Souvenirs de mer

23 août 2005

U-Boote et tags, même « La vache qui rit »

Il nous est tous et toutes arrivé de nous interroger :
D’où proviennent les parfois tristes tags qui "décorent" le plus souvent de façon douteuse les murs de nos cités ?
- A la suite des nombreuses conversations sur l’aileron de passerelle avec mes témoins passagers du Pointe Sans Souci, et à la vue d’un certain nombre de photos d’époque, je me demande parfois si...
- Ce ne serait pas la dernière trace visible par tous des U-Boot bretons, car une vague parenté dans le graphisme se voit un peu.

samedi 15 juin 2002 8:30

- Les sous-marins Allemands ne portaient aucune identification officielle extérieurement visible depuis le début de la guerre. Cependant le symbole personnel du commandant était peint sur le kiosque de nombreux U-Boot. Certaines photos des U-Boot à l’époque ne sont pas sans évoquer les tags d’aujourd’hui.

Le plus célèbre tag de U-Boot, le taureau de Scapaflow (dessin du Cdt G. Prien)

- Les U-boot des années 40 portaient des graffiti peints sur le massif, j’ai vu quelques photos de U-Boot étonnantes, de celles qu’on ne montrait pas au public à l’époque.
- Un U-Boot ne portait pas de nom officiel mais seulement un numéro en "U-XXX" qui fut effacé dès septembre 1939. Le surnom Vénator du U-Boot (de type IX-B) de Kernel était donc officieux. Ce sous-marin portait un chat sauvage blanc très stylisé (un peu comme un tag des années 90) toutes griffes dehors avec le commentaire suivant :
- "Noch und Noch !" (Encore et encore !) héritage d’un des précédents commandants.

Le baptême de l’U-123 futur Blaison

- Un livre consacré à l’occupation de la bonne ville de Saint Nazaire et sur l’activité sous-marine qui y régnait, évoque cette curieuse pratique.

- Les U-Boot "bretons" étaient organisée en "groupes" (ou meutes) placés sous l’autorité d’un des commandants, sorte de "Chef de Division" comme dans des flottilles de dragueurs de notre Royale.

- Tous ceux du même "groupe" peignaient le même insigne sur leur kiosque avec ou sans un symbole personnel du pacha. Ainsi, l’un de ces groupes arborait par exemple un taureau en furie soufflant par ses naseaux. J’ai lu et vu la photo d’un U-Boot qui en escalant à Lorient avait reçu l’information qu’il était désormais affecté à l’un des "groupes" de Saint Nazaire, celui au taureau. Il devait donc faire figurer cet emblème en bonne place sur son kiosque.
- Son équipage n’avait jamais vu cet emblème dont la description lui fut transmise par radiotélégramme. C’est effectivement un peu court pour réaliser une insigne peinte.
- Avisant dans les rues de Lorient une publicité pour la "Vache-qui-rit", ce "logo" parut à quelqu’un du bord tout à fait convenir pour satisfaire aux exigences du commandement. Il fut donc reproduit avec soin sur le kiosque du U-Boot qui fit ainsi son entrée dans le sas de Saint Nazaire avec "La Vache qui rit". Lourde erreur.

Décoration de l’U 552 (www.u552.de)

- Il n’arriva pas très souvent que les sous-marins allemands fassent rire, surtout à l’époque. Cela dit, les membres du bon peuple de St-Nazaire qui on vu "la bête" en ont certainement ricané joyeusement.
- Kernel a fait allusion à quelques gag du genre. Les Mickey et Donald furent effacés et remplacés à la demande des nazis car Walt Disney était peu populaire chez eux :
- Il réalisa en effet un certain nombre de films pour la guerre qui n’ont pas su plaire à tout le monde en Allemagne...

L’U-123 futur Blaison à Lorient

D’autres U-Boot portaient un aigle en plusieurs versions, un serpent cobra, et on en oublie... Même le Bibendum de Michelin fut utilisé.

Le Blaison (ex "123") quitte Lorient. On le voit, ça ne se fait plus.

Un de ceux basés à Lorient revenait toujours avec une équipe de navigation dont les gars portaient toujours chacun un chapeau-melon sur le Kiosque avec un parapluie noir anglais fixé sur un mât de périscope. Bibendum, c’était peut-être eux.

Le sens de l’humour est toujours présent.

Bien navicalement - Thierry Bressol R/O

Petites informations à propos de l’U 3505

- Les anecdotes écoutées à bord du Pte Sans Souci et...
- Les mémoires de Karl Dönitz : "Ten Years and Twenty Days"

- Lien "U-BOOT ou l’anti-Marine Marchande"
- Lien "Les méthodes du Grand-Amiral"
- Lien "Capitulation en mer le 4 mai 1945"
- Lien "Les U-BOOT avant et après le 4 mai 1945"

- Lien "U-Boot, la cible"
- Lien "Le G s’envoie en l’air à bord d’un U-Boot"
- Lien "L’espion du sous-marin Argo"
- Lien "Le mal de mer, l’ennemi"
- Lien "Les U-Boot et le « Metox »"
- Lien "U-Boot, « La vache qui rit » et les tags"
- Lien "Les bases sous-marines"
- Lien "Le U-Boot et la marée blanche"

- Lien "Lückner et le Seeadler, dernier corsaire à voiles"
- Lien "Sous 10 pavillons, un grand farceur maritime"

- Lien "Le berger allemand et les scouts marins"

- Lien "La "mitraillette" des Ondes Courtes"
- Lien "Les voyeurs"
- Lien "Pourquoi Vichy ?"

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/