Souvenirs de mer

5 juillet 2011

"Va Pensiero". Vivent Verdi, Nabucco et Riccardo Muti !

C’est arrivé une seconde fois en Italie, le 17 Mars 2011. Le choeur des esclaves "Va Pensiero" de l’opéra Nabucco de Verdi est redevenu un superbe moment de performance musicale et de révolte culturelle, le 17 Mars dernier à la TV en "direct-live" sur la RAI et sur Arte.

(page mise à jour le 21 Avril 2013)

Me trouvant invité à bord d’un navire Italien en escale à Toulon en Mars 2011 avec des amateurs d’Opéra entre autres centres d’intérêt, nous n’avons pas manqué ça, au moins à la télévision, bien sûr.

Certes, c’est plus un souvenir de quai qu’un souvenir de mer. Ceci dit monter à bord d’un navire, c’est pour moi déjà presque être en mer. Autant l’écrasante majorité de nos gouvernants ont souvent le mal de mer rien qu’en entendant prononcer le mot "Marine", moi ceci me fait déjà sentir l’air du grand large... ;-)

Silvio Berlusconi peut-il être renversé par Giuseppe Verdi ? Non, ou pas encore... En 2012 il tomba tout seul !
- Ce soir là le 17 Mars 2011, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L’Italie fêtait dans une atmosphère pur le moins déprimée le 150ème anniversaire de son Unification et à cette occasion fut donnée, au Théâtre National de l’Opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cet évènement :
- Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.

La capitaine Riccardo Muti sur la passerelle

Nabucco de Verdi est une œuvre politique autant que musicale. Elle évoque l’épisode de l’esclavage des juifs à Babylone et le célèbre chant "Va pensiero" est le fameux Chœur des esclaves, le chant des opprimés. En Italie il reste le symbole de la quête de liberté d’un Peuple qui dans les années 1840 quand cet opéra fut écrit, était aussi opprimé. Mais c’était alors par l’Empire Autrichien des Habsbourg, contre qui le peuple divisé de l’Italie s’est battu jusqu’à obtenir la création de l’Italie unifiée d’aujourd’hui, même si cette unification reste peut-être inachevée.

Victor Emmanuel Roi d’Italie

Avant la représentation, Gianni Alemanno le Maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Ceci étant, alors qu’Alemanno est pourtant un membre du parti au pouvoir. Il est aussi un ancien ministre de Berlusconi, c’est dire que ce gouvernement en a sans aucun doute fait trop...

Ce pauvre Berlusconi s’ennuie à l’Opéra
(en plus lui et le Président de la République ne se supportent pas...)

Cette rare intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Sylvio Berlusconi en personne assistait à la représentation. Il était en effet dans l’obligation officielle d’accompagner le Président de la République. Cité ci-après par le Times, Riccardo Muti le Chef d’Orchestre vient de raconter ce qui fut aussi une soirée de révolution :
- "Au tout début, il y a eu une grande ovation par le public et nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant "Va Pensiero", j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant le silence du public régnait mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantaient "Oh ma patrie, si belle et perdue"  !"

Le Choeur des Esclaves chante "Va pensiero"

Alors que le Chœur est arrivé à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà "Bis ! Bis !" Puis le public commença à crier "Vive l’Italie !" et "Vive Verdi !", exactement comme cela se faisait quand le nom du compositeur servait aussi d’acronyme signifiant "Victor-Emmanuel Roi D’Italie". Des gens du "poulailler" (les places situées tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter dans la salle des petits papiers portant des messages patriotiques dont certains demandaient même :"Riccardo Muti, Sénateur à vie !"

Spectateurs et applaudissements révolutionnaires

Bien qu’il l’eut déjà fait une fois seulement à La Scala de Milan en 1986, Riccardo Muti hésita à accorder le "bis" pour le "Va pensiero" car pour lui, un opéra doit aller du début à la fin.
- "Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière" raconta-t-il.

Le Président Napolitano en mission officielle

Mais le public venait de réveiller son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral le Chef d’Orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à Silvio Berlusconi. Voici ce qui arriva :

Le Choeur des Esclaves chante "Va pensiero"

Dès que les appels pour un "bis" du "Va Pensiero" se sont tus, alors on a entendu crier dans le public :
- "Longue vie à l’Italie !"

