Souvenirs de mer

10 septembre 2008

Du Bac à l’Ecole Hydro en passant par l’Afghanistan

Il était une fois, un élève de l’Ecole Nationale de la Marine Marchande de Nantes qui passa de longues vacances en Afghanistan en 1977 après le bac et avant l’Ecole "Hydro". Il nous a raconté ce qu’était l’Afghanistan des années 70.
- Ce n’est pas un souvenir de mer, mais de l’Ecole Hydro qui nous invitera cependant indirectement à une réflexion maritime...

(amplifié et vérifié le 18 Oct. 2008 et le 28 Juin 2014)
- Une évocation du Pakistan suit tout naturellement le présent article, car les deux sujets sont très liés et que le Pakistan est un pays dont l’influence maritime est non négligeable.

L’Etat Français sait entretenir une étonnante tradition qui consiste à mettre régulièrement ses forces armées dans des situations tout à fait invraisemblables, dont il est absolument impossible de se sortir "à bon compte". Ceci se traduit en particulier actuellement par le fait d’envoyer les gars en Afghanistan dans des conditions techniques visiblement discutables...
- Secret Défense : C’est pas moi ! Mais c’est très intéressant et l’Afghanistan est un sujet "sur-traité" en ce moment.

Le pavillon Afghan n’a pas de vue sur la mer, et il n’y a pas de complaisance avec l’envahisseur, même bien intentionné...

D’autre part la France n’est plus seule à faire cela ! Aujourd’hui l’Occident en entier a adopté cette géniale attitude. Quand la situation ne semble plus assez difficile, on va même depuis le début des années 2000 jusqu’à laisser croître d’autres dangereuses sources d’ennuis dans le pays d’à côté !
- Au Pakistan par exemple...

Symbole de l’Ecole "Hydro" de Nantes, l’Ecole Nationale de la Marine Marchande

Les brillants leaders du Monde Occidentale savaient-ils "seulement" ce qu’était ce pays ? Notre copain nous en a dit juste le peu qu’il faut encore aujourd’hui savoir, pour comprendre ce qui se passe actuellement sur place. Cela a commencé par une simple conversation dans un café entre étudiants de l’Ecole Nationale de la Marine Marchande de Nantes dans les derniers jours de 1979, alors qu’on venait d’apprendre l’entrée des troupes Soviétiques en Afghanistan :
- "Dis nous un peu Calloc’h ! Toi qui connait ce pays qu’est-ce que t’en penses ?"

L’intéressé a posé sa main gauche sur son front puis il a saisi son verre de bière avec la droite en disant :
- "Oh Putain-putain...! Qu’est-ce qu’ils vont se prendre les pauvres gars..."

Départ glorieux des troupes Soviétiques en 1989. De loin la foule applaudit...

Sous la pression de l’ambiance médiatique de l’époque, l’invasion de la Tchéquo-Slovaquie était encore une histoire relativement récente, nous avons donc cru qu’il parlait des pauvres Afghans envahis, un pays de plus....
- "Non, les gars, j’vous parle des Soviétiques ! Ils vont se faire tailler en pièces. La guerre d’Algérie de mon père sera une bonne farce à côté. J’vous ai raconté mes vacances ya 2 ans en quittant le lycée, z’avez pas écouté ?"

Oui et non ! Car en y repensant, c’est aussi là que j’ai vu qu’en Europe on nous bourre souvent le mou ! Nous vivions sous la menace théorique des milliers de chars soviétiques tous prêts à déferler sur l’Europe Occidentale. Plus tard en fréquentant quelques marins Soviétiques, j’ai eu vent de quelques réalités techniques passablement plus "nuancées". L’Armée Rouge serait-elle un tigre de papier ? Un général Français l’avait dit parfois d’ailleurs, en évoquant d’improbables menaces futures que nous avons vu surgir depuis.
- Il s’est vite fait ridiculiser et taper sur les doigts pour l’avoir trop ouvert, sa grande gueule... D’autre part ce général en retraite aurait pu nous le dire plus tôt.

Carte résumant l’invasion de 1979

Résumé des souvenirs des 3 mois de voyage-vacances en Afghanistan d’un lycéen de Courbevoie qui s’était fait routard, avant de rentrer à l’Ecole de la Marine Marchande :
- L’Afghanistan en 1977 avait un Roi et un Office National du Tourisme qui titrait joyeusement sur une de ses luxueuses brochures en Français :
- "L’Afghanistan terre de contraste..." (encore quelques trucs qui ne s’inventent pas, mais c’est la première fois que je le raconte)

Le Roi Mohammad Zaher Chah revenait souvent ces dernières années, mais en Conseiller seulement.

