Souvenirs de mer

1er août 2014

Titanic ? Le Britannic, c’est bien plus intéressant !

Cette année il était impossible d’échapper à une grave crise de Titanic-mania collective, même si l’élection pestilentielle en préparation nous y aide un peu !

(page du 14 Avril 2012, mise à jour le 19 Avril à 17h00)
- Car il m’a semblé utile d’achever cette page en évoquant le Britannic.

Il m’est souvent arrivé de le dire, cette fascination internationale généralisée pour le Titanic me semble malsaine à plus d’un titre. Cela dure fatalement depuis ce terrible accident de mer déjà centenaire et c’est trop ! Je sais ne pas être seul à le penser et le dire. Dès les premières années qui suivirent le naufrage, il s’est sans doute trouvé du monde pour penser la même chose.

C’est l’Olympic ! De nombreuses photos du Titanic représentent en réalité son "frère", qui a eu une longue carrière commerciale sans tâche !

Le nombre très élevé des victimes de ce naufrage, l’effet de surprise et l’incroyable arrogance forcenée de la frénétique campagne de "pub" qui accompagna la mise en service du nouveau paquebot de la "White Star Line", tout cela a su créer un véritable état de choc collectif, qui dure encore cent ans après. Dès le début c’est devenu une légende, malgré la stupidité des causes de la catastrophe.
- "Insubmersible ? Vous avez dit insubmersible ? Oui Monsieur, absolument insubmersible..."

C’est étonnant, on se demande encore aujourd’hui en organisant des débats télévisés, si le rivetage (dont on a dû constater qu’il était moins "précis" que le Chantier Naval de Belfast le certifiait) n’a pas aggravé une situation qui se révéla immédiatement catastrophique. On s’est même demandé si le cul du navire coula verticalement ou quel fut son angle de glissade vers les grands fonds :
- Tout cela me semble devoir se comparer à une agression sexuelle collective sur les drosophiles ! L’important est "ce qui est arrivé". Le "comment", on ne le sait que trop tellement ce fut idiot !

Tous les anciens marins le confirmeront, si vous provoquez "l’ouverture" d’une ou plusieurs brèches sur une grande partie de la longueur d’un navire, si c’est un navire à passagers ou risquant de polluer durement, il vous sera impossible d’échapper au passage douloureux dans le journal TV de 20h00, aujourd’hui encore plus qu’en 1912 ! Ce qui arriva au Costa Concordia le vendredi 13 Janvier 2012 en début de soirée a su nous le rappeler...

Cette jolie image montre clairement pourquoi il n’est pas prudent d’approcher "ça"...
(d’autre part un iceberg est un glaçon, donc il fond ! C’est très lent mais très dangereux. Lorsque le centre de gravité s’est déplacé, la bête risque de chavirer soudainement. C’est dire que même en se croyant assez loin, une très mauvaise surprise est toujours possible)

Même à cette époque, les collisions de navire avec un iceberg étaient très rares. C’est dire l’énormité des erreurs de jugement et de comportement qui furent commises. C’est un accident rare, tout simplement parce que seuls les imprudents où ceux qui avaient réellement quelque chose à y faire, osaient approcher un iceberg. C’est encore le cas aujourd’hui. Les explorateurs et scientifiques missionnés pour le faire le faisaient et le font toujours, seulement en prenant garde à eux car c’est un "sport" qui se pratique à leurs risques et périls. Un iceberg sur le point de "chavirer" ne nous fera jamais un "avis aux navigateurs" !

Le petit paquebot "Explorer"
(naufragé dans les glaces en 2007 sans faire de victime. Le Cdt de ce spécialiste de l’Antarctique, voulait "en faire trop" et trop bien, sans doute aussi trop près !)

C’est dire que même dans les années 2000, c’est resté dangereux même pour les spécialistes "très avertis", tel que le Commandant du petit paquebot de croisière Explorer par exemple. C’était pourtant un "grand connaisseur" de l’Antarctique expérimenté, pour oser montrer cette région du monde à sa clientèle, qu’il faut bien appeler l’élite des croisiéristes. Ces gens-là n’embarquent pas pour faire du "bronze-cul", mais pour rencontrer l’une des plus insolites régions de notre planète :
- A la découverte de l’Islande à bord du Danaé (le 16 Mars 2012) Superbes vues de l’Islande !
- A la découverte du Groenland avec le Princess Danae (le 13 Jan. 2012) Superbes vues du Groenland !
- Descente du St-Laurent de Montréal à la mer du Labrador (le 6 Jan. 2012) Superbe galerie photo du Québec !
- Traversée sur l’Express Côtier (Bergen/Kirkenes) (le 17 Déc. 2011) Superbe galerie photo de la Norvège.
- En croisière à bord de l’Explorer ! (site du Cdt Cozanet)

Les passagers et l’équipage s’en sont tirés à bon compte...
(avec une attente de quelques heures en canot. Breuuhh...)

