Souvenirs de mer

7 avril 2009

Le Câblier Raymond Croze comme le Sindh ?

Très tôt durant ma vie de navigateur, j’ai entendu parler de la mésaventure du Sindh bloqué sur le Canal de Suez pendant des années avec 13 autres navires à cause de la "guerre des 6 jours".
- Pus tard, j’y ai repensé concrètement à bord du navire Câblier Raymond Croze car cela pouvait nous arriver, "pouvait" seulement. Bien que...

(revu le 7 Avril 2009 à 18h00)
- Qui pouvait savoir ? Et qui peut encore être sûr aujourd’hui ?
- Certains pays voisins du Canal sont parfois dangereux, c’est bien connu...

La mésaventure terrible des 14 navires de commerce qui furent bloqués durant des années sur le Grand Lac Amer, pour avoir "voulu" passer le Canal de Suez le plus mauvais jour depuis 1867, ne saurait être racontée sans quelques informations personnelles. Il fait aussi partie de mes propres "souvenirs de mer". Etre Marin ou Naviguer, (avec un grand "M" et un grand "N") au-delà d’un Métier, c’est aussi une Culture. Plus encore c’est de surcroît avoir pu contempler au moins une fois dans sa vie, tout ce que que "les autres" ne verront jamais :
- C’est voir la Puissance des Forces de la Nature en action, par exemple les tempêtes en mer.

Le Canal de Suez vu par satellite "Spot". Presque au centre le Grand Lac Amer.

C’est aussi voir de ses propres yeux, les constructions les plus extraordinaires et "massives" par leurs dimensions (ou leur "Dimension") de l’Humanité. Le grand public pense naturellement aux cathédrales par exemple. Dans un tout autre genre parce que plus "prosaïque" et beaucoup plus grand en taille, "nous" avons fait le Canal de Suez et celui de Panama.

Croisement de convoi à El Ballah

Pour moi "passer" Suez et Panama la première fois, ce fut un peu la "Porte des Etoiles" d’un film de science fiction vu il y a quelques années. D’une part "on" est bêtement pris par le travail à accomplir pour le faire, (c’est plus concret que dans le film !) mais durant les "temps morts", on ne peut qu’être fasciné par ce qu’est le Canal de Suez ou celui de Panama. Ils sont totalement différents dans leur "look", leur situation géographique et leur exploitation, mais pour le gigantisme... Ils sont fascinants l’un comme l’autre. D’autre part, le Canal de Panama possède un très petit monument insolite et terrible qui manque entre Suez et Port Saïd :
- La plaque commémorative :

Plaque Commémorative des Travailleurs du Canal de Panama

Le petit Louis XVII fils du Roi de France Louis XVI, martyrisé et assassiné pour avoir eu la malchance d’être le fils de son père, restera le Symbole et le Roi Représentant tous les enfants du Monde victimes des guerres civiles. Cette plaque commémorative toujours visible de l’aileron de passerelle quand on passe la "Culebra", c’est à dire la tranchée la plus formidable du Canal de Panama, elle peut représenter et rappeler tous les Ouvriers du Monde et de tous les Temps qui sont morts au Travail. Pour chaque navire qui passe, le Pilote du Canal de Panama fait son Devoir le plus simple et le plus important de son Travail :
- Il nous la montre toujours. De toutes façons on ne peut pas "la louper", elle est éclairée la nuit. C’est le plus petit et le plus modeste et génial monument du Monde et de Tous les Temps, pour rappeler le plus grand nombre des Travailleurs morts au Travail de tous les temps sur un grands Projet "Pharaonique". Ils sont morts par milliers, par exemple pour que nos très grands porte-conteneurs et nos paquebots de croisière passent benoîtement et majestueusement chaque jour, d’un grand Océan à l’autre. A mon sens, cette plaque peut aussi représenter quiconque est mort(e) pour son Travail depuis l’aube des temps. Ne les oublions pas.

