Souvenirs de mer

1er septembre 2005

Le Crabe Tambour du Sibelius

Evoquer ici le navire roulier voiturier Sibelius, c’était aussi ne pas éviter l’un des personnages les plus hauts en couleur rencontrés en naviguant. C’est à son bord que j’ai connu quelqu’un qui mérite cette appellation :
- Le Crabe Tambour du Sibelius :

(corrigé le 23 Mai à 12h15 et réparé le 25 juin 2008)

Monsieur Chapelier était à la fois Lieutenant au Long Cours et ex-Capitaine de Frégate chez les "tuyaux gris", c’est à dire la Marine Nationale. Cela fut l’occasion d’intéressantes conversations de carré. J’ai eu de la chance, car c’était son dernier embarquement. Enfin la retraite...
- "Bon courage les gars !" Disait-il le dernier jour, lors du pot offert à cette occasion. Les "passages" de ce genre entre les deux types de marine ne sont pas si fréquents.
- La mémoire de notre cerveau fonctionne beaucoup par associations spontanées d’idées, surtout le mien. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui Chapelier et son solide sens de l’humour s’imposent.

Le comédien-paysan et Chef Mécanicien

Ce 31 Août 2005 au soir, je viens d’apprendre que Jacques Dufilho nous a quitté, ce qui me renvoie naturellement au film "le Crabe Tambour". Un grand acteur ne nous étonnera plus.
- Jacques Dufilho

D’autre part ce texte fut écrit le 19 Mars. C’est aussi l’anniversaire de la fin officielle de la guerre d’Algérie, et du début des plus beaux massacres...
- Une fois de plus le général Schmidt fut obligé de s’expliquer, parce que cette année quatre tristes personnages, des anciens du FLN, ont su "marquer le coup" en profitant du fait étonnant que personne n’ose rappeler dans la presse les tristes méthodes du FLN.
- Il serait difficile de dire qui des deux bords a réellement su être dans les plus bêtes et les plus méchants, avec le résultat que nous voyons aujourd’hui sur place, c’est à dire toujours plus de problèmes !

Le FLN était pourtant au moins aussi peu délicat que ce qui se dit régulièrement dans nos médias, à propos de certaines mauvaises habitudes de l’armée française à l’époque. C’est là un autre sujet que le nôtre ici, bien que...
- Pendant que je naviguais, j’ai si souvent entendu parler de l’Algérie, que j’ai eu l’impression de connaître ce pays bien avant d’y passer quelques jours en fin 2001 et l’année dernière pour préparer une mission "Telecom" qui ne s’est finalement pas faite cette année là, c’est dire.

Quelle affiche mille sabords !

D’autre part si ce n’était mon âge, je pourrais faire croire que "j’y étais", tellement j’en ai entendu dire sur le sujet, ayant eu connaissance d’innombrables anecdotes de tous les points de vue possibles sur la guerre d’Algérie.
- En effet toutes ces sauvageries mutuelles ont su marquer la Marine Marchande aussi. Guillaume nous a quitté il y a quelques années, il était le "modèle" qui servit à écrire le scénario du film le Crabe Tambour. Mais il ne fut pas seul, loin de là, à vivre ce genre d’aventures.

Pierre Guillaume, le vrai "Crabe Tambour"

Ce à quoi Chapelier a participé tout en croyant bien faire, ne se révéla pas être une idée géniale pour son avancement dans la Royale... Il était en effet "dans le coup" du fameux putsch des 4 généraux. Il a même dû fuir en Allemagne peu après. Mais il y fut enlevé comme dans un film, par des barbouzes qui pensaient qu’il savait...
- Où se trouvait une forte partie du "magot" devant être utilisé pour le putsch !
- En d’autres termes quelque part dans Paris :
- Le bottin du téléphone, la baignoire... Et l’électricité.
Lorsqu’on ne sait pas, c’est bien plus facile de ne rien dire. En plus cela fait travailler l’imagination... Car on vous demande de parler, c’est très embarrassant ! Quand on vous demande de parler, c’est très embarrassant quand vraiment, on ne sait pas du tout où est passé le pognon...

