Souvenirs de mer

9 octobre 2008

PAKISTAN ou PROBLEMISTAN ?

A priori, l’Ecole Nationale de la Marine Marchande de Nantes était bien le dernier endroit où aller pour apprendre quelque chose à propos de l’Afghanistan. Pourtant ça m’est arrivé.

(amplifié le 24 Mai 2010)
- J’ai déjà évoqué en bref comment était ce pays, ou comment l’avait vu l’un d’entre nous, bien avant que de nombreuses interventions extérieures plus que tout à fait inappropriées ne le saccagent entièrement et finissent par transformer son territoire en un dangereux nid de serpents et d’ennemis de la Civilisation Moderne.
- J’espère avoir entièrement tort, c.à.d. que l’objet de ces suppositions ne sera jamais à l’origine de souvenirs de mer, douloureux.

Tout le monde a entendu parler de la catastrophique intervention Soviétique de 1979 en Afghanistan et du encore plus désastreux retrait qui s’en est suivi. D’autre part "On" nous explique en permanence tout l’intérêt de l’intervention actuelle de 43 pays de la Communauté Internationale, dans laquelle les Etats-Unis et quelques partenaires Européens "jouent" les premiers rôles.
- Effectivement je crois aussi qu’il fallait faire quelque chose de très fort, compte tenu de ce qu’il s’y passait jusqu’en 2001. Cela demeure, même (et surtout) si c’était quelque part, aussi le triste résultat d’un comportement pour le moins inadapté du Monde Occidental.

De là-bas, je n’ai directement connu "que" deux officiers mécaniciens Pakistanais bien sympathiques avec qui j’ai eu l’honneur de naviguer. Débarquant comme moi au Havre, l’un d’eux n’oublia pas de prendre en photo quelques vaches Normandes à bord du train vers Paris.
- "Sans photo, on ne me croira jamais !" M’expliqua-t-il. Chez lui en effet les vaches n’ont pas tout à fait le même profil, tout est très différent au Pakistan.

Pavillon Pakistanais

En Août 2008 les nombreuses interventions Pakistanaises en Afghanistan qui pourtant ne datent pas d’hier et avaient perdu beaucoup de leur caractère clandestin, sont enfin devenues de notoriété publique. C’est arrivé à la faveur (si j’ose dire) de la tragique embuscade dont a été victime une patrouille de l’armée Française. Jusqu’alors, tout le monde semblait se moquer cordialement de ce qui se passe en Afghanistan, peut-être même jusque dans les ministères Parisiens.
- Il était plus que temps de commencer à s’y intéresser vraiment !

Géographie du Pakistan

Au delà des aspects technique et émotionnels de la situation, il existe un problème de stratégie globale. Tout le monde sait qu’une partie "non négligeable" de la racine profonde du problème se trouve au Pakistan. On a l’impression que c’est un sujet terrible, secret et tabou.
- C’est pourtant de là que vient le "boxon Afghan", et ça commence (enfin) à se savoir !!

Sans en dire plus qu’il n’est nécessaire sur ce pays, il faut en parler un peu. "Pakistan" signifie "pays des purs" dans l’une des langues locales. Ce mot fut en fait créé d’abord pour désigner le second des nouveaux Etats issus de l’Indépendance accordé par l’Empire Britannique aux Indes en 1947. Lord Mountbatten dernier Vice Roi des Indes, eut pour noble mission de négocier le "départ" des Anglais avec le sourire et d’éviter ainsi les risques d’un coûteux et dangereux grand coup de pieds au cul, comme c’est parfois arrivé aux Français.
- En 1945 les grands Empires coloniaux n’avaient plus beaucoup d’avenir pour la vieille Europe "épuisée"...

L’amiral Lord Louis Mountbatten, dernier Vice Roi des Indes et accompagnateur bienveillant de l’Indépendance.

Lord Mountbatten a accompli sa mission dans les conditions particulièrement dures d’une terrible mésentente locale religieuse et politique entre les nombreux musulmans et tous les autres.
- Histoire du Pakistan
- Lord Mountbatten "Personnage" du 20ème siècle. (en anglais)
- Lord Mountbatten par Wikipedia (en français)
- Lord Louis Mountbatten (en français)

Pour tenter (sans trop de succès) de rester bref ici à mon bord, cela ne s’est pas bien passé du tout "sur place" car il y a eu plus d’un million de morts. D’autre part ce conflit d’origine perdure en ces années 2000, entre l’Inde et ce qui est devenu le Pakistan, après d’innombrables péripéties depuis leur indépendance. Dans cette région du Monde, cette adversité fait maintenant partie de la "tradition locale", au point que c’en est même parfois à se demander s’ils se souviennent encore pourquoi...
- Pakistan géographie
- Histoire du Pakistan
- L’Afghanistan

Mountbatten, Nehru et Edwina Mountbatten

Observez même seulement quelques minutes une simple carte de la région. Cela nous donne quelques réponses à de bonnes questions. Comme par hasard la limite Nord-Ouest de l’Empire des Indes Britannique est constituée par les montagnes de l’Afghanistan. D’autre part nous savons ce qui est lui arrivé dans ce pays de durs à cuire, la conquête s’est arrêté là.

