Souvenirs de mer

24 janvier 2009

OPERAÇÃO DULCINEIA 2/3

L’Affaire du paquebot Santa Maria a secoué le Portugal et attiré l’attention du monde au début de 1961. Pour le gouvernement Portugais de l’époque, l’année commença en fanfare. Qui pouvait s’attendre à un pareil coup de Trafalgar ?
- Ci-après le récit de José de França et l’évocation du plus beau coup de Galvao.

(le 25 Janvier 2009 à 11h00)
- Suite de Henrique Galvao le Pirate bien intentionné du 20ème siècle 1/3

La Piraterie Maritime a toujours existé, elle a donc pleinement sa place à mon bord depuis le lancement du site en 2005. Par suite l’OPERAÇÃO DULCINEIA avait naturellement sa place à mon bord, même si ce n’était pas une opération "à but lucratif"...

Le beau paquebot Portugais Santa Maria

Mr José A. de França, membre de la liste de diffusion "Marine Marchande", est mon meilleur correspondant Portugais et je le salue une fois de plus au passage en ce début 2009, comme tous les ans. Il m’a fait connaître d’autres détails fort intéressants de cet évènement, que je me dois de vous montrer avec sa permission :

Citation de Mr José A. de França :
- "Le SANTA MARIA était un paquebot de 21.765 tonnes de jauge brute construit en Belgique aux chantiers John Cockerill et fut livré à la Compagnie Colonial de Navegação en 1952 pour être exploité sur la Ligne de l’Amérique Centrale et du Sud, mais il a aussi partagé avec son frère jumeau le VERA CRUZ, la ligne de l’Afrique Occidentale et Orientale Portugaise, couvrant les anciennes colonies d’Angola et du Mozambique ainsi que les principaux ports de l’Afrique du Sud."

"Sa construction comportait de nombreuses innovations, notamment la grande utilisation d’aluminium et ses lignes étaient très harmonieuses. Sa silhouette était aussi remarquable par la disposition de sa superstructure trés portée vers l’avant, ce qui préfigurait le "design" des grands navires de croisière des années 70 jusqu’à nos jours."

Le Santa Maria renommé Santa Liberdade...

"La décoration intérieure de ces deux paquebots était remarquable, elle comportait des superbes panneaux taillés en bois exotique Africain et des peintures murales modernes signés par des noms de premier rang de l’art contemporain, dans une ambiance dominée par une élégance chaleureuse, accueillante et sobre."

Des vues de cartes postales du SANTA MARIA et du VERA CRUZ comme d’autres paquebots Portugais, sont visibles sur le site suivant :
- Cartes Postales du Portugal

Une copie de tableau des bureaux de la Compagnie Nationale

"Le SANTA MARIA fut detourné le 22 Janvier 1961 alors qu’il navigait en Mer des Caraïbes. C’était une nuit tropicale très calme sur une mer d’huile. Un groupe d’insurgés politiques Portugais et Espagnols (deux dizaines) appartenant au Mouvement Révolutionnaire de Libération de la Péninsule Ibérique (MRLPI ou DRILL) avait pour but la chute des dictatures de Salazar au Portugal et de Franco en Espagne. Ils étaient montés à bord comme des passagers ordinaires par petits groupes à l’escale de Curaçao."
- "Durant la nuit du 22 au 23 Janvier le commando s’empara du commandement du navire en commençant par la passerelle. Mais le troisième officier, un jeune lieutenant qui était de quart au moment de l’assaut, a voulu résister. Il s’est lancé sur un des membres du commando en essayant de lui arracher son arme et les assaillants ont très vite réagi en tirant. Le Lieutenant fut atteint par un coup de feu, puis est décédé peu après de suites de ses blessures."

Un jugement sévère entre tous mais surtout "à chaud", par un Capitaine au Long Cours Français.