Ce Roi, il aurait (peut-être) dû envoyer les stagiaires en formation pour son armée qu’il avait avec justesse décidé de moderniser, dans un autre pays que l’Union Soviétique... La belle brochure expliquait que c’était moins cher chez le puissant voisin en URSS, ce qui permettrait une formation efficace et plus rapide, compte tenu des moyens financiers modestes du pays. Cette brochure évoquait aussi, au-delà des nombreux sites touristiques extra-ordinaires du pays, la politique nationale de modernisation de la société. Celle-ci fut peut-être mise en oeuvre trop vite. Je ne sais pas quoi penser de tout le reste.

Voici ce qu’il reste de plus concret du Communisme aujourd’hui

Je crois que tout cela était effectivement exact. Mais ce choix militaire malheureux souligne aussi que certaines "économies de gestion" (ou de bouts de chandelles), se révèlent souvent coûter fort cher par la suite. Ce sujet doit encore être médité en 2008. Envoyer ces gars en stage militaire en Allemagne, en Italie ou en France, aurait certainement coûté beaucoup plus cher à tout le monde, sur le moment...

- "L’Afghanistan terre de contraste..." ? Ah ça oui ! A Kaboul en 1977, on y trouvait des jeunes filles provocantes en minijupe. Je les ai vues en photo. Mais dans la campagne environnante à moins de 20 km, la fameuse burka était aussi portée, peut-être parfois par les mêmes "intéressées", qui sait ?

Principalement paysans, mais pas seulement. Quand on voit ceci, c’est trop tard semble-t-il...

Notre jeune lycéen a su quadriller le pays pendant trois mois à cheval, pour y rencontrer par exemple des vrais Seigneurs, tels qu’on nous les décrivait dans les livres d’Histoire du Moyen-âge Européen, seule leur langue et leur religion étaient réellement différentes. Il y a également vu :
- Des enfants de paysans des montagnes, qui à moins de 10 ans ne travaillaient pas seulement dans les champs. Ils se servaient de machines-outils dans des grottes pour y monter des mitraillettes et d’autres engins de jeu de ce genre, plus vrais que les vrais.

Il assista d’autre part à des tournois à cheval avec chacun une lance (j’ai oublié le nom de ce sport très dangereux) entre des seigneurs locaux à l’audience régionale. Dans le meilleur des cas, une querelle entre notables pouvait en effet se régler de cette façon très spectaculaire et avec la plus grande dignité. Il n’était pas du tout question de s’adresser "à Kaboul" pour quoi que ce soit d’autre, que faire venir des équipements modernes, si et seulement si ceux-ci étaient considérés comme indispensables. Dans le plus mauvais des cas, les querelles se réglaient à coups de mitraillettes.

Une situation inextricable...

La Police ? C’est quoi la police ? L’armée ? Ah oui ! Ces gars, on leur a tout pris la dernière fois qu’ils sont venus. Les pauvres sont rentrés à pieds à Kaboul. Mais on leur a laissé leurs bottes. Tout de même en montagne....
- Notre lycéen Breton ne savait pas s’il existait des avocats à Kaboul. Mais il a aussi confirmé l’excellent accueil réservé aux rares visiteurs, et la relative sécurité finalement qui règnait sur l’intérieur de ce pays à cette époque. Il est sûr que tout le monde savait surveiller son langage et son comportement...

La population Afghane, pour elle l’ethnologie est simple comme le relief, pas de frontière !

C’est cet ordre local fragile que les Soviétiques ont saccagé. Sans doute est-ce arrivé parce que trop peu de gens à Moscou avaient écouté les stagiaires Afghans parler de leur pays, ou n’avaient pas lu la version Russe de la belle brochure.
- Son chapitre le plus intéressant bien que résumé peut-être trop simplement, (j’adore étudier l’Histoire) était consacré à l’Histoire ancienne de l’Afghanistan. Aujourd’hui encore un certain nombre de cornichons politiciens ou militaires Occidentaux et "shouravi", devraient peut-être se pencher là-dessus.

L’armée US aux galères, en train de récolter ce qui fut semé pour les Soviétiques...

Il y était par exemple expliqué ce qui est arrivé à une armée de 80 000 Britanniques au beau milieu du 19ème siècle, qui venait pour conquérir le pays. Pas un seul ne s’en est sorti, pas un seul.
Dans son immense sagesse l’Empire Britannique a attendu fort longtemps avant d’oser récidiver.
- C’est arrivé en 2001 seulement et il n’est pas revenu seul, l’Empire Britannique. Mais même en étant solidement accompagné... La question qui s’impose, c’est :
- "A-t-on pris le problème Afghan et Pakistanais par le bon bout ? Il me semble bien que non. Je n’ai pas la solution car vous la trouveriez ci-jointe ! Mais un problème mieux posé, est sur la voie de sa solution.

