Souvenirs de mer

6 octobre 2005

J’en étais sûr... Flextronics, l’ex-usine Alcatel de Laval

Un autre article était prévu aujourd’hui, mais il n’est pas tout à fait prêt et l’actualité d’hier me pèse personnellement :
- Il n’y a pas que SEAFRANCE ou My Ferry Link & la SNCM pour nous pomper l’air...
- Mais peut-être que ça va mieux en le disant... Je viens d’apprendre par la presse la fermeture définitive de "L’ex-Usine ALCATEL de LAVAL", j’ai décidé de faire une page avec mes impressions. La façon de "fonctionner" de notre industrie est elle réellement rationnelle et acceptable ? Je ne le pense pas. Je ne suis que rarement un croyant de la "doxa", les préjugés parfois absurdes ou les idées idiotes trop souvent crues ou "gobées" par la majorité des gens. Quand "tout le monde y croit", il me semble qu’un signal d’alarme devrait retentir, comme en cas d’incendie à bord des navires !

(cette page a été mise à jour le 9 Août 2006, le 31 Janv. 2007, le 24 Déc. 2012 et le 17 Avril 2015)

L’USINE de LAVAL a sa place ici dans "Souvenirs de mer", pour avoir été un site de production de matériel Radio-Maritime d’une part, mais aussi pour avoir participé à ma reconversion "à terre". J’ai su apprécier cet endroit et les gens qui "y étaient fixés".
- En 1991 j’ai arrêté la navigation pour devenir "terrien" et rejoindre Alcatel Radiotéléphone à Colombes Ce sous-ensemble était dédié aux systèmes de Radiotéléphonie du Groupe Alcatel, (l’ex Cie Générale d’Electricité) et son site principal de production était l’Usine Alcatel (ex-Thomson) de Laval.

Les "Chantiers de l’Atlantique" à St-Nazaire faisaient partie d’Alcatel-Alsthom
(depuis que ce n’est plus le cas et que c’est privatisé, la situation est toujours plus houleuse chaque année. La plus récente galère en date est d’ailleurs, très dangereuse...)

Dès le début en 1991, "j’avais prévu ça" et ce fut même encore pire ! Du trio infernal qui risquait de ramasser ce qu’il reste des morceaux du Grand Groupe Alcatel-Alsthom et Thomson ? De Ericsson, Siemens et Nokia, ce fut comme je le craignais, le plus malade qui "l’emporta" ! Et les crétins finis de nos ministères, comme toujours, il restent là les bras ballant, en répétant que la croissance remontera d’ici quelques mois à plus de 1.5% et que ceci va naturellement nous recréer des emplois ! Et de souligner que Nokia propose de créer 500 postes de "chercheurs" en France, pour compenser les réductions prévisibles. De qui on se moque ?

Ceci est aussi dit pour se souvenir d’un temps déjà ancien quand avant 1925, Nokia vendait du bois et fabriquait du papier, puis pensa que importer du matériel radio Américain pour l’armée de la jeune Finlande indépendante, ça pourrait rapporter gros ! Et ce fut le cas jusque dans les années 2000...
- Seuls les vieux Finlandais vous le diront, ils roulèrent longtemps en voiture et en vélo chaussés par des pneus Nokia, bien avant de téléphoner avec Nokia. Puis peu à peu, ils ont vu Nokia glisser sur la plus longue des peaux de bananes en essayant de s’accrocher aux branches...

- La page "Qui je suis" évoque tout cela et la triste actualité Française d’aujourd’hui ce 5 octobre 2005, on nous annonce la fermeture de l’Usine Flextronics à Laval.