A lire l’histoire de cette région aujourd’hui nommée Pakistan, il était déjà très fort de pouvoir s’y imposer au moins dans les grandes villes. Ceci reste vrai aujourd’hui. Sans bien connaître ce pays, sans même y avoir posé les pieds pour quelques heures durant une escale de navire roulier, je prends peu de risques d’erreur en écrivant ici que c’est encore le cas en 2008 :
- Qui fait vraiment la Loi "sur place" ? Loin de la capitale en zones isolées ou fort mal accessibles ? Même l’armée (surtout l’armée peut-être) n’ose pas toujours y aller pour y mettre un peu d’ordre...

Le général Pervez Musharraf

Nous avons ici en Occident toutes la peine du monde à le savoir et encore plus à le comprendre. Etre conscient de cela, c’est pourtant déjà avoir su comprendre "un petit quelque chose" de ce sujet difficile. Nous savons que Afghanistan était devenu un véritable "nid de serpents" en 2001, en conséquence du génial comportement "joint" des Soviétiques et des Occidentaux. Ces derniers agissaient généralement à l’époque à partir du Pakistan sans jamais se préoccuper des mentalités locales, avec toutes les incalculables conséquences que nous découvrons aujourd’hui.
- La question est aussi, qu’est-ce donc la Civilisation ? Le respect du Savoir, du savoir être, du savoir faire, de l’autonomie et par extention, tout simplement le respect de l’Autre.
- La notion "de Droit" est un élément de Civilisation. Ce n’est pas vraiment ce que l’Occident y a apporté depuis ! Il me semble aussi qu’être civilisé, c’est comme l’amour ou la démocratie, ça n’existe pas ! Cependant il existe tout de même des preuves de civilisation, d’amour et de démocratie...

Le Président Félix Houphouet Boigny disait : "La paix n’est pas une idée, ni un mot, ni un but, c’est un Comportement."
(il ne passait pas pour un philosophe, mais c’était peut-être à tort. Aujourd’hui tout le monde regrette son époque)

Félix Houphouet-Boigny le Président de la Côte d’Ivoire, passa longtemps pour être au moins un peu roublard. Mais le journal TV commençait par une citation du Président de la République, qui a su prendre peu à peu tout son sens par la suite en son pays :
- "La paix n’est pas un mot, c’est une attitude..." (Je dirais... Ce n’est pas une idée, c’est un comportement)
Felix Houphouet-Boigny ne passait pas pour un philosophe ni un littéraire, mais il l’était à sa façon ! Ce qu’il disait est beaucoup plus profond que ça n’en a l’air.
- La barbarie peut aussi être regardée ainsi. C’est un comportement que nous voyons à l’oeuvre dans ces deux pays.

Les Talibans sont-ils des gens civilisés ? Moins que l’Afghanistan des années 1970, ça au moins c’est sûr !
- La crise financière de ces dernières semaines nous fait oublier les Talibans, car naturellement dans l’actualité un évènement chasse l’autre. Mais ce qui arriva au milieu du mois d’Août 2008 à l’armée Française en Afghanistan n’est pas terminé hélas. Ils ont su rappeler au bon peuple de France qu’une armée, ce n’est pas fait pour jouer aux "bisounours" et qu’il peut toujours arriver que "ça se passe très mal" sur place...

Ne pas confondre l’armée et les Bisounours...

A bord du site-blog Secret Défense, un "pro" disait aussi :
- "...la première véritable insulte faite aux Armées, c’est leur donner une mission sans leur donner les moyens de la remplir..." Ceci n’arrive pas qu’aux armées d’ailleurs, parole de civil ! Si j’ai espéré que ce n’était pas le cas, c’est aussi avec quelques doutes.
- Au-delà du grave problème des moyens, apprendre aux gars à tout casser et à "décalquer l’ennemi sur les murs" n’est pas forcément la finalité première de la formation aux armées ! Mais il faut aussi savoir le faire...
- La première fonction de l’Armée, c’est de ne pas recommencer Mai 1940.