Le Canal de Suez évolue en permanence depuis son inauguration, mais surtout depuis sa réouverture au début de 1976 après le premier "grand ménage". Entre mon premier passage en Eté 1979 et mon dernier à la fin de 1990, il y a eu beaucoup de changements. En 1990 il n’y avait plus de villes ni villages en ruine au bord du Canal par exemple, avec leurs trous dans les murs, leurs toits effondrés et les tas de feraille dispersés ça et là, en particulier dans le Nord par exemple.
- El Kantara que j’ai vue détruite en 1979 (ils ont dû en voir de toutes les couleurs) était reconstruite en 1989.

Surtout, le Canal était de plus en plus large et de plus en plus profond à chacun de mes passages. D’énormes dragueuses Hollandaises (en général car les Hollandais ne sont pas seuls sur "le coup") sont en permanence au boulot. Françoise Massard nous montre via le site "Marine-Marchande.net" que "ça continue" tout à fait joyeusement.

Le M/V Scottish Star, dont le Snd Mécanicien fut vite surnommé "Want a beer"...

En 1979 j’ai vu "le Canal de Michel Caracatzanis" en un peu plus large, mais avec les ruines en plus et surtout, le travail des 4 premières années qui fut de "parfaire" le déblaiement fatalement très long. Cela dit en 79 je n’imaginais pas les gros bahus comme le CMA-CGM Nabucco passer par là ! De même en 1981 à bord de l’Esso Normandie, il était à peine question de le passer, même si les grands travaux en cours étaient évoqués par la presse "pro" du "milieu maritime". L’Esso Normandie l’a par la suite passé.
- L’intérêt de raconter ces embarquements à bord du Sindh est aussi de faire connaître l’atmosphère de ce genre de voyages insolites entre tous et tout à fait exceptionnels. D’autre part on y pense trop rarement, ce genre d’évènement peut fort bien (si j’ose dire) un jour où l’autre se reproduire. Mais cela ne peut arriver naturellement que d’une façon tout à fait inattendue, comme en Juin 1967 ! Ceci dit pour l’instant c’est très improbable et... Pourvu que ça dure !

Le Câblier Raymond Croze quitte La Seyne vers sa mission en fin Déc. 2008

Nous avons passé le Canal avec le Câblier Raymond Croze à la fin de 1990 pour aller réparer le "Sea-Me-Way" entre Djeddah et Suez. Ce câble fut en effet trouvé scié à la scie à métaux par des pêcheurs probablement, (un "grand classique") et ça a dû "leur faire tout drôle", avec la THT...

Pont de travail. Au "fond" l’accès à la plage avant, à gauche la cabine téléphonique (oui !) et la télé-alimentation THT de bord, à droite les salles d’essais et de mesures. Au centre le haut d’une cuve à câbles.

Naturellement l’évènement et les mésaventures du Sindh furent évoqués à la table les Officiers et "missionnaires" du Câble car cette période, c’était dans les mois qui suivirent l’invasion du Koweit par l’Irak de Saddam Hussein en Août et "l’ambiance internationale" fut vite "électrique".

Au "carré", la salle à manger des officiers et missionnaires du câble.

Le Canal a connu à la fin 1990 une activité beaucoup plus "soutenue" que d’habitude. Il y avait bien sûr tous "les habitués" traditionnels des lignes régulières comme bien sûr les "habitués irréguliers" comme le Câblier Croze par exemple. Les navires de travaux et autres "divers" sont plus nombreux que le grand public le croit.
- Beaucoup plus visibles étaient les nombreux "tuyaux gris" de nationalités diverses et variées, en beaucoup plus grand nombre que "normalement". D’autre part il était impossible de ne pas voir tous les "gros culs" affrêtés, dont le très "mauvais genre" du chargement ne se cachait pas ! Là, on s’est tous dit "ça craint" :
- Des chars d’assaut en pontée par exemple... Tout cela "en masse" et dans le sens Nord-Sud, naturellement !