- Alcatel Lucent et son activité câblière (le 29 Nov. 2012)
- France Telecom Marine et la flotte câblière d’Alcatel Lucent (le 21 Déc. 2012) Pourquoi pas ? Des "anciens" des Câbliers de France Telecom ont permis la création de cet armement, ce serait un juste retour des choses et une solution car de toutes façons, il est évident que le groupe Alcatel est en cours de démantèlement. Ce ne sera pas une grosse perte. Ce fut toujours "de la daube", on ne peut pas avoir Confiance en un employeur qui presque chaque année depuis au moins plus de 25 ans annonce des licenciements en série, gâche la vie de nombre de ses salariés, se moque du monde et de son pays d’origine, ne fait que gaspiller de l’argent comme aucun organisme d’Etat ne sait le faire, mais qui voler le savoir-faire des autres (à commencer par celui des USA !) et le disperser ensuite "dans la nature" ! Dans cette histoire, toute la Collectivité n’a fait qu’y perdre de toutes les façons imaginables, tandis qu’une oligarchie d’actionnaires et de dirigeants voyous n’a fait que s’en mettre plein les poches...
- Combien de "pro" de la politique promettent avant les élections d’arrêter ça en mettant ces gens-là en prison préventive pour les présenter devant un tribunal et les châtier ? Ce sont de très dangereux délinquants, ils ont violé notre industrie et notre économie...

Les circonstances m’incitent à détailler un peu tout cela : "Etre professionnel"
- "1991 - 1993 : FORMATEUR TECHNIQUE chez Alcatel Radiotéléphone à Colombes. Ma fonction était : ANIMATEUR DE FORMATION.
- C’est à dire : Créer, Organiser et Animer des Formations en matière de réseaux radioélectriques privés pour réseaux (dits "PMR") d’entreprises au service des entreprises et organismes clients d’Alcatel tels que les Pompiers, la SNCF, l’EDF, la DDE (proche cousine du MET belge), la Police, la Gendarmerie etc..."
- Mais... Le groupe Alcatel aime tellement se restructurer régulièrement que... On peut aisément deviner ce qui s’est passé.
- J’étais à la fois content et fier de rejoindre Alcatel. J’y ai prouvé ma capacité à exécuter une efficace et intéressante reconversion. Avec Alcatel et son Usine de Laval, j’ai eu l’opportunité de travailler sur des techniques parfois passionnantes.
- D’autre part, je crois qu’animer leurs stages au sein de cette excellente équipe fut ce que j’ai fait de mieux dans ma vie professionnelle, compte tenu des nombreux retours d’extrême satisfaction que j’ai pu avoir à la suite d’environ cent vingt stages.
- Il m’est même arrivé 4 fois de recevoir une prime exceptionnelle, qui devait rester confidentielle(!). Ceci n’arrivait pas "à bord de la mar-mar", à ma connaissance.

L’Usine ex-Alcatel de Laval

Ce fut le seul endroit et les seules occasions où j’ai réellement été récompensé de mes efforts pour faire bien et plus. C’est une chose devenu fort rare en Europe aujourd’hui, je reste encore surpris et "baba" de tout ce qui s’est passé de positif.
- Entre autres choses, j’ai eu l’honneur de rencontrer par deux fois, deux membres du groupe d’études GSM, ceux qui ont inventé la norme entre 1982 et 1991 à Nice Sophia Antipolis. (11 nationalités étaient représentés dans cette digne assemblée)
- L’Usine "ex-Thomson" de Laval mérite d’être évoquée ici "à mon bord" pour deux raisons :
- J’allais souvent à l’Usine de Laval pour préparer les stages entre deux sessions et j’avais accès à tout ou presque sans autre restriction que le temps possible pour rester à Laval.
- Tout le monde y était sympathique, compétent, serviable etc... Dieu sait que cela n’arrive pas partout ! En plus, séjourner dans la bonne ville de Laval est aussi un vrai plaisir.
- De surcroît j’ai retrouvé à l’Usine une bonne camarade du lycée de Chartres. Se rencontrer ainsi à la machine à café fut une jolie surprise, d’autant qu’elle faisait partie des personnes les plus hautes en couleurs que j’ai pu rencontrer en travaillant à terre. Au moins, je ne risquais plus de m’ennuyer en quittant l’usine le soir... Cerise sur le gâteau.
- En fouinant dans l’Usine j’ai pu y découvrir quelques exemplaires des nombreux anciens produits de ce site déjà ancien. L’Usine faisait "autrefois" (déjà !) partie du groupe Thomson, dont certains sous-ensemble ont été transférés chez Alcatel à la fin des années 80...
- Parmi ces trouvailles parfois insolites se trouvaient quelques récepteurs Thomson ! Oui ! Ils étaient originaires de Laval et c’étaient ceux utilisés par Saint Lys Radio. Pour moi, c’était trouver un peu d’air du grand large à Laval !
- Nous avions aussi quelques uns de ces excellents récepteurs à bord des navires câbliers (DTSM/DTRE oblige) Raymond Croze, Léon Thévenin et Vercors à côté des SAIT-Skanti rencontrés plus classiquement à bord des navires.

