l’hebdo "Le Marin", une photo de l’amiral Cras en train de jouer du piano à son bord.
- Ceci prouve qu’il n’existe pas que le piano marin du commerce, la Royale aussi peut embarquer un piano !

Règle Cras

"Le but final d’une œuvre d’art n’est pas d’agir sur nos sens, mais, en agissant sur eux, de transmettre à notre âme le reflet du rayon de l’Au-delà qui a frappé l’âme de l’artiste créateur." Jean Cras.
- C’était un type étonnant pour un militaire de carrière, en avance sur son temps. Un amiral Italien Chef d’Etat-major en sa marine il y a peu, n’est aussi rien de moins que le traducteur en Italien de Charles Péguy, Alain Fournier, Paul Valéry et de quelques autres... D’autre part le général Henri Bentégeat (ancien Chef d’Etat-Major en France) écrit des poèmes....
- On est aujourd’hui assez loin des des militaires vus par les caricatures de Cabu !

Musique à bord :
- Jules Verne et Georges Sand redécouverts à bord

Symbole de l’accueil du site


- Plan du Site

Cartographie marine et mythologique par Pierre Escaillas

* Note "Marima" :
- Les mauvaises fréquentations ".fr" en Birmanie
- Découvrez le pavillon Birman avec le Cdt Aleroux, un témoignage rare et à lire !

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/