Souvenirs de mer

13 septembre 2005

U-Boote, les méthodes du Grand-Amiral.

Voici évoquées ses méthodes de travail peu connues aujourd’hui et quelques anecdotes concernant l’amiral Dönitz, pendant que je m’en souviens encore.
- L’amiral Dönitz animait régulièrement des repas de haute convivialité plus ou moins (plus que moins parfois) bien arrosés au cours desquels tout le monde était invité à raconter ses anecdotes maritimes. Là c’est sûr nous avons manqué quelque chose, en plus il lui arriva aussi de raconter les siennes...

(réparé le 23 Octobre 2008, après l’accident du serveur en juin)

Torpillage d’un pétrolier - USA côte Est - 1942

L’ancien commandant de U-Boot de la première guerre mondiale qu’il était, ne pouvait vraiment pas ne rien avoir à raconter. Sur les photos de lui dont on dispose, il a l’air de tout sauf d’un farceur, ce qu’il savait pourtant aussi faire.

Lieutenant de vaisseau Dönitz Cdt de l’UB68

Il racconta plusieurs fois son naufrage à bord de son UB68 qui fut repéré, cerné, grenadé et coulé, puis sa capture par les anglais et sa captivité à la fin de la guerre de 14. Mortifié par son naufrage, il y faisait souvent allusion en essayant d’en tirer les leçons et d’en partager l’expérience. Bien entendu il ne loupa pas la narration du bon tour qu’il leur joua en 1936.
Son séjour forcé en Angleterre lui donna en effet l’occasion d’y apprendre l’anglais, car il fallait aussi savoir positiver la captivité :
- "Retenu pour retenu", autant en tirer quelque chose d’utile. Pour être libéré plus tôt, il essaya de se faire passer pour fou ou dépressif. Mais cela fut insuffisant pour convaincre la perfide Albion, qui aurait été fort prudente d’ailleurs, de le garder chez elle...

HMS Thames

Plus intéressant est l’idée amusante qu’il eut par la suite. De retour de captivité il réussit (à force de persuasion, car on ne voulait pas de lui au début) à s’intégrer dès 1921 dans la petite marine autorisée par le traité de Versailles. Il fut de ceux qui, constatant peu à peu le lent mais réel relâchement de la sévère surveillance franco-anglaise, sut exploiter cela pour commencer à créer avec ses collègues la très officielle "force de protection anti-sous-marine".

L’amiral Dönitz en toutes les couleurs

En réalité, cela évolua très vite en la création d’un groupe d’étude pour créer les futurs nouveaux U-Boote... Cela se faisait dans la plus grande discrétion d’ailleurs. Etant l’un des plus actifs et expérimentés de ce groupe très restreint au début, Dönitz en est vite devenu le chef permanent puis il se vit nommé Capitaine de Vaisseau. Pour ne pas attirer l’attention, les membres de ce "clan" se faisaient nommer quelques mois à bord de navires de surface, bien sûr.
- Pendant ce temps les chantiers travaillaient et réalisaient de très nombreux essais de moins en moins clandestins. Tout cela se passait bien avant l’arrivée des nazis au pouvoir, mais ils ne touchèrent à rien de ces projets naturellement. Bien au contraire, on leur donna vite de nouveaux moyens.

On ne présente plus le navire de Nelson

En 1936, Karl Dönitz décida qu’il lui fallait perfectionner son anglais. Il fit en sorte de se faire envoyer en Grande Bretagne, naturellement. Il prit pension chez une vieille dame charmante habitant dans les environs de Portsmouth pour son voyage d’études. A Portmouth se trouve une grande base de la Royal Navy, où la présence de tout allemand (même touriste) était strictement interdite bien sûr. Cela était bien triste, car l’étudiant sérieux qu’était Dönitz expliqua à sa logeuse que la visite du vaisseau de Nelson, le Victory lui aurait fait un immense plaisir. Hélas, aucune exception n’était permise.

Un beau cul de navire

Cela dit, son excellente logeuse était convaincue que cette interdiction n’était pas solidement justifiée, surtout si le visiteur se limitait à la visite du Victory. C’est ainsi qu’elle l’aida à réaliser son rêve avec sa fille, en le faisant passer pour son gendre muet, ce qui était un assez bon moyen pour que son accent ne soit pas remarqué. Comme nous connaissons l’intéressé, j’ose supposer qu’il a su réussir à mettre son nez pour fureter un peu partout dans la base. Quand j’écris que les anglais auraient dû le garder en captivité...

HMS Victory à Porthmouths, on le viste, comme en 1936 !

Il y a l’image de marque d’un individu, puis la réalité qui est souvent subtile et tout à fait inattendue. On imagine pas trop ce qui suit, de l’homme qui a su semer la peur sur tout l’Atlantique et l’Océan Indien durant 6 ans ! Comme me le disaient Mr Donadieu (du syndicat à Marseille des officiers) et Edgard Disdet :
- "A tout instant, on craignait de "s’en prendre une" et le moindre bruit fort et inhabituel, nous faisait comme un coup au coeur..."

Dans sa vie personnelle, Karl Dönitz avait un étrange problème permanent :
- Il collectionnait les dettes en permanence depuis son retour de captivité chez les anglais après la guerre de 1914. Dès que sa situation financière s’améliorait, par exemple en se stabilisant dans la nouvelle marine allemande des années 1920, puis en montant peu à peu en grade, cette amélioration ne servait qu’à payer la "casse financière" précédente.
- Même en étant nommé Capitaine de Vaisseau et chef de la force Sous-marine (BdU), il se noyait toujours dans le paiememt de sa nouvelle maison après celui d’un appartement, ou celui d’une collection de tableaux après celle des tapis persans anciens. Il était poursuivi en permanence par des créanciers, qui devaient attendre "un certain temps" aux portes des bases navales. Cela dit, il aurait mis un point d’honneur à rembourser même des dettes à Lorient par la suite.