Le Léon Thévenin en train de charger du câble à Brest : suivre le cheminement "aérien" venant de l’entrepot à terre

Ma première déconvenue Alcatelienne fut l’annonce quelques mois après mon embauche, de 243 "prochains licenciements" à l’usine de Laval avec la promesse que ce serait les derniers... (no comment) Je me suis alors dit :
- "Ca recommence, comme dans la marine marchande..."
- Moi qui voulait fuir l’incessante dégradation de la situation toujours connue dans le secteur maritime, je fus fort désappointé dans ma naïveté.
- Bien sûr, le folklore qui va avec ce genre d’annonce fut rejoué pour la Nième fois, et ce ne fut pas la dernière :
- Monté à Paris (Colombes) des gens de l’Usine avec une très belle manif.
- Rencontres syndicats et la direction (sourde) avec comme d’habitude le traditionnel dialogue des sourds-dingues.
- "Séquestration" de deux directeurs dans leur bureau durant au moins une nuit.

M’étant fait raconter cela longtemps après par la personne citée plus haut, (cette mauvaise fille "y était") j’en ai eu les larmes au yeux... de rire.*
- Condamnation sévère des élus locaux de Laval, mais sans réaction réelle, comme d’habitude.
- Protestations nationales entre autres choses, contre le fait qu’on réduisait en province mais pas à Paris, ils n’avaient pas encore vu la suite ! Etc...

Pour travailler agréablement et efficacement dans une bonne ambiance, le bon sens nous dit qu’il vaut mieux être à Laval qu’à Colombes, dans cette région parisienne en déliquescence régulière. J’ai vite vu qu’on nous cuisinait joyeusement exactement le contraire et ce fut ma seconde déconvenue :
- Les laboratoires d’études de l’Usine de Laval furent peu à peu transférés à Colombes. Maintenant tout cela se délocalise à l’étranger, c’est moins cher qu’à Paris.
- Ensuite, lorsqu’on "se restructure" : les plus jeunes et les derniers arrivés sont toujours le premiers éjectés.
- Ma hiérarchie a un jour "sauté" et "on" (qui "on" ? No sé) ne souhaitait plus du tout en "haut lieu" qu’il soit fait comme nous le faisions en matière de formations délivrées aux clients, c’est à dire :
- Tout expliquer aux clients sur le matériel PMR et "Cellulaire".
- Il en était encore moins question pour tout ce qui concernait le jeune GSM (car en 1993 c’était tout nouveau).
- Game over !
- Bref, j’ai mangé mon chapeau...

