Souvenirs de mer

16 mars 2011

SOUVENIRS d’ESCALES au JAPON

Du Japon j’ai ramené quelques excellents souvenirs d’escales et une envie d’en savoir plus sur ce pays et sa Culture, originale entre toutes.
- Pourtant, je n’y suis allé que deux fois, en un seul endroit de surcroît. C’était à Kobé.
- La Dignité Japonaise Le 11 Mars 2013, ne les oublions pas. Et par la même occasion, invitons EDF à "plus de retenue" (restons polis) dans ses façons de faire !

(page "amplifiée" le 20 Avril 2011 à 18h00 par des réponses aux commentaires reçus)
- Note : Je ne touche pas au "corps du texte" pour être sûr d’en conserver "l’Esprit du moment". Tous les éléments ajoutés se trouvent après les réponses aux commentaires reçus.

Le Pierre LD de 1980, c’est arrivé à son bord.

L’ex-marin en escale au Japon que je suis, s’est naturellement intéressé par la suite à sa culture, sa géographie et son histoire.

Une avenue du centre de Kobé

Pour information, en 1887 et en 1933 pour ne citer que ce qui est le mieux connu, le Japon a dû subir sur "globalement la même région" du Nord-Est de ses grandes îles, deux graves raz-de-marée ou tsunami, dont l’un fut beaucoup plus puissant que celui du triste 11 Mars 2011. D’autre part, la vague destructrice prend toujours localement au "dernier instant" sa hauteur, en fonction de la configuration du fond marin près des côtes. C’est aussi dire qu’en certains lieux, elle a certainement dû atteindre plus de 25 mètres...
- Etait-ce une idée géniale, d’installer dans cette région 12 centrales nucléaires, dont certaines sont équipées avec jusqu’à 6 réacteurs ? Nous le savons aujourd’hui car ce fut constaté sur place, la vague du tsunami a inondé la centrale de Fukushima avec une masse d’eau haute de 14 mètres qui s’engouffra presque partout avec une violence inouïe. Quelle installation industrielle peut totalement résister à ce genre d’évènement ?
- Images chocs du tsunami (le 31 Mars 2011)
- Comment ça se passe (le 1er Avril 2011)

14:45 lt ou 07h45 (heure française)
Voici la pendule d’une salle de classe retrouvée en panne mais presque intacte dans les ruines d’une école. Où sont passés les élèves et leur institutrice ?

Peu avant d’écouter la revue de presse sur France Inter à 08h30 (heure "fr") ce vendredi 11 Mars, j’ai soudain "vaguement" (si j’ose dire) su ce qui leur était arrivé. Il était en effet encore trop tôt pour en savoir plus, mais j’ai vite senti que c’était gravissime. Peu après 09h00, voulant jeter un coup d’oeil à la télévision sur BFM-TV avec la fonction TNT de mon PC portable, j’ai vu. Ce qui fut alors montré en "direct-live" m’a sidéré et ce que je sais du Japon m’a un instant incité à me poser la question suivante, comment les nombreuses centrales nucléaires de ce pays vont-elles "encaisser" ça ? Surtout si certaines d’entre elles sont inondées ?

Je me suis toutefois rassuré en voyant les images spectaculaires des grandes tours de Tokyo qui se dandinaient durant les secousses, sans s’effondrer. Ca c’est sûr et bien connu ! Ils sont très forts les Japonais, dans la mise en oeuvre des normes de construction para-sismiques. Ils n’ont plus rien à prouver en la matière. Mais contre les risques d’inondation, personne n’a jamais su se protéger efficacement à coup sûr, sauf peut-être le peuple Hollandais qui sut apprendre dans la douleur à le faire, probablement mieux que tous les autres. Une remarque s’impose à leur propos. Est-ce par hasard que les centrales nucléaires n’ont pas su "intéresser" les Néerlandais ? Leur gaz naturel n’est certainement pas seul à les avoir incités à prendre un autre chemin.

On n’a nul besoin d’aller au Japon pour trouver des décideurs politiques inconscients et irresponsables. En France aussi "on sait faire" ! Souvenons-nous donc que TOUS les sites géographiques du vaste Monde ont au moins un "piège à cons", plein de surprises possibles qui se cachent ! Par définition, c’est aussi imprévisible que rencontrer un cygne noir en se baladant dans la nature. Pourtant ceci peut arriver. Voici une petite question posée au hasard :
- Qui peut garantir dans tous les cas imaginables, le démarrage automatique des (indispensables) deux groupes électrogènes de secours installés pour chaque réacteur, quand la moitié des locaux techniques se retrouvent soudain inondés et que tout ce qui est dans leur local est soudain "trempé" ?