Mirage Israelien

Nous en fûmes vite sûrs, Saddam Hussein avait à l’évidence déclenché une grosse colère de l’Oncle Sam et de son Président papa Georges H. Bush et père de son fils, pourtant beaucoup plus modéré que "W."...
- Je me suis dit durant le passage que si Saddam Hussein faisait observer le Canal, (je suppose qu’il le faisait) il serait fatalement tenté de le bombarder le plus joyeusement possible, tout simplement pour arrêter ces transports, ou tout au moins TOUT retarder, en obligeant tout "ce bazar" à faire le "grand tour".

Statue de Saladin à Damas. Saddam Hussein était originaire de la même ville, mais il avait tort de se prendre pour lui...

C’est de la stratégie élémentaire et... Ca pouvait être une suite logique à ce qu’il avait fait au Koweit ! Je l’ai donc dit à table, en déclenchant des fronts plissés et des regards inquiets. Je fus d’ailleurs surpris que personne ne semblait y avoir pensé... Mais c’était irréfutablement possible, compte tenu de ce que nous pouvions savoir, c.à.d. en passant le Canal, plus que le "grand public".

Au "carré", la salle à manger des officiers et missionnaires du câble.

Un des officiers déclara alors qu’on aurait dû demander une prime de risque et les salaires de "zone de guerre". Et notre Chef de Mission ajouta :
- "Mr Bressol, vous nous faites la "gueule de vent debout" aujourd’hui ! Ce n’est pas dans vos habitudes..."

C’était vrai d’ailleurs, je me suis donc défendu en confirmant n’avoir jamais annoncé une mauvaise nouvelle à bord, à qui que ce soit en naviguant sauf... Les décès successifs de 2 Papes en 1978. Pour le 2nd pape il faut le dire, tout le monde a cru à un canular ! Pourtant c’est arrivé, de surcroît d’une façon telle, qu’aucun romancier n’oserait l’écrire. Comme en 1999 l’assassinat du Chef de la Garde Suisse du Vatican resté inexpliqué à ce jour...
- Qui va savoir, ou même comprendre ?

Salon du carré des officiers et missionnaires du câble, "haut lieu de l’apéro".

Bah ! Il n’est rien arrivé au Croze. Mais avec le recul du temps, j’ai cru devoir déduire que ce fut tout simplement faute d’en avoir eu les moyens, que Saddam Hussein n’a pas semé le boxon sur le Canal de Suez. Israël le pouvait et l’a d’ailleurs joyeusement fait ! Il peut même encore le faire, en "cas d’aggravation"...
- "Les plus à plaindre ont sans doute été les membres d’équipage présents à bord au début de la guerre et ceux des premières relèves d’équipage, mais les choses se sont normalisées par la suite..." Naturellement, après le mauvais temps le calme !

Un Mirage de Tsahal en maneuvre d’approche de son terrain.

Les deux récits Anglais que j’ai lus étaient très clairs. Les gars qui passaient le 5 Juin 67 ont tous eu une peur bleue. Par exemple, ils ont vu les Mirages d’Israël faire de très beaux cartons et même passer au raz de l’eau si près des navires, que de l’aileron de passerelle, ils ont parfois su voir durant un quart de seconde le visage souriant des pilotes, dont certains ont même fait un signe de la main !
- C’est dire que s’ils avaient eu pour consigne ou "seulement" l’envie de "casser du marin" du commerce... Avec Saddam Hussein, je ne sais pas du tout ce qui pouvait arriver, on ne le saura pas.

A partir de 2003 "on" tenta longtemps de le faire passer pour "Fantomas", qui "frappe où il veut et quand il veut". Pourtant quand il s’est fait chopper en 2004, ce fut purement pathétique. Passé dans le camp des victimes à son tour, Saddam Hussein se cachait dans une cave avec des valises de dollars US... Le traitement qui lui fut réservé ne fut pas très digne.

Celui qu’on faisait passer pour Fantomas était un fugitif aux abois, depuis longtemps passé dans le camp des victimes.