Il y a quelques années, dans la ligne actuelle de délire collectif national, la "tête" d’Alcatel déclara publiquement :
- "Nous devons faire l’entreprise sans usine..."
- Nous aurons peut-être d’ailleurs bientôt en France, la marine marchande sans navire, comme c’est arrivé à l’amiral Bléhaut et la Royale...
- L’Amiral qui n’avait plus de flotte

Mais lui, il faisait tout ce qu’il pouvait pour préparer l’avenir malgré tout avec la Royale pillée, détruite ou exilée et cela lui coûta fort cher.
- Le concept fou à lier de l’entreprise sans usine a connu son début de réalisation avec la session de l’Usine au groupe américano-chino-singapourien Flextronics avec de nouvelles promesses, car il est interdit d’interdire les promesses.
- C’est amusant, il se trouve toujours en 2005 et 2006 des gens pour y croire...

Citation (Octobre 2005) :
- "Flextronics ferme son usine de Laval
- Rédaction ZDNet France Mercredi 5 octobre 2005
- Le fabricant américain de produits électroniques en marque blanche va fermer son site de Laval à la fin de l’année, entraînant une important vague de licenciements.
- « Suite à la fermeture du site, 503 salariés vont être licenciés. Les 200 premiers recevront leur lettre de licenciement le 2 novembre, 50 personnes le 2 décembre, et les derniers fin décembre », a indiqué à l’AFP Anthony Bichot, délégué CGT, à l’issue d’une réunion entre la direction et les syndicats.
- L’activité de l’usine n’a cessé de diminuer depuis quatre ans, en raison de « la baisse des activités en téléphonie mobile », a indiqué la direction de l’usine à l’agence de presse. Son principal client était Alcatel qui représentait 60% du chiffre d’affaires, mais l’équipementier français a mis fin à ses commandes en mai dernier.
- Alcatel était d’ailleurs l’ancien propriétaire de l’usine de Laval revendue en 2001 à Flextronics.
- Des mesures d’accompagnement ont été négociées par les syndicats. De possibles reclassements dans d’autres usines du groupe, en France ou ailleurs dans le monde (Europe, États-Unis et Asie) ont également été évoqués."
- Fin de citation.

- "De mon temps" (dire cela ferait rire si...) ils étaient plus de 1300 et hier il n’en restait que 500. A la grande époque, ils furent plus de 3000 à y travailler.
- Cela pouvait être pire ! Certaines usines ainsi "cédées" au sous-traitant ont ainsi beaucoup plus vite disparu dans le Triangle des Bermudes, le vrai !
- J’ai vu installer à Laval les première "salles blanches", c’était Indispensables pour produire les tout-premiers téléphones mobiles GSM au monde vendables au grand public. Pendant ce temps les ouvrières du service emballage en bout de chaîne continuaient à travailler sur un sol en terre battue pour fermer les cartons...
- Cela dit si le mot "Usine" a aujourd’hui une très mauvaise connotation partout, surtout chez les plus jeunes, telle ne fut pas mon impression.
- Au contraire : On savait y travailler dans une bonne ambiance.

NOTES :
- I/ Il m’a semblé sur le moment, que nous assistions à la mise en application de méthodes de "management" implacables, visant à préméditer et planifier de longue date la suppression de très nombreux sites industriels en se moquant cordialement et totalement, pour rester poli, de l’intérêt des populations locales.
- J’ai alors pensé que les syndicats luttaient comme Don Quichotte contre des moulins à vent et que le problème n’était pas "local".
- L’organigramme de l’entreprise n’évoluait pas, il changeait sans cesse tel un mouvement Brownien. Cela empêchait toute tranquillité et toute sérénité dans le travail.
- Le 5 Août 2006 en fin d’après-midi à Paris, samedi dernier, il m’a été confirmé de vive voix qu’au moins à Laval, "tout" était prévu et dissimulé depuis 1987...
- Je ne sais pas ce qu’il faut en penser d’un point de vue éthique, et encore moins s’il faut l’écrire. Car alors, la réalité étant hautement vulgaire, je risquerais de l’être aussi, ici !