En d’autres termes, qui ne pouvait prévoir qu’il serait tout à fait possible que moins de deux groupes électrogènes sur dix démarrent, pour finalement "devoir" s’arrêter peu après, parce que tout ce qui se trouve autour d’eux aussi, en a "pris plein la gueule" ? Ceci étant arrivé de surcroît, dans plusieurs centrales nucléaires simultanément...

C’est le moment d’expliquer "comment ça marche"...

L’ancien marin que je suis peut vous le certifier, seul son correct entretien régulier et son état technique "disponible" peuvent nous autoriser à affirmer qu’à bord, le groupe électrogène de secours sera capable de démarrer automatiquement à coup sûr, s’il se passe quelque chose qui coupe l’alimentation électrique normal d’un navire. N’importe quel marin vous dira aussi qu’il n’est pas ridicule de craindre le feu et l’inondation. D’autre part, ces deux-là vont parfois très bien (si j’ose dire) ensemble. Donc il faut tout faire pour les éviter !
- Pour cette raison à bord d’un bateau, cet équipement doit règlementairement être installé sur "les hauteurs" du château arrière. Il n’est nullement nécessaire d’être un véritable spécialiste du nucléaire de niveau "bac + 8", pour se rendre compte qu’avec les années, le plus élémentaire bon sens technique a parfois été "oublié" jusque dans l’industrie nucléaire.

Les chaudrons du Diable impossibles à déplacer, furent gravement noyés...

Tous les navires civils ou militaires du Monde disposent de un ou plusieurs groupes électrogènes Diesel "dédiés", dont chacun doit pouvoir démarrer "tout seul" en peu de temps, en cas de coupure subite de l’alimentation électrique principale. Ce simple principe "typiquement marin", on le retrouve "à terre" dans de nombreuses installations fixes, partout où il ne faut SURTOUT PAS couper le courant ! Tout le monde savait que c’est le cas des centraux téléphoniques et des hôpitaux, deux parfaits exemples. Depuis le 12 Mars 2011, tout le monde sait que cela existe aussi dans les centrales nucléaires...
- En France depuis quelques années, dans le cadre de "réformes" absurdes telles que la fameuse "RGPP", (dont on mettra des années à "se soigner" dans l’Avenir) il arrive de plus en plus souvent dans TOUS les domaines d’activité publique ou privée, que le fameux groupe de secours ne soit pas capable de démarrer quand soudain "on a besoin de lui".
- Il me semble que cet état de fait parfois très dangereux (il y a déjà eu des décès) est révélateur d’un grave malaise et d’une forme de négligence organisée, initiée par les "hautes hiérarchies" pour "faire de la gestion". Sachant la tendance à mentir sur tous les sujets des politiciens et affairistes "en place", qui va croire que "tout est clair" dans nos centrales nucléaires ?

Cette fois ce n’est pas comme en 1945, l’Empereur ne peut pas arrêter lui-même le désastre...

Aujourd’hui le 16 Mars 2011 le Japon a vécu pour la seconde fois un évènement de portée Historique, qui n’arriva qu’une seule fois en plus de 1000 ans. L’Empereur s’est en effet exprimé en public pour "commenter la situation". En Belgique le Roi ne gouverne pas, il règne. Au Japon l’Empereur ne gouverne pas et il ne règne pas non plus, car il ne s’exprime pas publiquement. Il REPRESENTE. Le seul fait qu’il se soit trouvé dans la nécessité de le faire pour la première fois depuis Août 1945, montre la gravité du moment. Etrangement, lorsque son père Hiro Hito s’est vu obligé "d’intervenir" en 1945, il usa de son Pouvoir de Droit Divin devenu absolu, pour arrêter immédiatement la catastrophe en cours. Malheureusement l’Empereur en 2011 ne peut pas (du tout) arrêter ce qui arrive.

C’est dire qu’au Japon comme en France avec plus de chance jusqu’à présent, "on" en a sans aucun doute trop fait en matière d’Energie Nucléaire et avec fort peu de prudence. D’autre part ceci commence enfin à se savoir, sur place on n’a pas attendu que Thierry Bressol le pense et l’écrive, ce qui me surprend fort peu... ;-)) Plusieurs scientifiques "de renom" avaient en effet lancé de très clairs avertissements. L’un d’eux démissionna même de ses hautes fonctions pour protester. Leurs cousins Français seront-ils mieux "entendus" et plus tôt ?