Surtout en mer ! En plus, il faut souvent pomper, ça va sans dire...

Pour finir, il eut droit à une "démonstration" spectaculaire spécialement conçue pour faire se dégonfler les plus durs à cuire. Après ça, ce fut "la preuve par neuf" pour les "spécialistes", qui furent enfin convaincus que leur patient ne savait rien. Il lui fut montré ensuite que "c’était du bidon", heureusement...
- On appelait cela la "guerre psychologique"*.

Certains ont eu tellement la frousse, qu’ils croiront toute leur vie que c’était "du vrai". Si le général Ausaresse a su organiser des stages aux USA et s’en est fait gloire, c’est probablement qu’il existait une "certaine expertise"... (dans la série "Prestige de la France")
- De son côté le FLN ne faisait rien de bidon dans cette spécialité. En Algérie cela se sait et surtout, se pense avec extrême prudence.
- Il fut ensuite offert à Chapelier quelques mois de vacances avec les autres "mauvaises têtes". Si Chapelier disait toujours :
- "Tout s’arrange, même mal..." Il y aune raison. Il s’en est sorti mais...

Le Sibelius

Il savait de quoi il parlait et ne prenait plus rien ni personne au sérieux, à commencer par lui-même. Par la suite, tout fut organisé pour qu’il n’ait pas son équivalence de brevet d’officier de la marine marchande et des années plus tard, il n’avait toujours pas eu d’avancement à la Compagnie Générale Maritime.
- Telle fut la récompense pour avoir essayé de s’opposer à ce qu’on livre un pays entier à des gangsters poseurs de bombes et à la Loi de l’argent.

Deux petits commentaires strictement personnels :
- Le général Maurice Schmidt se défend fort mal. Il pouvait facilement leur "renvoyer l’ascenseur", par exemple en montrant à la presse son album de photos, prises après les exactions les plus sauvages du FLN. Un certain nombre de soldats Français ont en effet parfois gardé quelques preuves photographiques, pour témoigné de ce qu’ils ont trouvé... Il a cependant fait preuve de dignité en ne le faisant pas. Ce qui s’est passé n’est en effet glorieux pour personne et accuser ou charger "ceux d’en face" n’arrange rien.

Une chose reste certaine, en Algérie aussi on devrait adopter un profil bas sur le sujet, un profil très bas.
- Pour finir et pour qui ne le saurait pas, voici un petit scoop maritime :

J’ai aussi eu connaissance en naviguant d’agissements fort peu prestigieux à bord des navires de ce qui est devenu depuis la SNCM, lors de l’évacuation de tous les réfugiés dits "pieds-noirs" et des harkis.
- Ils furent en effet souvent rackettés à bord lors du voyage par certains CRS et par quelques membres des équipages. Le coup des clefs des voitures, on n’a pas souvent fait "mieux dans le genre" depuis.

C’est tellement lamentable que je ne sais pas comment le dire. Il n’y a pas eu de sanction à ma connaissance et cela manque un peu à la bonne justice, pour rester poli. La guerre d’Algérie et ses conséquences n’ont pas eu grand-chose de glorieux, pour la Marine Marchande pas plus que pour les autres.
- Cela dit, c’est terminé tout ça....

Bien navicalement - Thiery Bressol OR 1
- Le chef mécanicien du Crabe Tambour nous a quitté
- Algerianie
- Tembol en Krajina 5 (*ou la "guerre psychologique")

Je préfère aussi (et de loin) raconter des évènements plus intéressants d’un point de vue culturel et technique. Mais hélas, c’est arrivé, il faut donc aussi le dire et ne pas oublier les victimes.

Avec moi, l’humour ne perd jamais ses droits, c’est pourquoi à propos du Sibélius, il y a de quoi raconter. Ne serait-ce que parce que Chapelier avait un sens de l’humour très difficile à égaler...
- Les Vahinées Finlandaises du Sibelius
- Le Grand coup de téléphone du Sibelius à Rouen

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/