Souvenirs de mer

24 juin 2008

Echelon ou Greenpeace ?

Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !! :
- Aux Etats-Unis il y a une dizaine d’années, un "ancien" de la CIA a "commis" un excellent livre consacré avec sévérité à la nuisance sociale et politique que peuvent constituer des services secrets sans aucun contrôle réel et très strict.

(article réparé le 25 juin 2008 à 14h15, après le gag informatique du 8 juin)
- Cela dit il est bien évident que face au KGB, il fallait des gens qui ne soient pas trop "scrupuleux", c’est-à dire surtout pas des enfants de coeur ! Mais où commencent les méthodes "inappropriées" ? (disait le Président Clinton à propos d’un tout autre sujet, j’ai adoré son mot) Il peut aussi arriver qu’un service secret devienne un danger public. La France a vécu un exemple parfait de ce genre de "dérive" avec la fameuse affaire "Greenpeace" :
- Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !!

Le Rainbow Warrior coulé à quai

Il m’a semblé en effet que les "pro" auraient dû savoir dire NON aux "politiques". Contre Greenpeace, il était en effet hautement probable que "ça" se passerait fort mal, même sans se faire chopper ! (et c’est arrivé) Nous savons tous que Greenpeace a un don particulier pour la "communication" et sait fort bien jouer le rôle de la victime. Ce fut d’autant plus facile que effectivement il y a eu mort d’homme, ce qui est déjà grave en soi.

D’autre part la façon dont les choses semblent s’être passées, à savoir qu’on a envoyés les "époux Turenge" au casse-pipe, m’a scandalisé. Une méthode dangereuse pour tout le monde fut employée contre Greenpeace. Même si personne ne s’était fait pincer, un fort soupçon serait resté très très longtemps en direction du "pays.fr" ! D’ailleurs dès le premier jour les gens de Greenpeace ont su montrer du doigt les "possibles coupables". Ce n’était pas la première fois qu’un sabotage était organisé à bord de leurs navires.

Le Rainbow Warrior renfloué pour l’enquête

Cela dit en matière de renseignement, d’espionnage et "d’opérations spéciales" en général, "ceux qui savent ne disent rien et ceux qui igorent tout parlent". C’est la formule consacrée dans "les milieux connaisseurs". Tout au plus donc, peut-on en la matière spéculer et supposer "dans le probable", c’est-à-dire essayer de comprendre et déduire avec prudence en fonction de ce qui est parfaitement avéré :
- En effet lorsque l’enjeu n’existe plus, les "petits secrets" du monde mystérieux des "services" finissent tôt ou tard (souvent très tard en France) par sortir de l’ombre. En 1974 l’Angleterre a (enfin !) rendu public ce qui se passait à propos de la machine Enigma des Allemands durant la seconde guerre mondiale et la surprise fut générale.

Depuis peu nous savons aussi avec certitude que les câbles sous-marins ont souvent été victimes de viols tout à fait inattendus, dont même les professionnels du monde des Télécommunications ne se rendaient pas compte, même si de forts soupçons existaient. Les Evolutions Technologiques permettent régulièrement de nouveaux types coups tordus, qui ne va pas s’en douter ?

Les "trois équipes", les "Turenge" etc. Cela faisait beaucoup de monde pour poser deux petites bombes sur un seul navire. Ne pensez-vous pas que c’est un peu étrange ? C’était bien compliqué pour peu de choses. Deux "opérateurs" seuls pouvaient le faire plus discrètement et filer à l’anglaise ensuite sans donner le temps à personne de les remarquer. A mon humble avis nous n’avons su voir que le haut de l’iceberg. C’est-à-dire qu’ils ont d’évidence fait AUTRE CHOSE que personne n’a vu ou senti, peut-être même dont personne ne s’est plaint par la suite, tout simplement...