D’expérience le nucléaire n’est réellement sûr qu’avec les militaires, car ils pensent que c’est conçu pour ne (surtout) pas s’en servir...

Je ne saurais être pris pour un antinucléaire borné et ignare. Pourtant je "m’autorise" à pousser un coup de gueule pour rappeler que la "doxa ambiante" en France, est d’une stupidité rare :
- "Le nucléaire militaire est plus dangereux que le nucléaire civil." C’est de la connerie à l’état brut et cristallisé !

La vérité la plus objective, c’est l’inverse ! Surtout quand le fonctionnement de ce genre d’installation est confié à des intérêts privés devenus peu à peu incontrôlables, comme au Japon par exemple, ou avec ce qui se fait sournoisement en France depuis quelques années sans jamais le dire, c’est-à-dire la privatisation "rampante", scandaleuse et dangereuse d’EDF.
- D’autre part l’organisation du travail chez EDF et AREVA et leurs "moeurs" avec le personnel des sous-traitants, sont devenus "plus que discutables", pour rester courtois. Cela aussi commence enfin à se savoir. Il était temps !

Dans ce célèbre immeuble de bureaux, personne n’a envie de se faire sauter la figure !

Il faut aussi se rappeler utilement que aucun militaire de carrière sur le vaste Monde, n’a envie de se faire sauter la figure, même en Iran ou au Pakistan et peut-être surtout, au Pentagone ! (on y sait dire "non" à l’autorité civile, heureusement !)
- L’Administration Bush ou les Cavaliers de l’Apocalypse.

Qu’avons-nous vu dernièrement ? Zébulon 1er et ses sinistres se transformer en "commerciaux" au service de la belle Atomic Anne. C’est... N’importe quoi ! Il faut lui botter les fesses pour l’amener à enfin ré-orienter les uns après les autres, tous les savoirs-faire extra-ordinaires et magnifiques de l’Industrie Nucléaire vers de réellement nouvelles façons de produire, plus "propres". C’est le moment !
- Le Nucléaire, c’est d’abord "de l’Energie à gogo". C’est très bien ! Mais sa délicatesse et les contraintes techniques de sécurité nécessitent des précautions peu compatibles avec la rentabilité financière et notre expérience prouve que les "tricheries" pour l’obtenir se sont toujours révélées dangereuses. D’autre part l’usage du nucléaire pour produire de l’Energie à la société Civile, n’est pas la réelle modernité. C’est au contraire l’archétype le plus parfait du choix politique centralisateur, conservateur (dans ce que ceci a de plus mauvais) et débile. Il n’a qu’un sens réel :
- Que surtout rien ne change dans le fonctionnement de nos sociétés, c’est à dire "Continuons à gaspiller l’Energie comme "avant" ! Et tant pis, si cela peut tout saccager et ne profite qu’à quelques oligarchies.

Lorsqu’on nous le dit et le répète sans cesse, "on ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire", c’est vrai ! Si toute évolution vers une autre façon de vivre en commun plus écologiquement rationnelle est absolument refusée, il est évident qu’on ne saurait s’en passer ! Tout fut "organisé" en France pour "verrouiller" le système. Avec 80% de l’énergie produite ainsi, tout changement de politique énergétique sera long et difficile à mettre en oeuvre. Pourtant, rappeler que l’Humanité s’est éclairée durant des milliers d’années sans prendre autant de risques, ce n’est pas souhaiter revenir à l’éclairage à la bougie.

Ces 3 là ont gagné la guerre nucléaire !
En effet, ils ne l’ont pas faite. D’autre part, même s’il existe un problème emmerdant avec le contenu de leur vieille grosse marmitte, elles sont toutes les trois sous bonne garde et refroidies de longue date...

Est-il réellement nécessaire de rappeler qu’un navire à propulsion nucléaire peut se déplacer et s’échapper, s’il arrive que sa position géographique du moment soit "peu sécurisée" ? C’est l’une des raisons pour lesquelles je dis qu’un sous-marin nucléaire, c’est moins dangereux que certaines installations dites "nucléaires pacifiques".

Au pôle Nord l’équipage du HMS Tireless prend la pose en touristes, naturellement !