Des croisières pour tous les goût et centres d’intérêts de quiconque aime voyager sont organisées par les Compagnies petites et grandes. L’Antarctique était la spécialité du petit paquebot Explorer :
- Le Naufrage de l’Explorer (par Wikipedia)
- L’élite des Croisiéristes mise à l’épreuve (m.à.j. le 14 Avril 2012)
- (TF1) "Le capitaine de l’Explorer a d’abord cru à une baleine..." Diable ! TF1 a de l’imagination, c’est connu ! Lire ceci fut une des rares fois quand un naufrage m’a fait rire. En général je ne trouve pas ça drôle... ;-))

Quand c’est arrivé à l’Explorer, personne ne fut tué ni blessé.

Etre Marin c’est faire l’un des plus vieux métiers du Monde. Depuis que les humains naviguent, il y a toujours eu des naufrages. C’est peut-être le type d’accident du travail et de transport le plus ancien de tout ce qui peut arriver de mal aux grands voyageurs. Je suis aussi tenté de penser que dans un lointain futur, on trouvera encore et toujours, des gens de mer pour commettre de graves bévues, être trompés par les conditions de mer et de météo du moment, ou bien par leurs équipements de navigation défectueux. Quand tout cela n’arrive pas simultanément !

D’autre part la guerre aussi est de tous les temps et ce ne fut jamais la plus rare des causes du type le plus abominable des naufrages.

Un U-Boot fait quelques cadeaux aux rescapés de leur torpillage

L’erreur de navigation, la précipitation commerciale et l’arrogance la plus souvent collective constituent les causes les plus classiques de naufrage. D’autre part le mauvais Hasard est toujours "dans le coups" d’une façon ou d’une autre. Par suite le naufrage est toujours une surprise pour les "intéressés". Dans les semaines qui suivirent celui du Costa Concordia, toutes les difficultés de l’éventuelle soudaine nécessité d’évacuer au plus vite plus de 4000 personnes ont été "intellectualisées" de toutes les façons imaginables :
- La délicate gestion des situations de crise (Mer et Marine le 20 Jan. 2012) Beaucoup de "bla-bla" pour ne pas dire grand-chose de neuf ! Certaines personnes n’ont pas les pieds sur terre et encore moins sur le pont. Dans le cas présent, le Costa Concordia ne pouvait pas faire le traditionnel et indispensable exercice d’abandon parce qu’il venait juste d’appareiller, tout bêtement. C’était prévu le lendemain, naturellement. Personne n’a jamais appareillé en pensant :
- "Demain ou ce soir, nous ferons notre naufrage et tout sera réalisé "dans les règles de l’art" !
- COMMUNIQUE de PRESSE de la MISSION de la MER

Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

La Compagnie Costa tira la première leçon de l’évènement en quelques jours. Maintenant le premier exercice collectif d’abandon de la traversée est organisé au plus tôt, juste avant l’appareillage. Tant pis si cela complique la vie de tout le monde, c’est pour la bonne cause.

Pourquoi le Titanic fascine-t-il presque tout le monde depuis que c’est arrivé, même 100 années plus tard, plus que toutes les autres catastrophes maritimes ? Le grand nombre des victimes ? Ca n’a pas de sens. Le naufrage du Titanic n’est pas et de fort loin le naufrage le plus meurtrier. Il reste même fort loin des plus tristes records du genre. Les attaques du Goya et du Wilhelm Gustloff en Janvier 1945 en Mer Baltique ont fait chacune entre 7 et 9000 victimes et il fut impossible de les compter.
- Le désastre du Joola en 2003 sur la ligne de Dakar à la Casamance est le plus proche de nous. Il nous concerne beaucoup plus que le Titanic en 1912 !

Alors ? Pourquoi presque personne ne pense au Joola ? J’ai une explication personnelle. Nous sommes tellement pollués dans la tête par le culte de l’argent roi, que naturellement pour nos "élites culturelles" les "Monsieur et Madame Tout le Monde" qu’étaient les voyageurs Sénégalais et les touristes Européens du Joola tous unis dans la catastrophe, ne sont pas des victimes assez intéressantes et encore moins assez romantiques !

Le Joola de passage à Brest
(il faisait la ligne Sénégalaise de Dakar vers la Casamance)

Les gens les plus riches du monde sont bien plus fascinants pour la majorité d’entre nous, que les Sénégalais et les Européens moyens du Joola ! Que dire alors, des victimes Allemandes du Goya, du Wilhelm Gustloff et de quelques autres terrifiants naufrages de guerre, de ceux qui "payèrent l’addition" au début de 1945 en se faisant torpiller par les Russes !