D’autre part les témoignages anglais, allemands et français de cet évènement du 5 juin 1967 nous disent, que effectivement aucun des 2 "bords" du conflit n’avait intérêt à ce qu’il y ait des victimes à bord des navires étrangers se trouvant "de passage" par malchance ce jour-là. Il existait des consignes pour que cela n’arrive pas, "autant que faire se peut", tout simplement. Du côté Israëlien c’était évident. Je soupçonne fort que c’était aussi la raison des passages spectaculaires des Mirages au raz de l’eau :
- La présence de 2 passagères en minijupe ouvrant des grands yeux ronds sur l’aileron de passerelle, c’était parfait pour s’assurer (nécessité militaire aussi) du caractère inoffensif du navire de commerce à observer... Il se trouva (anglais dixit) même un Mirage pour faire 3 passages successifs pour vérifier, c’est dire !

Akaba, près de Eilat, ports voisins du second "point Nord" de la Mer Rouge.

Du côté Egyptien je peux le confirmer. Quand j’étais en mission de consultant chez Jordan Telecom à Amman puis Akaba en Août 2000, notre entreprise comptait sur place un certain nombre de consultants "exotiques", un Français (moi), des Libanais, deux Jordaniens, un Irakien et notre chef comptable "manager" Egyptien, qui "termina" colonel en 1998. Cet homme sympathique et plus tout jeune "y était". Il n’a pas (du tout) trouvé ça drôle.... Il nous raconté son expérience un soir en nous confirmant la consigne donnée, qui pouvait se résumer par :
- "Attention à ne pas toucher les bateaux étrangers !"

De fait Tsahal a frappé avec astuce en premier l’aviation Egyptienne au sol à l’heure "H", en cassant presque tout en moins de 15 minutes ! Ensuite naturellement, ils ont eu "les mains libres" pour "travailler le reste"... Sans doute ont-ils pu faire cela, grâce à un coup tordu de guerre électronique et une préparation soignée par l’espionnage. Bien sûr là, aucune explication détaillée ne s’impose. "Mon" Egyptien se souvient aussi du premier gros problème d’Israël sur le moment :
- Que faire de ces dizaines de milliers de prisonniers tombés entre leurs mains, parce qu’ils n’avaient pas ce qu’il fallait pour se défendre ?

Non loin du Caire, l’héritage magnifique des Egyptiens d’ajourd’hui.

Il s’est "évadé" avec la complicité tacite et même un cadeau "de départ" de ses gardiens, une gourde d’eau. Mais à cette occasion il y a aussi eu quelques terribles "bavures". En Egypte en effet, on se demande encore ce que sont devenus quelques milliers de jeunes "disparus". Là est un sujet super-tabou. Pour l’anecdote notre chef comptable (et ex-colonel) a su plus tard que son général s’était échappé à la nage, en tant que "civil égaré" à bord d’un des Suèdois, lesquels n’ont jamais su qui était cet excellent nageur ! En slip, un général n’est plus un général...

Tzippi Livni et Hosni Moubarak. L’excellent pilote qu’il fut, compta sans doute ses doigts après cette rencontre...

Il reste trop peu connu en France, que le président Moubarak est un ancien pilote de chasse. Il fut l’un des rares qui ne se sont pas faits niquer au sol par l’ennemi en 1973 et qui continuèrent presque seuls à botter le cul de Tsahal jusqu’à la fin du combat perdu.
- Les "invaincus" individuels d’alors, sont devenus les chefs de l’armée d’aujourd’hui en Egypte, où on garde aussi un solide sens de l’humour. La mort de Nasser reste mal expliquée mais... Il se dit sur place, sans qu’il soit possible de le vérifier, que Mme Golda Meir aurait envoyé un terrible telex au président Nasser :
- "Mr le Président, soyons tous les deux dans l’air du temps, ne faisons plus la guerre, faisons l’amour..." Etre malade cardiaque en face d’Israël, c’est être très vulnérable.

A suivre...
- Comment le Sindh fut piégé le récit du Cdt Choquet.