Je ne suis pas seul à le penser. D’autre part disait un des amiraux qui fut le Commandant de la Force Océanique Stratégique, "c’est fait pour ne surtout pas devoir s’en servir", tout simplement. En cela, c’est radicalement différent de l’industrie nucléaire civile, qui a trop souvent pour premier objectif de satisfaire la cupidité des exploitants, quoiqu’il arrive !

Le Général Henri Guisan a gagné de la seconde guerre mondiale, car il a réussi à éviter de la faire. Le Chef d’Etat-major de l’armée Suisse qu’il fut n’a pas perdu son temps, en se faisant le plus puissant possible ! Demandez à des Suisses de vous raconter ça. Vous saurez alors ce qu’est le Principe de Précaution.
- Fête Nationale, on "sort" l’armée !

Puissance de la Nature...

Il me semble que maintenant, on ridiculisera moins souvent le Principe de Précaution. Une des pires sottises qu’on entend régulièrement en France, c’est le fameux "croyez-vous qu’on profiterait aujourd’hui d’un tel progrès technique, si on avait toujours pris autant de précautions qu’avec les OGM ?" Les plus puissants lobbies industriels "font pression" en permanence avec parfois un relatif succès, pour que jamais aucune réelle précaution ne soit prise. Pour les fameux pesticides ou "produits phyto-sanitaires", (ahh, quel plaisir que l’usage tordu des mots !) ce fut particulièrement réussi !

Reconstituée d’après les plans et papiers de l’époque, une première Montgolfière

Quelques rappels s’imposent pourtant. Les frères Montgolfiers et Pilâtre de Rozier appliquèrent pleinement le Principe de Précaution avant de prendre l’air avec leur Montgolfière.

Etienne et Joseph de Montgolfiers, aussi connus et courageux que le Procureur à Nice aujourdhui...

Ils firent "voler" avant eux des poules, des lapins, des chats et des chiens à bord d’un ballon solidement amarré. Tous sont revenus vivants et en bonne santé. Il n’était pas évident de le prévoir sous Louis XVI car des scientifiques anxieux et méticuleux se demandaient en effet, s’il était encore possible de respirer à plus de 300 mètres de hauteur. Ils purent ensuite en être certains. Le Principe de Précaution est aussi une "démarche expérimentale".

Ridicule ? Il est aujourd’hui de bon ton de rire des craintes des médecins en 1840. Ils avertirent les créateurs des premiers chemins de fer d’un sérieux risque de mort, faute de pouvoir respirer en roulant à plus de 60 km/heure. Ainsi "menacés", les intéressés eurent effectivement "les jetons", car s’ils roulèrent progressivement de plus en plus vite, ce fut plus lentement que ne le permettaient les locomotives du moment ! Ce qu’ils risquaient réellement, c’était se faire sauter la figure, avec leurs chaudières encore peu fiables et ça, c’est arrivé souvent !
- Maintenant on le sait, au-delà de la vitesse-limite qui aurait effectivement pu poser un problème pour respirer, ils n’avaient pas tout à fait tort, les médecins de ce temps. Pourquoi les fenêtres sont-elles conçues fermées et fixes, à bord des TGV roulant à plus de 200 km/heure ? "C’est étudié pour..."

Il me semble que depuis une trentaine d’années, les années de la "dérégulation" systématique en matière d’économie, nous devenons très imprudents, en particulier avec l’Energie Nucléaire. Revenons au plus simple bon sens, pour être aussi innovateurs qu’autrefois sans être beaucoup plus dangereux...

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR 1
- La pègre japonaise fait le ménage à Fukushima (le 11 Mars 2013)

Le Charles LD, sister-ship du Pierre. Sur les trois photos, voir les grands portiques.

- Mauvais Genre Aéro-Maritime 1 (relève d’équipage par avion)
- Mauvais Genre Aéro-Maritime 2 (relève d’équipage par avion)
- Dignité Japonaise (le 15 Mars 2011)

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

Réponses à 6 commentaires reçus : Il me semblait que, surtout à ce sujet, "ça va sans dire". Mais ça va toujours mieux en le disant. Je constate n’être pas seul à penser ce qui suit :