On n’est pas vraiment dans ce schéma aujourd’hui, avec des Georges W. Bush, Gordon Brown, Berlusconi, Tony Blair et Sarkozy au pouvoir... Pour eux et leurs copains du monde de la finance, en fait l’armée est d’abord un groupe "d’hommes de mains" aux ordres. Ce n’est pas très civilisé tout ça, mais ils donnent des leçons de civilisation aux Talibans.
- Il ne faut donc pas trop s’étonner lorsque ceux-ci nous renvoient l’ascenseur.

Aujourd’hui les choses ont changé. La présentation des "expéditions militaires extérieures" par le monde médiatique et par les armées Européennes elles-mêmes, nous a trop souvent donné à penser qu’on va sur le terrain pour jouer aux bisounours sauveteurs.
- Certes ! Il y a des pays où ce fut et c’est toujours le cas et c’est tant mieux !

Bref coup d’oeil à Guantanamo

Le malheur du mois d’Août 2008 aura au moins le triste mérite de nous rappeler que le contraire existe toujours. Face aux Talibans, surtout ceux formés au Pakistan avec "le crane bien bourrée", la première réponse, la plus adaptée n’est pas la discussion :
- C’est Guantanamo ! Je ne veux cependant pas dire que si certains d’entre eux veulent réellement discuter, il n’y a rien à écouter, "il faut voir"... Mais les gars qui sont venus d’Europe et du Magreb qu’on peut chopper là-bas avec les Talibans, me semblent peu dignes des larmes médiatiques et encore moins d’un traitement juridique souple ou clément. C’est quelqu’un peu suspect de complaisance avec l’Administration Bush qui vous l’écrit sans états d’âme.

En Europe on semblait avoir oublié depuis 2001, qu’il se passe "beaucoup de choses" en Afghanistan. Rarement la presse en parlait puis soudain, on n’entendait plus que ça.
- Ce fut le coeur serré que nous avons entendu les réactions des proches des soldats tombés au feu. En écoutant une jeune veuve à la TV, j’ai eu l’impression que son époux disparu ne lui a jamais dit (même en une minute) que le risque de "toucher le gros lot" existe toujours, surtout en Afghanistan. Elle avait l’air d’être sur le coup de la surprise totale, comme si la guerre, ça n’arrivait qu’aux autres. Je crois que son époux disparu aurait dû lui parler de cela plus souvent.

Durant mes brefs séjours en Yougoslavie en 1994, j’y ai entendu dire ceci :
- "La guerre ne t’intéresse pas, mais elle s’intéresse à toi..."

Quoi que l’on fasse dans la vie, il existe toujours des risques et chacun vit avec les siens. L’important est au moins de les connaître et les assumer. Lorsque je suis devenu jeune marin du commerce durant les années 1970, j’ai aussi pensé à notre risque d’accident du travail maritime en mer ou à quai :
- Se brûler, s’électrocuter, se faire aplatir par un conteneurs, tomber à la baille, faire naufrage (ça, j’ai failli le vivre) être écrasé lors d’une collision ou retenu en otage deux semaines à Fernando Poo, (c’est aussi arrivé en 1978 au cargo Français St-Michel de la SNO), ou d’être retenu ou tuer par des pirates. Je n’ai donc pas seulement pensé aux filles lascives d’un pays exotique sur une plage, avec les cocotiers et sous la Croix du Sud !

Torpille Black Shark pour Scorpène
(tout un programme...)

La seule chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout en mer, c’était d’être torpillé ! Je n’y ai pas pensé une seule seconde, même durant mon "sapin". En effet depuis 1945 "ça ne se fait plus" ! Bien que... En Argentine on a dû en 1982, constater que "l’exception" reste malgré tout encore possible. D’autre part si la torpille est un produit industriel conçu pour ne surtout pas devoir s’en servir, bien sûr "on" doit pouvoir le faire ! Nuance... Je vais en reparler plus loin ici-même, car... Qui ça, "on" ?

Revenons au Pakistan. Plus le temps passe, moins j’ai la certitude que quelqu’un sait en Occident ce qui se passe réellement dans ce pays mystérieux aux visages multiples, encore une "terre de contrastes". Nous savons surtout que sa stabilité politique parait incertaine depuis son Indépendance, tandis que celle de son "partenaire d’en face" l’Inde, est beaucoup plus solide. C’est aussi dû à la géographie très difficile du Pakistan, pays qui a connu plusieurs régimes militaires issus de coups d’Etat, dont au moins un fut "pour le moins sévère". Le général Zia Ul Haq est resté dans nos mémoires, pour avoir fait pendre le Premier Ministre en 1977. Ceci scandalisa le monde entier sur le moment, même si Ali Bhutto l’avait peut-être mérité...