Emotion entre les deux "va sempiero"

Le Chef d’Orchestre Riccardo Muti a alors pris la parole :
- "Oui ! Je suis d’accord avec ça, "Longue vie à l’Italie !!" Mais... [applaudissements]

Riccardo Muti se paie la tête de Berlusconi

- "Je n’ai plus 30 ans et j’ai vécu ma vie. Mais en tant qu’Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j’ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j’acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau ! Ce n’est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir alors que je dirigeais le Choeur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j’ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la Culture sur laquelle toute l’histoire de l’Italie est bâtie. Auquel cas notre patrie, serait vraiment "belle et perdue", comme nous...

Fin de Spectacle et Salutations !

[Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]

- "Depuis que règne par ici un "climat Italien", moi Muti, je me tais depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant, enfin... Nous devrions donner du sens à ce chant, comme nous sommes dans notre Maison, le Théâtre de l’Opéra de la Capitale et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement et qui est accompagné magnifiquement. Si vous le voulez bien, je vous propose donc de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble."

Salutations finales

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves.
- "J’ai vu des groupes de gens se lever. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur lui aussi s’est levé. Ce fut un des moments magiques dans l’Opéra. Ce soir-là ce fut non seulement une représentation particulièrement réussie du Nabucco, mais également une déclaration du Théâtre de la Capitale à l’attention des politiciens..."

Salutations de Riccardo Muti et du metteur en scène

Le "Site-Captain" que je suis doit aussi ajouter un petit commentaire pour compléter ce que nous disait Riccardo Muti. Saisi par le contexte du moment, il oublia sans doute que la TV a su immortaliser cet instant magique en effet, qui dépasse le cas de l’Italie et concerne toute l’Europe d’aujourd’hui. Il faut donc le dire, ce fut aussi un grand moment de Télévision, à une époque où celle-ci ne se porte pas réellement bien, encore plus mal peut-être que les autres activités Culturelles, ce qui n’est pas peu dire.

Une conséquence du référendum

Je ne regrette donc pas d’avoir "tuyauté" nos amis Italiens pour s’équiper leur navire dignement de la nouvelle norme de Télévision en France pour leurs escales régulières, c’est à dire la "TNT" qui permet aussi de saisir sur le vif, les grands moments que peuvent nous offrir les chaînes lorsqu’elles ont envie de bien faire et que l’air du temps s’y prête ! Viva Italia, vive Arte et vive l’Europe.

Il y avait de l’émotion, ça c’est sûr...

Depuis quelques années, Giuseppe Verdi a dû se retourner dans sa tombe plus d’une fois. En effet, les gens de la fameuse "Ligue du Nord" ont plusieurs fois osé utiliser le "Va sempiero" du choeur des esclaves dans leurs réunions électorales, eux qui essaient de détruire l’Unité Italienne !
- Ca ne s’invente pas... Comme quoi il n’y a pas qu’en France, que certains notables se croient tout permis.

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR 1
- Des élections Italiennes qui nous parlent par l’Avocat Gilles Devers. (le 28 Février 2013)

Quand un réalisateur Italien a vu "Bienvenu chez les Chti" il déclara :
- "C’est typiquement Italien !" Et il le prouva :
- Benvenuti al Sud !! (le 25 Novembre 2010)
- "Va Pensiero", Riccardo Muti botte le cul de Berlusconi en vidéo ! le 17 Mars 2011

- BULLETINS BIBLIOGRAPHIQUES SPECIAUX, CULTURELS ou CINEMATOGRAPHIQUES
- REVUE de PRESSE MARITIME et AERIENNE RECENTE & REVUE de la "PRESSE PAPIER"

Ce piaf là est moins dangereux que les goélands et les vautours
(au service des lobbies, qui nous ruinent depuis plus de 40 ans)

A partir du Passé se construit l’Avenir et les articles à venir car C chronique.
- Petit Commentaire Personnel à propos de Wikipedia
- Quand le serveur de "Souvenirs" est souffrant & Microsoft Achtung !

Symbole de l’accueil du site

Bon vent, bonne mer et bonne écoute !
- Plan général du Site - Plan de "Marine Inconnue"

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/