L’Occident lointain s’est ridiculisé en montrant de façon aussi ostentatoire, une peur collective de loin plus envahissante que celle du Peuple Japonais, concerné de plus près par cette catastrophe à "effet domino". Tout le Monde "sur place", n’a pas aussi peur que le monde médiatique Occidental.
- Cet empressement généralisé à inciter nos compatriotes vivant là-bas à "mettre les voiles", ce n’est pas seulement affligeant. C’est IDIOT et cela sèmera sans doute à l’avenir, beaucoup plus de vrais problèmes aux "intéressés", que le niveau de radio-activité supérieur à la normale, qui sera sans doute incontournable sur toute une partie de l’archipel. Il leur faudra "faire avec" pendant longtemps, contents ou pas. Et nous aussi, on devra "faire avec" !
- Leurs "nuages" radio-actifs sont (naturellement) ce 17 Mars, en train de faire le tour du Monde Ouest-Est à haute altitude au dessus de l’hémisphère Nord. "On" essaie de nous rejouer actuellement une amusante version remise à jour du "nuage qui ne passe pas sur la France", en essayant de faire croire aux plus naïfs que ce sera totalement anodin. Il est évident que tôt ou tard, "ça et là" un peu partout dans l’hémisphère Nord, des personnes malchanceuses désignées par un méchant hasard auront des "ennuis de santé". Ce sera le plus souvent dans longtemps donc, comment va-t-on "mesurer" ça dans 15 ou 20 ans ? Ce sera au moins aussi "fumeux" (si j’ose dire) que les conséquences de l’accident de Tchernobyle.

Vents dominants, vue simplifiée...

Je ne fus pas surpris le 19 Mars, de constater que la "situation technique" ne se dégradait plus "à la vitesse grand V" sur place, malgré l’incroyable suite de mauvaises surprises que leurs centrales nucléaires leur ont faites. Le savoir-faire local et l’héroïsme individuel, car certains y perdront la santé, ne faisaient absolument aucun doute pour moi. Admiration ! Et Bon Courage ! Car il est évident même pour un "non-expert en la matière", que sur place à la centrale, la "galère" va durer des semaines et peut-être des mois et que la liste des "effets dominos" sera longue comme le Danube.
- D’autre part, au-delà des émotions fortes ressenties naturellement sur le sort de dizaines de milliers de victimes, effectivement "ça" va coûter fort cher. En plus, même si les quelques centrales qui ont "fait parler d’elles" n’avaient pas subi autant de dégâts, il faudrait quand-même au Japon se passer de leur production d’énergie pendant longtemps et ce ne sera pas simple. Ceci prouve une fois de plus et cette fois douloureusement, que le choix du "tout nucléaire" n’est pas aussi judicieux que cela se dit en France.

Il n’est pas inutile de savoir par exemple ce 25 Mars, que EDF est accusée par des spécialistes d’adopter une interprètation "très élastique" des normes anti-sismiques et qu’il existe en France au moins un site nucléaire potentiellement inondable par surprise, dans l’hypothèse de l’effondrement d’un barrage dû à un tremblement de terre pour l’instant supposé "improbable". Qui va savoir ? Et qui ose prétendre que le très improbable, c’est l’impossible ?
- Ce 28 Mars 2011 il semble bien qu’on nous a caché "plein de choses pas propres", à commencer par le fait probable que au moins un des réacteurs nucléaires "cassés" à Fukushima a réellement "fait dans son froc". On n’a donc pas fini de parler de ces "nuages" aux conséquences incalculables, portant des particules plus ou moins dangereuses.
- Une chose doit cependant nous rassurer ! La Vie reprend TOUJOURS Ses Droits et Sa Place. Le prochain numéro de la revue "Géo" nous fera visiter l’étonnante réserve naturelle et le grand refuge de la vie sauvage que la vaste zone évacuée autour de Tchernobyle est devenue. Loin de là en Océan Pacifique, l’archipel Bikini a maintenant renouvelé sa jolie végétation après avoir connu le pire. Seuls les instruments de mesure de la radio-activité peuvent rappeler aux visiteurs que ces îles ont été le théâtre d’essais terrifiants.