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1
- Site "Aéro-Israelien"
- Mirages d’Israël

Le Canal de Suez il y a un certain temps...
(par les "Carnets de la Licorne")

Il y a vingt cinq siècles, les Pharaon NECHAO II inaugurait le Canal de Suez. Le Canal de Suez encore plus ancien est en effet évoqué dans les fabuleux Carnets de la Licorne, à bord desquels il fut prouvé par Jean Ceccarelli et sa théorie thermodynamique, que l’Enfer est exothermique. C’est dans "Océan Indien, mer Rouge et Marania", un récit d’une cocasserie tout à fait libératoire...
- D’autre part Pierre Escaillas a aussi évoqué le Sindh car le Marania venait de passer le Canal moins de 36 heures avant lui, "chaud aux fesses" !

- Site officiel du Canal de Suez pour les clients.
- Le Canal de Suez avec Wikipedia
- Le Canal de Suez aujourd’hui géographie.

- Le Canal de Suez à bord du CMA-CGM Nabucco avec et par Françoise Massard.
- A Suez le trafic et les revenus du Canal s’effondrent (le 24 Mars 2009) (crise et piraterie...)
- Canal de Suez forte augmentation des recettes en 2007
- Le Canal de Suez gèle ses taxes de passage (2008)
- La CMA-CGM passera-t-elle par le Cap ? (Point de vue de Cie du 19 Nov.)
- Certaines lignes de Maersk vont contourner l’Afrique (le 21 Nov.)

- GREAT BITTER LAKES ASSOCIATION le Yacht-club du lac Amer par Wikipedia.
- GREAT BITTER LAKES ASSOCIATION est aussi un objet de collection philatélique.

- Inauguration du Canal avec "Herodote".
- Le canal Antique avec "Universalis".
- Il y a vingt cinq siècles, les Pharaon NECHAO II inaugurait le Canal de Suez

- Le Canal de Panama en "direct live" avec 4 webcams permettant de voir Qui "passe" 24 heures sur 24 et même les grands travaux actuellement en cours.

PC de la CMA-CGM sur le Canal de Panama, à la Tranchée de la Culebra.

Par Michel Caracatzanis- OM1
- Le Sindh au Gd Lac Amer - 1 & Le Sindh au Gd Lac Amer - 2
- Le Sindh au Gd Lac Amer - 3 & Le Sindh au Gd Lac Amer - 4
- Le Sindh au mouillage sur le Grand Lac Amer - 5ème partie
- Le Sindh au mouillage sur le Grand Lac Amer - 6ème partie
- Comment le Sindh fut piégé récit du Commandant J.L. Choquet.
- Le piège refermé sur le Sindh fin du récit du Cdt J.L. Choquet.

- Ibn Djubaïr, voyageur maritime de 1185
- Quand Ibn Djubaïr a fait naufrage
- Extraits de "Voyage" d’Ibn Djubaïr

NAVIRES CABLIERS

- Le NC Léon Thévenin à la pêche au VCR
- Visite d’une future épouse à bord du navire câblier de garde
- Officier de Garde du Croze & Arrêt Technique

- Le NC Marcel Bayard en travaux câbliers par Claude Marguerie
- Le NC Raymond Croze en mission 1
- Le NC Raymond Croze en mission 2

- Le NC Raymond Croze en mission 3
- Le NC Raymond Croze en mission 4
- Le NC Raymond Croze en mission 5
- Le NC Raymond Croze en mission 6
- Le NC Raymond Croze en mission 7
- le Tube de l’Eté, la Lambada et le Communisme !
- Départ en mission du Câblier Croze le 22 Déc. 2008 (Mer & Marine)

Navire Câblier Raymond Croze en 1989. Pas de symbole "France Telecom" ? Peinture des cheminées en cours !

- Le navire câblier Vercors et Michel Bougeard
- Quelques questions de câbles sous-marins
- Le nom du navire câblier Raymond Croze

- La guerre des Câbles sous-marins A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS J. Carter et Agoravox pour illustrer mes explications.
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...

- Câbles sous-marins et détroits
- Navires Câbliers et "bateaux noirs"
- Le trésor des câbles sous-marins
- Les pêcheurs et "la croisière s’amuse"...

- Listes des articles & Contenu de Marine Inconnue
- Les prochaines "frappes" de Marine Inconnue

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/