David Mc Taggart, Gd Combattant de l’Arc-en-ciel, à bord du premier Rainbow Warrior

Alors à partir de cette déduction simple, cela devient vraiment sulfureux car cette "action" serait passée inaperçue du public. Quoi donc ? Des opérateurs trop nombreux et faisant beaucoup de choses, les deux faux époux se seraient alors bêtement faits chopper, pendant que tous les autres évacuaient "le terrain". La gravité de la mort du photographe et le côté spectaculaire de l’action ont alors su longtemps détourner l’attention de tous, un peu comme un leurre en effet. Après c’était trop tard !

Peut-être ont-ils tout simplement effectué de nombreuses fouilles et des enquêtes détaillées sur tous les sympathisants, les militants et les "pro" qui bossaient pour Greenpeace, dans les hôtels par exemple et partout ailleurs. Ceci expliquerait tout ce monde sur place et dont la présence ne fut mise en évidence que plus tard. On retrouverait ainsi une action classique de renseignement partiellement bien réussie, mais accompagnée par deux fausses notes, Un mort et une double arrestation.
- Il y a toujours des imprévus dans le déroulement d’une mission de ce genre et je pense qu’ils furent royalement servis.

Ceci commence à "tenir la route" mais... Tout cela pour seulement Greenpeace ? Je reste insatisfait. Alors quoi ? Et si le leurre, c’était rien de moins que Greenpeace elle-même ? Après tout il existait peut-être autre chose à réaliser en Nouvelle Zélande que faire botter le cul de Greenpeace par les services spéciaux Français. Et pendant que tout le monde observait les ennuis du navire militant, "tout le reste" passait naturellement au second plan.

Un radôme de Menwith Hill. Echelon ?

Alors j’ai cherché tout ce qui peut être très "intéressant" pour les militaires Français en Nouvelle Zélande, à commencer pour les spécialistes des "opérations délicates" surtout quand les procédés à utiliser ne sont pas très délicats. En cherchant bien, on trouve assez vite quelque chose. Et c’est tout à fait vraisemblable. C’est d’ailleurs juste assez gros pour pouvoir passer totalement inaperçu sur le moment. C’est d’autre part assez sulfureux pour rester longtemps dissimulé par les uns comme par les autres.

D’un côté ce fut (peut-être) :
- "Damned ! Ils nous ont bien baisés, surtout n’avouons rien !"
De l’autre peut-être aussi :
- "Ils ne diront rien ! Et pour pouvoir recommencer ailleurs s’il le faut, surtout ne disons rien non plus !"

Voici ce qu’il reste de plus concret du Communisme aujourd’hui

Tout le monde sait que le très long conflit larvé "Est-Ouest" aussi appelé "Guerre froide", étouffa fort longtemps de chaque bord des "problèmes locaux" qui en général surent attendre la fin de l’URSS pour éclater ensuite en pleine lumière avec une extrême violence. Parfois cependant il fallut laisser crever l’abcès, comme ce fut le cas lors de la guerre des Malouines.

Jamais les deux "super-grands" n’ont pu effacer les conflits "en marge", ils durent au contraire prendre partie ou étouffer l’affaire lorsque c’était possible. Se sont donc aussi superposées à la "guerre froide" des luttes d’influence qui existaient même avant la première guerre mondiale et qui existent encore aujourd’hui sous une forme parfois extrêmement modernisée.

Forêt de champignon Echelon de Menwith Hill

J’ai cru savoir par exemple, que l’existence du fameux système "Echelon" auquel les Français ne participent pas (pour ne pas dire qu’ils en furent exclus d’office dès l’origine) n’a jamais été bien acceptée par ces derniers qui soupçonnent une utilisation tout à fait "inappropriée" de la part du monde Anglo-Saxon.
- L’une des principales installations de ce système se trouve en Nouvelle Zélande et la lecture dans la presse locale des faits divers de l’époque, me fait penser qu’il se produit de très étranges coïncidences dans la vie. Bien sûr, à côté de la gravité de l’attentat du Rainbow Warrior, ces petites intrusions survenus au même moment loin d’Auckland de surcroît, n’ont pas beaucoup d’importance. Enfin... Si c’était important, nous l’aurait-on dit ? Je n’en suis pas sûr, ça au moins c’est vraiment sûr.