"Deux autres membres de l’équipage qui ont résisté ont été blessés sans gravité. Cet incident à la passerelle fut exploité par la propagande du régime à l’époque, qui accusa les insurgés d’avoir exécuté froidement le jeune officier. Cette version des évènements a été contestée par tous les témoins après la chute de la dictature. Il est bien établi aujourd’hui que le jeune officier a résisté et fut malheureusement blessé en conséquence."

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

"Le navire est resté introuvable pendant 3 jours pour les patrouilles maritimes et aériennes internationales lancées à sa poursuite. Ce groupe de pirates de l’ère moderne était commandé par un ancien officier de la Marine et de l’Armée de l’Air du Portugal, le capitaine Henrique Galvão alors "en bisbille" avec le régime, chassé des Forces Armées à cause de son esprit de contestation et en exil au Vénézuela."

Le capitaine Galvao est devenu une vedette mondiale à partir du Santa Maria, en tant que premier pirate à but non lucratif.

"Le capitaine Henrique Galvão était aussi bien connu comme écrivain, metteur en scène de théâtre, chasseur de gros gibier en Afrique, galan séducteur de nombreuses beautés de l’époque et éternel combattant contre la dictature de Salazar. Le but premier des insurgés était d’attirer l’attention internationale sur la dictature au Portugal.
- Mais aprés huit jours de négociations par radio, ils ont accepté la rédition aux autorités internationales et au gouvernement du Brésil, en échange de l’asile politique dans ce pays Sud-Américain, dont le régime politique à l’époque "se situait" à gauche."

Les pirates à bord de la Santa Maria

"Les 700 passagers ont pu garder toute leur liberté de mouvement à bord durant toute la période du détournement et mener une vie presque normale à bord, puis ils ont dû quitter le navire au port Brésilien de Recife. Ce fut le premier détournement d’un gros paquebot de l’ère moderne."
- "Mais Henrique Galvão fut aussi l’auteur du premier détournement d’un avion commercial. En 1960 avec un petit groupe de résistants, il a détourné un gros quadrimoteur Super-Constellation de la Cie TAP/Air Portugal, qui survola la capitale Portugaise Lisbonne, en lançant de la propagande révolutionnaire. Ce fut le tout premier détournement d’avion de ligne de l’Histoire."

"Ces deux actions spectaculaires de propagande de la Résistance Démocratique Portugaise ont en effet atteint leur but premier qui était d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation politique au Portugal.
- Malheureusement le détournement du SANTA MARIA a mal tourné en provoquant la mort du jeune lieutenant, ce qui n’était pas du tout prévu. Cette tragique occurrence fut fort bien exploitée par la propagande du régime de Salazar. Cela eut comme première conséquence l’abandon d’autres actions semblables qui étaient envisagées par l’Opposition Démocratique Portugaise."

L’Achille Lauro fut le second paquebot à subir un détournement.

"Malheureusement aussi ces actions seront imitées quelques années plus tard au Moyen Orient, en "initiant" de très nombreux détournements d’avions qui eurent souvent des conséquences beaucoup plus graves durant les années 1960, 70 et 80. D’autre part un autre paquebot fut détourné en 1985 par un commando Palestinien, le navire de croisière Italien ACHILLE LAURO. Ce détournement eut pour conséquence la mort d’un passager américain, un vieux monsieur paisible retraité, infirme et handicapé qui fut froidement assassiné par le commando parce qu’il était juif et américain."
- Force est de constater que le détournement de paquebot reste très rare, qui va s’en plaindre ?

Visite de l’Amiral-Président au Mozambique

José A. de França nous fait également part de ces quelques précisions politiques et biographiques aujourd’hui historiques :
- "L’amiral Americo Thomaz fut le Président de la République Portugaise entre 1958 et le 25 Avril 1974, date de la "Révolution des Oeillets". Le vrai maître du pouvoir était cependant le Dr Salazar, Président du Conseil des Ministres entre 1933 et 1969, date de sa mort subite. Le poste de Président était principalement honorifique. En fait la première fonction de l’amiral était de faire de la "représentation".