C’est cela qui fascine le monde en fait. En Avril 1912 les gens les plus riches du monde étaient ensemble à bord du Titanic et contrairement à une légende aussi idiote que tenace, ils se sont presque tous tués ensemble à cette occasion.
- Ceci a "naturellement" eu de nombreuses conséquences "collatérales" qui ont sans aucun doute permis d’entretenir la légende. Par exemple il y a eu quelques centaines de "grosses histoires" d’héritage, le plus souvent très difficiles à régler et beaucoup de grandes entreprises se sont soudainement retrouvées sans dirigeant. La "petite histoire" dit aussi que ce désastre coûta si cher aux assurances et fut si délicat à traiter, que c’est "seulement" en 1938 que tous les dossiers furent clôturés... C’est dire !

Beaucoup d’autres naufrages meurtriers, "méritent" plus d’attention car il est injuste d’oublier ces victimes, parce que tous ces gens n’étaient pas des "people", comme c’est arrivé à bord Titanic.

Un canot de l’Explorer

D’autre part la liste des grosses bêtises cumulées par le bord et par la Compagnie, tout ce qui fut directement ou indirectement à l’origine de la collision avec cet iceberg, elle est longue comme le Danube ! Naturellement, trop de monde ayant quelque chose à cacher, il y a eu de nombreuses rétentions d’information(s) et certains éléments de l’enquête "se sont faits attendre" des dizaines d’années avant de devenir accessibles même à la presse spécialisée maritime.
- Par exemple la "farce" de l’absence de paire de jumelles pour les veilleurs ne fut connue (si je me souviens bien) qu’en 1984. Les intéressés ne s’en étaient aperçus que moins de 10 minutes avant l’appareillage, alors que l’équipage était en train de commencer à dédoubler. Il est fort probable que ces jumelles ont été volées. Ceci suggère qu’un petit vol peut avoir des conséquences absolument incroyables... Ca ne les a certainement pas aidés à veiller les gars. Non ? Vraisemblablement ils n’osèrent pas "donner un coup de gong", par peur de la colère du Cdt Smith...

Notre "Ex" fut dès l’origine conçu truffé d’amiante pour sa sécurité contre le feu

Ce genre de choses révélées au compte-gouttes au cours des dizaines d’années qui passaient, l’ensemble ne pouvait que renforcer le suspens. Peut-être même que ceci alimenta un romantisme douteux qui n’est pas sans rappeler les "théories du complot" farfelues qui "brodent" toujours plus joyeusement n’importe quoi autour du 11 Septembre 2001.

Le naufrage du Joola a pourtant des causes qui ne sont pas très éloignées de celles du Titanic, c’est à dire l’arrogance politique et commerciale forcenée, puis le laisser-aller technique cumulé avec l’imprudence. Laisser les naufragés du Joola et des autres dans l’oubli pour retourner éternellement le couteau dans la plaie à bord du Titanic, cela me met très mal à l’aise, peut-être parce que j’ai failli faire naufrage, le 4 février 1982. Nous l’avons échappé belle, surtout par chance.

La terrible explosion du 25 Mai 2003
(Entendue à plus d’un km, ce fut si grave qu’il ne s’en est jamais remis. Ce fut la fausse note de sa carrière)

C’est aussi pour cela qu’il y a quelques années, j’ai particulièrement désapprouvé le choix du 14 Avril pour le fameux "Radio Maritime Day". Choisir tout simplement une des dates marquantes de la longue Histoire de l’utilisation des technologies Radio-électriques en Mer, aurait été plus juste et beaucoup plus judicieux. Tandis que l’accident de mer du Titanic fut au moins aussi stupide que le scénario loufoque qui s’est déroulé un vendredi 13, sur la passerelle à bord du Costa Concordia. Bien sûr, c’est arrivé par hasard, comme la collision du Titanic. C’est aussi pourquoi à mon sens, radoter durant un siècle là dessus...
- Tout cela n’enlèvera rien aux mérites du plus célèbre des Officiers Radios, celui du Titanic. Quoi qu’il arrive nous ne l’oublions pas plus que celui du François Vieljeux.

De l’aileron de passerelle tribord, photo prise par un électricien Breton nommé Paris en 1973. Merci Paris !