Schéma supposé du réseau Echelon

Comme par hasard les "Turenge" se sont fait chopper lorsque tout était déjà terminé, qu’ils aient volontairement (ce qui d’ailleurs m’étonnerait) ou non servis de leurre de seconde classe. Comme dans ce genre d’affaire on "cloisonne" toujours tout, il y a de fortes chances qu’ils n’aient été sur place que pour "traiter" Greenpeace et ne savaient donc rien au-delà de leurs propres rôles. Ils furent probablement "joyeusement cuisinés" sur place pour absolument rien, jusqu’à la lassitude totale et l’évidence. Tout ça n’a pas dû être très plaisant et n’est pas bien sympathique de la part de ceux qui les ont envoyés là-bas.
- Cerise sur la gâteau, les soviétiques ont peut-être porté le vrai chapeau sur le moment...
- Servir la France, c’est moins dangereux en travaillant dans une préfecture.

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1

Carte du plus beau pays du monde

- Escales en Nouvelle Zélande 1 Auckland
- Escales en Nouvelle Zélande 2 Auckland
- Escales en Nouvelle Zélande 3 Bluff
- Escales en Nouvelle Zélande 4 De Bluff & Invercarghill à Timaru
- Escales en Nouvelle Zélande 5 Timaru
- Escales en Nouvelle Zélande 6 De Timaru à Christchurch
- Escales en Nouvelle Zélande 7 Détroit de Cook et Wellington
- Escales en Nouvelle Zélande 8 Napier & Tauranga (fin en Janvier 2008)
- AGROGLYPHES (l’insolite agricole total)

- Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !!
- Echelon sous Greenpeace ? (le 14 février 2008)

- Le 4 mâts "Ville de Mulhouse" à venir en 2008

Notes :
- J’ai vu ça et là trop souvent "Turenge" orthographié de deux façons différentes, j’espère au moins que c’était écrit de la même façon sur leurs deux passeports...
- Echelon est un nom de code utilisé pendant de nombreuses années par les services de renseignements américains pour désigner une base d’interception des satellites commerciaux. Par extension le Réseau Echelon désigne le système mondial d’interception des communications privées et publiques, élaboré par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans le cadre du Traité UKUSA (UKUSA Agreement).

L’Oncle Sam a de grandes oreilles, par exemple "Echelon"....

Merci au site qui fait brièvement un "tour du sujet" et à celui qui ose en rire :
- Echelon Wikipedia
- Uzine.net

Commentaire "perso" : Il s’agit techniquement d’un ensemble de systèmes d’écoutes de masse, plus exactement effectuées "en vrac".
- On l’aura compris, des logiciels puissants "tournent" en permanence en utilisant des mots-clefs ou des "phrases types" pour essayer de trouver "ce qui est intéressant à savoir" dans cette incroyable masse d’information à 98% inutile on peut s’en douter...
- Il arrive certainement parfois que cela donne des informations utiles, mais j’ai de sérieux doutes sur le véritable rapport "prix / qualité" de la chose !
- Je crois plus aux écoutes sélectives strictement réservées à "une certaine élite", à propos de laquelle il faut effectivement parfois bouffer son chapeau et mettre les grands principes entre parenthèse et se disant : "La nécessaire exception confirme la règle."

D’autre part, des farceurs gauchistes ont effectivement pris le parti d’envoyer régulièrement des milliers messages contenant un tas de mots aux contenus douteux, ce qui a eu pour effet de saturer les systèmes pour rien. Encore un passe-temps intelligent... Certains essaient de nous ou de se protéger, tandis qu’on sabote leur boulot. Bon courage les gars.
- Et lui ? Que faisait cet homme d’action à cette époque ?

Wladimir Poutine, ancien colonel au KGB et "homme fort" de la nouvelle Russie.

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/