Antonio de Oliveira Salazar, un dictateur insolite et dur mais surtout, discret entre tous.

"Le successeur de Salazar fut Marcelo Caetano, qui a tenu le poste jusqu’à la révolution. Thomaz et Caetano furent envoyés en exil au Brésil, par les militaires révolutionnaires de 1974. Cela dit l’amiral Thomaz fut aussi le ministre de la Marine de Salazar entre 1948 et 1958. Il fut alors "élu" à la Présidence de la République après une scandaleuse fraude électorale au détriment du général Delgado."

Le général Delgado ici vu en meeting, ce très dur opposant à Salazar avait une soldide audience qui lui coûta la vie...

"Il a eu une action notable au Ministère de la Marine en modernisant totalement et durablement la Marine Marchande Portugaise. En effet après la 2ème Guerre mondiale, notre marine marchande était composée principalement de vieux paquebots Allemands attribués au Portugal en compensation des pertes de la 1ère Guerre Mondiale, mais aussi par des vieux paquebots Anglais et Américains achetés en deuxième et troisième main."

L’amiral Américo Tomas, Président de la République et spécialiste des inaugurations.

"Ainsi l’amiral Thomaz a fait construire pour la Cie Nationale surtout en Belgique et en Angleterre entre 1949 et 1958 une belle flotte de paquebots neufs du dernier cri. Il renouvela totalement la nombreuse flotte de cargos par des unités neuves et parfaitement adaptées aux besoins du moment, comme il a aussi renouvelé entièrement la Marine de Guerre. De fait, Americo Thomaz fut un grand ministre de la Marine, mais un faible Président de la République."
- "Comme Président il fut tout simplement l’élément principal de décoration institutionnelle sans autre fonction que la représentation officielle de l’État pour éviter cela au Dr Salazar, qui était très discret. Il ne s’intéressait qu’à la réalité du Pouvoir, et pas du tout à "la frime" qui va parfois avec..."
- Fin de citation de José A. de França

Antonio de Oliveira Salazar au travail

Le Portugal du Dr Salazar et de Caetano reposait sur cinq piliers :
- La neutralité diplomatique. Pas de participation à la seconde guerre mondiale, sauf une bienveillance prudente avec les alliés. Bien sûr, il se situait dans le "Camp Occidental" à sa façon dans le cadre du débat Est-Ouest.
- Une apparence de démocratie avec des élections "arrangées".
- L’Ultraconservatisme autoritaire dans presque tous les domaines, pour le meilleur ou pour le pire !
- Le colonialisme en Afrique Noire (Mozambique, Angola, Guinée Bissau et Iles Capo Verde) avec une détermination guerrière sans faille, qui mènera plus tard le régime à sa perte.
- Une police secrète (la "PIDE") aux méthodes parfois expéditives "si nécessaire"...

L’autre "beau coup" du capitaine Galvão fut d’initier cette "science moderne" qu’est le détournement d’avion de ligne. En effet en 1960 il obligea un Super-Constellation de la Cie Aérienne Nationale "TAP" à survoler Lisbonne en lâchant au dessus de la ville, des milliers de tracs incendiaires dénonçant le régime du Dr Salazar. Ceci déclencha la colère du Premier Ministre et même une crise cardiaque. L’affaire du paquebot Santa Maria aurait donc en effet fort bien pu se terminer par la mise en difficulté du régime, en profitant des problèmes de santé du dictateur.

Lors de ce premier détournement d’avion de l’Histoire, la colère de Salazar s’exprima d’abord contre le Cdt de bord de cet avion. Il fut en effet rapidement soupçonné de complicité, pour avoir eu un emploi du temps et un comportement "peu clair" peu avant le vol détourné.
- En fait l’enquête de la PIDE (la police "spéciale" du régime) prouva finalement que ce pilote de ligne avait fait en sorte de modifier le planning d’une façon bizarre, seulement pour être ce jour-là sur le même vol qu’une hôtesse de l’air qui par la suite est devenue son épouse... Tous les deux ont eu beaucoup de chance que la PIDE n’enquêtait pas uniquement "à charge" pour se trouver des victimes expiatoires ! Cette anecdote est restée célèbre dans la culture légendaire de l’Aviation Civile Internationale.