Pour moi les navires les plus intéressants sont ceux qui font une belle et longue carrière comme le premier "frère" du Titanic, le bel Olympic ou plus près de nous, le paquebot France. Encore plus intéressant est le troisième frère de l’Olympic, le paquebot Britannic qui fut mobilisé en navire hôpital durant la guerre de 1914. Ce fut un autre destin tragique car il fut hélas torpillé, ce qui rend son cas plus passionnant que la collision stupide du Titanic. En effet on a rarement torpillé un navire hôpital, car... L’éthique militaire et navale l’interdit ! Cette affaire reste un sujet tabou et sulfureux, beaucoup plus sulfureux que le Titanic.

Le paquebot Britannic mobilisé en navire hôpital
(la guerre de 1914/1918 l’attendait dès la sortie du chantier et l’empêcha de devenir un vrai paquebot)

Un énorme soupçon demeure en effet avec une certaine indignation. Transporter des armes en grande quantité en se cachant derrière la peinture blanche, les énormes croix rouges et des milliers de soldats blessés devenu inoffensifs, ce n’est pas très digne du légendaire fairplay Britannique ! Il semble bien que la Marine Impériale du Kaiser l’ait su à la suite d’une rocambolesque histoire d’espionnage. Comment s’étonner alors de ce terrible avertissement ? N’est-ce pas que le "roman" du Titanic est médiocre, à côté de celui de son "petit frère" ?

Les navires hôpitaux Galeka et Britannic
(à couple au mouillage en rade de Naples)

Les étonnantes carrières de ces paquebots sont beaucoup plus intéressante que celle du Titanic. Voyez vous-mêmes ! C’était tout de même beaucoup mieux que nous faire un incroyable désastre durant le voyage inaugural...

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR 1
- La "Titanite" reste galopante à notre époque ! (même en 2006, m.à.j. le 14 Avril 2012)
- Comparons le Joola avec le Titanic ! (m.à.j. le 14 Avril 2012) Il existe un lien avec le grand Yoyo.
- 100 après, Belfast commémore en évoquant son Chantier Naval (le 15 Avril 2012)

- Les paquebots Olympic, Titanic et Britannic (le 17 Avril 2012)
- Le Paquebot Olympic (par Wikipedia)
- Le Titanic et ses "Théories du complot" (le 17 Avril 2012) Amusant n’est-ce pas ?
- Le paquebot Britannic (très intéressant site)
- Le paquebot Britannic (avec Wikipédia) Quiconque s’intéresse à l’Histoire Maritime insolite et à l’espionnage, ne lit pas cette page et ne va pas aux liens hypertextes associés, a perdu la tête ! Rien n’est certain en 2012 sur les causes de son naufrage et certaines archives restent inaccessibles, tout cela fait de lui un excellent sujet. Le torpillage reste probable mais ce qu’on trouve sur son épave peut suggérer autre chose... Attentat ou sabotage ? Accident avec le charbon ? Mystère... S’intéresser au Titanic et ignorer le Britannic, c’est être un peu "blaireau".
- Violette Constance Jessop (avec Wikipédia) Un film au scénario fantaisiste "broda" à son propos en 2000, c’était sot car la réalité a beaucoup plus d’intérêt...

Violette Constance Jessop
(Cette Infirmière de la Marine Marchande a écrit ses mémoires, si vous trouvez ça, lisez ! J’aimerais l’avoir connue)

PS : Les navires hôpitaux constituent l’un des très vastes sujets Maritimes, cela se sait trop peu.
- Le USNS Comfort en Haïti
- Blog des navires hôpitaux

- L’accident du Queen Mary II au Chantier (le 12 Mai 2009)
- La St-Valentin du François Vieljeux (le 14 Fév. 2009) Ne les oublions pas !
- Radio Maritime Day
- Sixième Radio Maritime Day (à Saint-Lys)

- Costa Allegra ou Scoumouna ? (le 3 Avril)
- REVUE de PRESSE du NAUFRAGE du COSTA CONCORDIA
- Un scénario loufoque (m.à.j. le 14 Avril 2012)

Tradition d’Alang
(le nez cassé est le signal que le travail commence...)

La fin normal d’un navire n’est pas le naufrage meurtrier. C’est la longue carrière commerciale et le recyclage de ses "composants". Comme l’Olympic ou le France :
- L’Ex-France va nous quitter (disparu en 2008 dans le vrai Triangle des Bermudes)
- La fin du paquebot France (mis à jour le 14 Fév. 2009)

Ce n’est pas drôle mais la mort reste la continuation de la vie !
(sous une autre forme)

- Embarquer à bord du France, un privilège ? (évocation de la condition féminine à son bord)
- Le paquebot France et la "Sécu"

- Petit Commentaire Personnel à propos de Wikipedia

Symbole de l’accueil du site

- REVUE de la PRESSE MARITIME
- Plan du Site & Plan de "Marine Inconnue"

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/