La Diplomatie et l’action disrète d’abord, le dernier argument du Roi seulement si inévitable...

Intervenir en force me semble plus que jamais nécessaire, comme ça l’était en 2001 et surtout... Avant ce que nous savons.
- Mais ! Il me semble aussi que venir en Afghanistan avec rien de plus que le "Dernier Argument du Roi" (Louis XIV faisait graver cela sur les boulets de ses canons) ce n’est pas une excellente idée. Les plus gros cornichons de l’Occident devraient le savoir tout de même :
- L’Office National du Tourisme de l’Afghanistan, il reste fermé jusqu’à nouvel ordre ! Depuis 1979.

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1
- Un coup de gueule s’impose aussi à propos des nombreux bombardements Occidentaux sur les civils depuis 2001. Une fois par erreur de temps à autres, c’était déjà difficile "digérer" localement. Mais avec ce que nous en savons... Nous payons et paierons très cher une fois de plus, collectivement cette sottise inhumaine.

Ancien pavillon Afghan, encore moins de complaisance dans la Société mais trop avec Moscou !

D’autre part le plus haut sommet de la sottise fut peut-être atteint par les géniaux cornichons que sont les décideurs Occidentaux qui pour bien emmerder les Soviétiques, aidèrent par tous les moyens les extrêmistes locaux les plus durs. On leur a ainsi offert des armes à la fois légères et des plus modernes, par exemple pour chasser l’hélicoptère, des formations techniques, des approvisionnements en tout genre, de l’argent et que sais-je encore ?!
- On a aussi encouragé la culture du pavot dans le but premier d’affaiblir les soldats Soviétiques. Tout cela est maintenant bien connu et peu s’en sont indignés. Pourtant, tout cela fut réalisé sans aucune considération stratégique d’avenir et dans le plus parfait mépris du sort des populations locales, sans même écouter les avertissements Soviétiques ! Dans le cadre de la guerre froide les tours de cons étaient certes "de bonne guerre" mais... N’a-t-on pas été au moins un peu déraisonnables ?
- Avec le recul du temps en 2008, la "gaffe des gaffes" de l’Administration de Georges W. Bush fut Symbolique. Ils ont détruit l’immense capital de compassion et de sympathie mondiales dont disposaient les Etats-Unis le 11 Septembre 2001 au soir. Ce jour-là cette terrible agression fut ressentie mondialement. Ses auteurs pouvaient donc être défaits. C’est un immense et consternant gâchis.

L’Afghanistan Moderne et Civilisé, c’est en 1971 ou dans les années 1980 qu’il existait...
(une rue de Kaboul en 1971. Un pays Civilisé est Laïc jusque dans ses rues et la minijupe y est une tenue classique...)

Merci aux sites :
- L’Afghanistan
- L’Afghanistan et Wikipedia
- Politique Afghane
- La guerre Afghane Soviétique
- Le Roi Zaher Chah

MATIERES à REFLEXION (ou à coups de gueule)
- Du Bac à l’Ecole Hydro en passant par l’Afghanistan (c’est ici-même !)
- Pakistan Espérons que toutes ces suppositions ne constitueront jamais des souvenirs de mer...
- Pakistan, Problemistan ou Dangeroustan ? (le 20 Octobre 2008)

- L’avenir du port de Gaza (en Janvier 2009)
- Bon anniversaire ! Déjà 50 ans et toutes ses dents !

L’Hydro de Nantes en 2008 est menacée de fermeture, pourtant elle a fait beaucoup d’efforts d’adaptation...
(quand j’y étais jusqu’en 1979, nos Ecoles "Hydro" n’évoquaient jamais l’informatique. Seule l’électronique de "comptage" et de mémoire était traitée)

Parenthèse d’information :
- (Formation) Zef Radio à l’Hydro de Nantes et le Code Morse
- Le Cinéma et l’Ecole Hydro de Nantes

- Complément à l’air du temps élitiste
- J’en étais sûr... Flextronics et l’usine de Laval
- Etude de Psycho-Sociologie de groupe (Berkeley)
- Philosophie sur l’aileron de passerelle
- La Lambada et le Communisme

Ce piaf là est moins dangereux que les goélands et les vautours
(au service des lobbies, qui nous ruinent depuis plus de 40 ans)

- Plan général du Site - Plan de "Marine Inconnue" & Bon vent et bonne mer !

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/