L’autre "Gros Coup" de Galvao fut le 1er détournement d’un avion de ligne
(ceci eut des conséquences aujourd’hui encore incalculables, car il donna ainsi un très mauvais exemple. Ce fut de surcroît accompagné par un survol de Lisbonne pour lancer des milliers de tracts, suprême provocation !)

C’est dire que la vie au Portugal n’était pas toujours facile ni marrante à cette époque. Un de mes amis m’a même raconté que des gens à la terrasse d’un café de Lisbonne ayant eu l’idée qui se révéla dangereuse, de trinquer ensemble "à
la Liberté", se sont tous retrouvés en état d’arrestation.
- Quelques membres de la PIDE prenaient en effet l’apéritif non loin de là entre collègues.... Ce n’était pas vraiment de la chance.

Le cas du Portugal de Salazar et de Caetano est très intéressant à observer pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Avec ses immenses colonies Africaines et son économie nationale reposant presque entièrement sur un système menacé par toute l’évolution du monde qui l’entourait, c’est-à-dire que presque tout le Monde avait décolonisé dès 1960, "ça" ne tenait plus que par la force. Et nous savons aujourd’hui que la seule force armée n’est pas suffisante pour "tenir dans le Temps".

Ceci ne veut pas dire que Galvao, Delgado et tous les autres ont perdu leur temps et leur énergie, mais la chute est venue en 1974 de l’Intérieur, tout simplement !

Le 25 Avril 1974, pour la première fois l’armée dans les rues ne faisait pas peur.

A suivre la seconde semaine de Février 2009, le 25 Avril 1974 :
- OPERAÇÃO DULCINEIA 3/3

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1
- A propos de Wikipedia

- Henrique Galvao le Pirate bien intentionné du 20ème siècle 1/3 & OPERAÇÃO DULCINEIA 3/3
- La "Révolution des Œillets" (Wikipedia le 25 Avril 1974)
- La "Révolution des Œillets" (Hérodote le 25 Avril 1974)
- La Photo et la "Révolution des Œillets" (le 25 Avril 1974)
- Le Portugal vers "l’Estado Novo" ((le 28 Mai 1926)

- Piratologie Marine & Accès via "Marine Inconnue" aux pages des pirates

L’autre "Gros Coup" de Galvao fut le 1er détournement d’un avion de ligne
(ceci eut des conséquences aujourd’hui encore incalculables, car il donna ainsi un très mauvais exemple. Ce fut de surcroît accompagné par un survol de Lisbonne pour lancer des milliers de tracts, suprême provocation !)

- La piraterie et l’affaire Santa Maria avec le site "Mérite Maritime"
- Le paquebot Santa Maria avec "Ocean Cruise"
- La capture de la Santa Maria avec Wikipedia
- Henrique Galvao avec Wikipedia
- Henrique Galvao avec Dominique Lapierre
- Antonio de Oliveira Salazar avec Wikipedia
- Le Portugal et sa guerre coloniale
- En Portugais, la Révolution du 25 Avril 1974
- En Portugais, l’ancien régime Portugais
- L’Amiral Américo Tomas
- La Junte de Salut National
- La Dictature et la "Révolution des oeillets"
- Le géneral Humberto Delgado, un opposant irréductible
- Le géneral Humberto Delgado avec Wikipedia
- Le géneral Humberto Delgado avec Wapedia
- Le géneral Otello de Carvalho par Wikipedia "fr"
- Le géneral Otello de Carvalho par Wikipedia "en"
- Le géneral Antonio Ramalho Eanes par Wikipedia "en"
- Le Portugal et son armée

D’autre part C. chronique !! avec les prochaines "frappes" de Marine Inconnue
- Plan du Site & Contenu de Marine Inconnue

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/