Souvenirs de mer

26 août 2005

Autoréparation

Où il est fait allusion à une commande "inutile" installée dans un PC machine :
- Ce bouton-poussoir se nommait "Destruction totale du navire". Elle avait son utilité originale.

jeudi 29 août 2002 14:25

- En mer, le sens de l’humour doit garder ses droits. Même les équipages des U-Boot de la seconde guerre mondiale en avait... car c’était nécessaire plus encore qu’aujourd’hui. On les envoyait au casse-pipe, mais ils avait le droit d’en rire et ne se gênaient pas.

Salle de controle des pompes ("PC chargement") de l’Esso Nederland. Un environnement pas naturellement rigolo

Dans le récent et excellent livre consacré aux supertankers français de Jérôme Billard et JY Brouard, il est fait allusion à une commande "inutile" installée dans un PC machine :
Ce bouton-poussoir se nommait "Destruction totale du navire" et provoquait souvent quelques questions chez tous les visiteurs...

La salle des machines et ses grands espaces

Cela me rappelle le PC machine du porte-conteneurs Roro Manhattan en 1982. La console principale portait de fort longues rangées de commutateurs TPL (Tourner, Pousser, Lumière). Chaque commutateur "disposait" sur un tableau lumineux vertical au dessus de lui, d’un petit voyant lumineux en plastique transparent portant le nom du dispositif correspondant. Cette verrine pouvait aussi s’allumer en blanc ou en rouge, selon la situation du moment et l’accessoire concerné.

Au moment du montage au chantier naval de Dunkerque, certains emplacements sur la console étaient inoccupés. On n’avait pas besoin d’eux, tout simplement.
Cela suffisait pour qu’un chef mécanicien installe et câble lui-même avec un élève un dernier commutateur TPL et sa verrine. Ce fut une belle occasion pour lui montrer et faire comprendre comment était conçu et fonctionnait "ce bazar".
- Moi-même, en organisant mes stages chez Alcatel Radio, j’ai parfois utilisé certaines particularités du matériel avec humour, car c’est un bon truc pour que les gens comprennent et se souviennent.

Les verrines ainsi choisies pouvaient de la sorte s’allumer à la demande, mais cela restait en fait isolé de toutes les fonctions de la machine, sauf bien sûr de l’imprimante des alarmes et de la sonnerie.

Sur la première verrine s’affichait un terme mystérieux :
- "Autoréparation"
Une seconde verrine "libre" pouvait d’autre part afficher :
- "niveau bas caisse à bière" et activait l’alarme certains jours à certaines heures choisies et programmables.

La tête de Manlio Bruzonne, chef mécanicien envoyé par Costa Line et chef en titre pendant des années du "Franca C" (l’ex-Flandre), (il était fort peu habitué aux automatismes de ce genre) faisait plaisir à voir :
- Mais alors, même le pot, c’est automatique ?

Salle de controle de la machine (ici à bord de l’Esso Nederland)

C’était amusant et inattendu en cet endroit et suscitait pour chaque nouveau à bord d’excellentes questions, le rire ou parfois des réflexions du genre :
- Et vous trouvez ça drôle ?
Pourtant, ce gadget idiot a su faire rire pas mal de monde. Nous étions bon public certes, mais il fallait savoir agir contre le stress, en particulier à bord de ce navire à problèmes.

Bien "navicalement" - Thierry Bressol

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/