- Pétrole et/ou Nucléaire. Choix délicat (avec Kroll)
- Le Japon et le nucléaire avec Kroll (le 15 Mars 2011)
- Situation instable mais "contenue" (le 18 Mars 2011)
- Danger ! (le 17 Mars 2011)
- Certaines installations en Europe sont peu "sures" (le 17 Mars 2011)
- Les Avertissements (le 17 Mars 2011)
- Navire Suisse et évocation du Général Henri Guisan
- L’Atoll de Bikini au Patrimoine mondial de l’humanité
- La Gazette du secteur nucléaire (le 29 Mars 2011)
- Contrôles de sûreté nucléaire en Belgique (le 29 Mars 2011)
- Preuve qu’un des réacteurs a "fait dans son froc" (le 30 Mars 2011)
- Douloureux Etat des lieux du Japon Maritime (le 31 Mars 2011)
- Gravissime ! (le 2 Avril 2011)
- Un "Micro Air Vehicle" dans l’enfer nucléaire Japonais. (le 20 Avril 2011)
- Dossier de France Culture (touffu car très dense mais très intéressant)

Ce piaf là est moins dangereux que les goélands et les vautours
(au service des lobbies, qui nous ruinent depuis plus de 40 ans)

Rappel d’un incident nucléaire "modeste" absolument "parfait" pour nous montrer que l’imprévu très grave peut survenir à tout moment, à partir d’une cause tout à fait inattendue :
- Electricité coupée sur un chantier naval militaire de la péninsule de Kola (Russie) (le 7 Avril 2011) Ce n’est hélas pas la première fois ! C’est cependant moins grave qu’en 1999, quand c’est arrivé à deux sous-marins nucléaires Russes à quai ensemble pour subir leur arrêt technique annuel. L’alimentation par "le courant de terre" s’imposait d’autant plus, qu’il fallait refroidir (bien sûr !) leur réacteur arrêté dès l’arrivée au chantier. Ce cas insolite d’impayé nous rappelle aussi "en plus petit" ce qui est arrivé au Japon, en beaucoup plus facile à "traiter". Mais il fut (rien de moins) nécessaire d’envoyer les parachutistes pour rétablir la situation ! En effet durant les difficiles négociations téléphoniques qu’on devine, les deux "marmites du Diable" chauffaient de plus en plus dangereusement en semant une folle peur, qui fit perdre patience au Cdt de la base... Inconscience totale ou bêtise crasse chez le fournisseur électricien ? Situation administrative débile en tous cas !

Les pirates de l’Environnement existent aussi "à terre", chez les écologistes. Il arrive que le Figaro pose "les bonnes questions". En effet si la navigation à voile n’est pas "du vent", on ne peut pas en dire autant de la multiplication des éoliennes depuis quelques années.
- Comme pour l’incroyable record mondial absolu du nombre des rond-points inutiles et mal placés que détient la France, pour l’intérêt collectif les éoliennes c’est du vent portant surtout pour les notables, un excellent moyen de "se faire un peu d’argent de poche"... (comment expliquer cette expansion autrement ?)

Symbole de l’accueil du site

Anacharsis, philosophe Scythe :
- "Il y a trois sortes d’êtres Humains. Les vivants, les morts et ceux qui vont sur la Mer"
- Plan général du Site & Plan de "Marine Inconnue"

La voie rapide traversant Kobé en janvier 1995

Cette page est dédiée aux disparu(e)s et à leurs proches, à commencer par Hideko Kawahushi, hôtesse de caisse en super-marché, "entraineuse de petit bar louche", mon excellente guide à Kobé et ma correspondante régulière par la suite, disparue dans sa ville en Janvier 1995.
- La Dignité Japonaise Ne les oublions pas.
- Qu’est-ce que le Japon ? Un ensemble de grandes îles, dont la situation peut plus ou moins être comparée à la Grande Bretagne. Surprise en arrivant, on y roule aussi à gauche ! C’est aussi le pays où les chauffeurs de taxi roulent en gants blancs et changent l’étui des appuis-têtes de leur véhicule, entre chaque client. D’autre part en ville, vous ne verrez AUCUNE voiture dont la "tenue" est sale ou pleine de bosses. Si vous en voyez une cabossée, "c’est arrivé" il y a moins d’une heure ! A l’impossible nul n’est tenu, même au Japon.
- Le côté méticuleux au travail des Japonais est bien connu, ceci ne doit pas faire oublier qu’on sait aussi rire très joyeusement et simplement là-bas. La TV Japonaise sait faire dans l’extrême cocasserie, parfois la plus crue et la plus étonnante. Il n’est même pas toujours nécessaire de comprendre la langue pour en profiter joyeusement !
- Enfin, c’est aussi le pays de l’extrême courtoisie et de la délicatesse en toute occasion, même pour commettre le pire (seconde guerre mondiale) mais le plus souvent pour le meilleur.
- Bon vent et bonne mer !

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/