Cela dit, constatons le :
- Quelques personnes sur place ont délibérément comploté secrètement avec une direction parisienne dans le but de détruire le métier et le gagne-pain de milliers de personnes, le travail de leurs collègues.
- Tout cela n’est pas joli-joli...
- Plus grave encore, les jeunes de Laval n’ont presque plus aucun espoir d’avoir un job intéressant sur place grâce à cette crapulerie. S’il n’y avait eu que cete usine...
- C’est d’autant plus Extrêmement inquiétant pour l’homme d’ordre que je suis, que ces faits très graves donnent parfaitement raison à l’exrême gauche ou à l’extrême droite, qui appellent de vive voix à "faire le ménage" dans notre pays et même ailleurs en Europe...

- Si nous sommes en guerre économique, car cela se dit, ceci à mon sens se nomme aussi "haute trahison".
- La France est un pays calme. Si par hasard ou par dénonciation, en ce mois d’Août 2006, au sein du "Hezbollah", on s’aperçoit qu’un combattant est un agent du Mossad, ou inversement si un soldat de Tsahal se fait chopper à "donner des tuyaux en face", que va-t-il arriver à "l’intéressé" ? Je crains pour lui de forts mauvais moments à passer...
- Chez nous, tout est devenu possible et demeurera impuni semble-t-il, du moment que la violence reste feutrée.

Vue aérienne de Laval, les photos de l’usine sont difficiles à trouver !

- II/ Pour l’anecdote, l’Usine Alcatel Thomson de Laval peut revendiquer un certain nombre de Titres de "Site historique" :
- Elle tels fut par exemple la première usine du monde à avoir su "sortir" des BSC et des BTS GSM, qui sont les équipements d’Infrastructure radio GSM et les tout-premiers téléphones mobiles GSM qui furent vendus au public !
- Ceux-ci connurent de nombreux soucis et revinrent presque tous à l’Usine, mais ceux qui furent ainsi "traités" fonctionnèrent finalement fort bien, mais avec la patience de qui a su essuyer les plâtres.
- Il est survenu en effet de nombreux problèmes de qualité des CI à haute intégrations reçus qui sont implantés sur les cartes mères par les chaînes automatiques des salles blanches. Tous les autres constructeurs ont bien sûr rencontré les mêmes problèmes, mais Alcatel a eu le culot de vendre le premier !
- BSC Base Station Controler
- BTS Base Transceiver Station (l’objet radio qui communique avec votre mobile)
- GSM : Global System for Mobile communication
- GSM : (1982 jusqu’en 1990) Groupe Spécial d’Etudes Mobiles
- GSM : (acronyme secret) God Supply Mobiles !
(plaisanterie conséquence des nombreux retards connus au début)
- Quel terrible gâchis...
- Tout cela est pénible... N’est-ce pas ? GAME OVER !

Ce qui est arrivé à notre Usine de Laval, (j’ai encore la sensation que c’est la mienne, c’était !) après ce qu’on doit bien appeler une longue agonie, cela constitue aussi une des nombreuses joies des privatisations. J’ai la conviction que les "pro" de la politique retrouveront (peut-être) une crédibilité, quand on "reviendra" avec rigueur et sévérité sur toutes les privatisations effectuées depuis plus de 30 ans. Cette idéologie de saccage n’a-t-elle pas en triste réalité, "fait ses preuves" ?

J’entends encore Michel Sapin sur France Inter un matin de cette semaine du milieu Avril 2015, nous faire une magnifique démonstration de langue de bois, ce qui finalement va de soi, quand on se nomme Sapin... ;-))
- "Mais puisque je vous le dis, ça va de mieux en mieux..." Et ces gens se paient la tête de Vladimir Poutine... ;-)) Au lieu d’inventer n’importe quoi pour lui savonner la planche, il ferait bien de nous expliquer ce que le gouvernement prépare pour faire face au phénomène inquiétant qui nous menace presque tous :
- L’Alcatelisation de l’économie ! (ou Cacatel Telecom ou la langue de bois de Nokia)
- Le "Grand Secret" de Nokia et des autres ! & "Nous C la pomme, vous C les poires !"