Le général Zia ul Haq

Depuis des dizaines d’années l’Occident fait des "ronds de jambe" avec le Pakistan. Le Président Musharaff et "ses" mystérieux services secrets impressionnent peut-être. D’autre part il vient de "se faire démissionner" ou de quitter le pouvoir volontairement semble-t-il, encore que ceci n’est pas évident. Ce qui se passe là-bas à Islamabad (la capitale) n’est pas très clair, une fois de plus.
- Il me semble qu’un grand coup de trompe au moins s’impose, mais l’Occident ne dit toujours rien ! Il devrait pourtant se mêler d’une façon ou d’une autre beaucoup plus de ce qui se trame dans le pays, surtout aux alentours de ses frontières car le Pakistan, c’est d’abord le "Problemstan" vu de l’Afghanistan, et pas seulement de là-bas.

Dans notre presse "on brasse" en permanence beaucoup d’air à propos de l’Iran, mais personne ne propose jamais de faire de la peine au Pakistan en y installant "une présence" encore plus nécessaire que partout ailleurs peut-être. Est-ce parce que la "tête mystérieuse" de l’armée du Pakistan dispose de l’arme absolue, la bombe atomique ?

Au Pakistan, on a aussi le sens de l’humour.

Il arrive que ce sujet soit évoqué, mais c’est toujours pour s’en inquiéter avec des propos de comptoir de bistrot. C’est méconnaître les contraintes techniques de cette arme. Je ne doute pas une seconde que cet équipement "délicat" soit tenu là-bas aussi par des mains fermes. D’autre part c’est naturellement trop complexe à mettre en oeuvre par des gens qui soient "seulement" des gens "violents de nature" :
- Qui a envie de se faire sauter la gueule ? L’arme nucléaire, c’est fait pour ne surtout pas s’en servir. Ceux qui tiennent cet outils en main ne le lâcheront pas et "savent y faire" ! N’importe qui ne peut pas "mettre en oeuvre" ce genre d’armes heureusement, même en s’en emparant. C’est d’ailleurs déjà arrivé, "on" n’a rien su en faire de plus que de la pollution radioactive...
- Jusqu’à quand ou comment peut-on leur faire confiance ? No sé, et qui le sait ? En voyant Pervez Musharraf à la TV ou en lisant ses déclarations, il ne m’a jamais donné l’impression d’être un dangereux excité, bien au contraire. Il parait être un bonhomme calme, serein, toujours maître de lui-même, de son entourage et son caractère semble fort et stable. Tout cela devrait normalement nous rassurer mais...
- Il n’est plus le Président. Son successeur par contre, n’a rien de rassurant. Il est étonnant de constater qu’un général auteur d’un coup d’Etat soit plus rassurant qu’un gars "élu". (élu comment ?) Pourtant c’est arrivé, au Pakistan.

Le Président Pervez Musharraf

Pourquoi ne nous dit-on jamais rien sur le sujet ? C’est comme en Afghanistan ? Ca "tourne mal" ? La tête des autruches qui nous gouvernent serait-elle encore dans le sable ? Si c’est comme avec la crise financière, ça craint !
- Le successeur de Pervez Musharraf n’a pas précisément une "image de sérieux"... C’est "Mr 10%" dit-on là-bas. Mais en Occident les mauvais journalistes nous disent qu’il a "le soutien Occidental". Comme d’habitude, "notre" soutien va à celui qui a la plus mauvaise réputation localement comme par hasard, sauf pour les milieux d’affaires ! Cette dangereuse façon de faire a déjà "fait ses preuves" pourtant... L’Occident mise trop souvent sur le cheval boîteux ! Je m’autorise donc à penser que dans ce domaine aussi "il" joue avec le feu.

Bénazir Bhutto. Jolie minois, mais famille de grands féodaux à l’influence locale sans limite... Et mort tragique.