Au château de Kernevel, l’amiral Angelo Parona et l’amiral Dönitz

Même lorsqu’il fut nommé Grand-Amiral en 1943, dès qu’il se trouvait seul avec un autre "big-boss" de la marine ou des armées, il sollicitait un prêt. Tout cela se savait sous la forme d’amusantes rumeurs et tous redoutaient, en plus de la situation militaire de plus en plus désastreuse, que le Grand-Amiral en plus, essaie de demander de l’argent à la fin de l’entretien. Seul Himmmler (chef des SS) aurait osé refuser. (ces deux-là ne s’aimaient pas du tout. L’amiral avait tellement confiance en Himmler, qu’il était armé en lui rendant visite en tant que nouveau chancelier pour le faire démissionner)

Château de Kernevel, où fut l’Etat-major de l’amiral Dönitz

Il est probablement impossible aujourd’hui de le savoir, mais lorsque j’ai entendu raconter ça, je me suis demandé si par hasard, il n’avait pas réussi à "taper" le Führer...

Karl Dönitz, capitaine de vaisseau en retraite

Nous pouvons en tous cas imaginer les soucis rencontrés à sa sortie de prison. Son épouse était "entretenue" par la famille et l’association des anciens sous-mariniers.
- Dönitz sollicita naturellement la retraite de Chancelier puis celle de Grand-Amiral, avec les réponses prévisibles qu’on devine. Pour la retraite de Chancelier du Reich, il n’insista plus lorsqu’on lui cita une Loi de l’époque Bismarck. En effet moins d’un mois au poste de Chancelier, c’est insuffisant pour toucher une retraite... Il ne le fut que 20 jours, effectivement.
- Plus délicat fut le problème de sa retraite de la marine. Tout le monde fut content de le réintégrer au grade de Capitaine de Vaisseau, un excellent compromis entre le tout et le rien. Il est important de savoir conserver quoi qu’il arrive, le soutien sans faille de ses subordonnés.

Quelques tranches de U-Boot type XXI

Il était à la fois fonceur et méthodique.

Bien navicalement Thierry Bressol OR1
- Les anecdotes écoutées à bord du Pte Sans Souci et...
- Les mémoires de Karl Dönitz : "Ten Years and Twenty Days"

A visiter et lire absolument, merci au site :

- 12 sous-marins à nos trousses
- "Douze sous-marins Anglais et Allemands tous à nos trousses." On apprendra beaucoup plus tard que, dès le 26 novembre au soir, huit U-Boote étaient placés en..." L’évasion du Sous-marin Iris de Toulon.
- En effet on l’oublie un peu, le Casabianca ne fut pas seul à s’échapper.

"TUYAUX GRIS", SOUS-MARINS et/ou GUERRES Mondiales :

Portrait d’un U-Boot type IX-B (Mike Rock)

- Le Prince Noir des hommes-torpilles
- L’espion du sous-marin Argo
- Le sabordage de la Flotte de Méditerranée à Toulon le 27 Novembre 1942

- L’épouvantable escale du Carlier à Dakar 1/3
- L’épouvantable escale du Carlier à Dakar 2/3
- Le Carlier après son épouvantable escale 3/3

- Pourquoi est-ce arrivé à Vichy ?

- Les méthodes du Grand-Amiral
- U-BOOT, la cible
- U-BOOT ou l’Anti-Marine Marchande
- Capitulation en mer le 4 mai 1945
- Les U-Boote avant et après le 4 mai 1945

- Le Gyro s’envoie en l’air à bord d’un U-Boot
- Le mal de mer, l’ennemi
- Les U-Boote et le « Metox »
- U-Boote, « La vache qui rit » et les tags
- Les bases sous-marines
- Le U-Boot et la marée blanche
- Guy de Rothschild en mer

- Luckner et le Seeadler, dernier corsaire à voiles
- Sous 10 pavillons, un grand farceur maritime
- Avis TV "Arte" : les croiseurs Emden & Dresden
- Les cargos sous-marins du Kaiser par Pierre Escaillas

- Le berger Allemand et les scouts marins
- "Loire" : Ne les oublions pas
- "Royale" et Marine Marchande
- Le Ponant Libéré

- Pakistan Espérons que toutes ces suppositions ne constitueront jamais des souvenirs de mer...
- Pakistan, Problemistan ou Dangeroustan ? (le 20 Octobre)

- Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !!
- Echelon ou Greenpeace ?
- La guerre des Câbles sous-marins A propos ! J’ai été sympathiquement piraté :
- L’USS J. Carter et Agoravox pour illustrer mes explications.
- Intox ? Napoléon, la Marine et l’avance technologique...

- La "mitraillette" des Ondes Courtes
- Les voyeurs

- Le sauvetage de l’U-47
- L’U-47 à la chasse aux canards

- Visite de courtoisie à bord d’un sous-marin Portugais
- Chasse au sous-marin sur la Loire
- Patrick O’BRIAN - "Master and Commander"

- Le monde des "bateaux noirs" (les sous-marins par Gilles Corlobé)
- Secret Défense : C’est pas moi ! Mais c’est très intéressant, pour ne pas dire

parfois excellentissime...
- Site dédié aux Marins de 1939 a 1945
- Témoignages insolites venus de "l’ombre"
- Mer et Marine ou... Océans et Marines. En plus ils sont brefs !

HMS Affray

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/