Mr Sapin ne semble pas s’en être rendu compte, on n’est plus en 1840 ! Quand les chemins de fer créaient à la stupeur général, deux à cinq fois plus d’emplois que tous ceux qu’ils détruisaient, quand ils ne transformèrent pas les fabricants de diligences en leur demandant de faire des wagons pour leur rails...
- Maintenant, les nouvelles technologies détruisent au moins 10 à 20 fois plus de postes de travail qu’elles ne peuvent en créer, (ceci dépend des secteurs) ceci étant, même si le patronat voulait faire autre chose..." Dans les prochaines années, même les postes de coiffeurs ou coiffeuses ne seront plus à l’abri des tendance à tout "robotiser", c’est dire !

Nos "pro" de la politique semble croire que tout le monde peut devenir ingénieur chez Airbus et ne pas même savoir que parmi celles et ceux qui le peuvent, il y a même des personnes qui ne le veulent pas ! Rien n’est simple...
- Devant cette situation qui au moins à moyen terme devrait inquiéter un gouvernement, un régime qui se dit démocratique, ces gens-là restent les bras ballant, dénoncent le Front National et l’UMP pense surtout à changer son nom... Vous avez dit "républicain" ? ;-))

Bien navicalement, car ça va mieux en le disant... - Thierry Bressol R/O
- PS : "On" est si fier de l’Usine de Laval et de ce qui lui et arrivé qu’il semble dificile d’en trouver même une seule photo sur Internet et même ailleurs. C’est dire...
- J’irai peut-être un beau jour comme à Saint Lys, photographier les ruines.
- Merci encore à Alain Cormier, que je salue au passage !

Symbole de l’accueil du site

- Plan général du Site & Plan de "Marine Inconnue"

Le 7 octobre 2005 : J’en étais sûr.... Pauvre Laval.

Les propos de Bressol me suggerent une reflexion : En France on marche sur la tete et on se plaint que les aspirines coutent trop cher ! Le seul probleme c est que si on veut marcher sur les pieds le changement metabolique du corps social sera tel que ceux qui n auront pas une solide constitution de leurs organes internes disparaitront. Mais pas d inquietude le malade veut conserver le statuquo. OM

J’en étais sûr.... Pauvre Laval. 7 octobre 2005, par Lindor

Mais alors.... Que faut-il donc faire ?
Si on continue comme ça, ce sera intenable pour tout le monde avant peu !
C’estd’ailleurs ce qui arrive avec la SNCM et ce n’est que le début...
En laissant faire n’importe quoi, et laissant (encourageant même !) n’importe
quel investisseur marron s’installer comme cela se fait depuis longtemps
sans contrôle ni contre partie...
Nous voyons aujourd’hui le résultat ! Il faut exiger des politiques une reprise en main de l’économie.
Lindor


J’en étais sûr.... Pauvre Laval. 7 octobre 2005

Oui mon cher, la seule chose à faire c est de remettre la France dans un cercle vertueux et donc etablir une equation politique qui nous sorte de l equation actuelle : toujours plus de chomage, toujours plus d’impot, toujours plus de déficit , toujours plus d endettement. OM


J’en étais sûr.... 10 octobre 2005

Le cercle vertueux.... Effectivement.

Depuis des années nous sommes dans un cercle vicieux, très très vicieux !
Il faudrait déjà en sortir, et on n’en prend pas réellement le chemin. Comme le dit Lindor (un autre mystérieux correspondant) il faudrait déjà remettre du monde à la passerelle, car l’économie ces dernières années, c’est le bateau ivre de Rimb...

Alcatel est si fier de son usine, qu’il me fut impossible de trouver sur le net une photo de l’Usine de bons souvenirs qu’elle fut aussi pour moi. C’est révélateur. Bien cordialement Thierry Bressol


A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur
- Qui je suis ?


"Souvenirs-de-mer" et "Marine Inconnue" : http://souvenirs-de-mer.cloudns.org/