En effet la "bonne question" c’est tout de même :
- Qui gouverne réellement le Pakistan ? Quel Pakistan d’ailleurs ? Celui de la capitale et des grandes villes de la côte, ou bien celui des régions montagneuses plus ou moins isolées que le Pakistan et l’Afghanistan ont en commun ? Sans avoir fait une thèse de doctorat en géographie consacrée au Pakistan, j’ai aussi cru comprendre que l’autre question cruciale que l’Occident doit se poser pour gérer sa guerre avec le "talibanisme", c’est :
- Comment va évoluer ce pays durant les prochaines années ? Car derrière elle se cache aussi la "question qui tue". Dans quelles mains risque de tomber "le matériel" de l’armée moderne du Pakistan si la situation "tournait mal" au Pakistan ?
Au-delà, on peut aussi se demander ce que fera ou ferait le personnel le plus qualifié et dans quelle proportion. Les conformistes peuvent avoir très peur de leur arme nucléaire. Au contraire, je suis certain que ceux qui en ont la charge, ne la laisseront pas aux fanatiques. Pour moi le vrai danger est ailleurs, il est beaucoup plus redoutable.

Sous-marin Pakistanais des années 70, série Daphné.

Depuis des dizaines d’années, la Marine Pakistanaise est un excellent client de la DCN par exemple, pour ne citer que ce fournisseur Français en oubliant les autres... Cet état de fait n’est pas vraiment sans conséquences "intéressantes" à faire mieux connaître. Le terme "intéressant" signifie aussi que je souhaite que jamais ce commerce ne deviendra une façon de nous fabriquer quelques "souvenirs de mer", particulièrement douloureux :
- Pakistan, Problemistan ou Dangeroustan ? (ce pays est-il dangereux pour la navigation ?)
- L’Incroyable Confirmation (le 20 Mai 2010) Depuis 1945 et 1982 avec le torpillage du croiseur Belgrano, on n’avait pas vu cela, "ça craint" !

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

Envoyer "à la mort" les gars de la DCN comme c’est arrivé, en sachant qu’il se passait "quelque chose" à Karachi, qu’en penser ?
- Chasse au sous-marin Pakistano-Nantais sur la Loire (en rire ?)

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1
- En mer sans défense ?
- Nouvelles menaces de guerre sous-marine
- 100 nœuds en plongée

Merci aux sites :
- L’Afghanistan
- Pakistan géographie
- Histoire du Pakistan
- Politique du Pakistan
- Général Pervez Musharraf
- Général Zia ul Haq en anglais
- Général Zia ul Haq en français

- Le commerce de la DCN
- Conflit "Scorpène" entre DCNS et Navantia
- Amiral Pakistanais de passage en France

- Les Sous-marins Pakistanais
- Nouveau Chef d’Etat-major de la Marine du Pakistan
- La Marine Pakistanaise et les armes "stratégiques"
- Le sous-marin Pakistanais Hamza mis en service le 26 Sept.
- Premier SM Pakistanais équipé MESMA (Module d’Energie Sous-Marine
Anaérobie)

- Les torpilles pour Scorpène
- Vente de U-Boote au Pakistan contestée en Allemagne
- Vente de U-Boote au Pakistan Polémique à Berlin

- Sous-marins Pakistanais démolis à Gadani
- Sous-marins Pakistanais projets de désarmement
- Sous-marins Pakistanais projets de démolitions

- Sous-marins Diesel-électriques modernes (en anglais)
- Face à face Indo-Pakistanais et sous-marins
- Projets Indiens de sous-marins
- Point de vue Ango-Saxon
- Point de vue Indien
- L’Inde et la propulsion anaérobie des sous-marins
- Sous-marin nucléaire loué en Russie par l’Inde

- Le Chili premier pays à acheter le Scorpène
- La flotte Chilienne
- Visitez un Scorpène Malais, le Tunku Abdul Rahman.
- Visite de courtoisie à bord d’un sous-marin Portugais (construit en France)

Ce piaf là est moins dangereux que les goélands et les vautours
(au service des lobbies, qui nous ruinent depuis plus de 40 ans)

- La guerre des Câbles sous-marins A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS J. Carter et Agoravox pour illustrer mes explications.
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...
- Le Mauvais Genre aéronautique 1
- Le Mauvais Genre aéronautique 2
- L’aéronautique et le 11 Septembre 2001
- Le 11 Septembre 2001

L’Hydro de Nantes en 2008 est menacée de fermeture, pourtant elle a fait beaucoup d’efforts d’adaptation...
(quand j’y étais jusqu’en 1979, nos Ecoles "Hydro" n’évoquaient jamais l’informatique. Seule l’électronique de "comptage" et de mémoire était traitée)


- L’Ecole "Hydro" de Nantes est menacée (le 14 Mai 2008)
- Les "Hydros" Nantes et Saint-Malo ne seront pas fermées (le 8 Déc. 2008)
- Formation : Zef Radio à l’Hydro de Nantes et le Code Morse
- Le Cinéma et l’Ecole Hydro de Nantes
- Du Bac à l’Ecole Hydro en passant par l’Afghanistan

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/